Mes #62jours : l’heure du bilan, sur la ligne de départ

Quelle est la différence entre un lever et un coucher de soleil ? Clémence dresse un bilan de ses #62jours d’introspection : est-elle devenue une meilleure version d’elle-même, le temps d’un été ?

Mes #62jours : l’heure du bilan, sur la ligne de départ
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : Passé, présent, futur : comment j’ai remis le temps dans l’ordre

Vendredi 30 juin, je mets en page le premier billet du défi qui va m’occuper tout l’été. J’ai déjà testé l’exercice d’écriture quotidienne l’année passée.

J’ai une liste de sujets. Je sais pourquoi j’ai décidé de partager mes réflexions personnelles pendant 62 jours.

Je suis dans les starting blocks. C’est parti, je me lance.

Mais 62 jours plus tard, ce n’est pas la ligne d’arrivée que je franchis, c’est celle du départ.

Pour savoir où je vais, commencer par comprendre où je suis

J’ai énormément appris sur moi, au cours de cet été. Il n’y a qu’à relire la liste des articles que j’ai publiés, quotidiennement. Certains contiennent de véritables révélations, qui m’ont frappée sur le moment. Des épiphanies.

D’autres sont le fruit de vieilles leçons enfin arrivées à maturation dans ma p’tite tête de linotte.

D’autres encore sont des questions que j’ai préféré poser à l’écrit, plutôt que de les laisser rebondir à l’intérieur de mon crâne indéfiniment. D’autres enfin sont des résolutions que j’ai prises, des décisions qui me font avancer dans la vie.

À lire aussi : La bienveillance mal-placée, ou le fléau de la lâcheté empathique #62jours

La plupart de ces idées n’ont pas été prises dans la fameuse « liste de sujets » que j’avais avant de commencer. Je me suis rapidement prise au jeu de l’improvisation, et j’ai suivi mes propres pensées, en réaction aux événements du quotidien.

Toutes ces réflexions ont un point commun : elles constituent mon état des lieux mental. Voilà qui je suis, voilà où je me trouve, en cet été 2017. Et je ne savais pas qu’en essayant de devenir ma meilleure alliée, j’allais devoir commencer par faire connaissance avec moi-même.

C’est pourtant évident, avec le recul : j’avais besoin de savoir qui j’étais, avant de pouvoir m’apporter l’aide dont j’avais besoin. C’est chose faite, à l’issue de ces 62 jours.

J’ai fait mon état des lieux, j’ai fait les réparations que je pouvais faire, j’ai accepté ce que je ne pouvais pas changer, sans me charger des sentiments que ces états de fait peuvent parfois provoquer.

Premier bilan: je suis en paix avec moi-même, avec mon esprit, avec mon corps, et cet équilibre est nouveau.

À lire aussi : Pour définir ma zone de respect, je dois apprendre à dire « non » #62jours

62 jours pour devenir… moi-même

Alors, suis-je devenue une « meilleure version de moi-même », selon l’ambition affichée au début de l’été ? Ça se discute. Pour tous les gens qui m’entourent, j’imagine aisément que la réponse est « oui » :

À lire aussi : Prendre du temps pour moi n’en enlève pas aux autres #62jours

Et même de mon propre point de vue, force est de constater que:

  • Je dors beaucoup mieux (alors même que je dors moins!)
  • Je suis en meilleure forme
  • J’ai une énergie DE OUF
  • Je me sens globalement mieux dans mon corps et dans ma tête.

À lire aussi : Lettre de rupture — À ma dépression #62jours

Mais ce n’est pas vraiment une « meilleure » version de moi-même, cet état. C’est juste moi. En 62 jours, je suis devenue moi-même !

J’ai réussi à lever les obstacles qui m’empêchaient de m’exprimer, à tous les sens du terme. Je me sentais moins libre, moins épanouie, davantage contrainte, soumise à des forces et des pressions qui me pèsent, sans que je ne puisse m’en défaire.

À lire aussi : Les vertus du rangement, pour esprits encombrés #62jours

Je crois qu’au fond de moi, je savais déjà, en commençant, qu’il n’y avait pas de « meilleure version de moi-même ». Il y a « moi-même », et la latitude que j’ai pour l’exprimer, pour grandir, pour m’épanouir.

C’est cet espace que j’ai conquis cet été, celui qui me permet d’être exactement celle que je voulais être : active, créative, engagée, sportive, ingénieuse, altruiste, leader, sociable, productive, épanouie… heureuse.

À lire aussi : Major Freak to Ground Control : une control freak s’essaie au lâcher prise #62jours

Fresh start : #62jours sur la ligne de départ

Plus je m’approchais du 31 août, et moins j’étais inspirée pour écrire un bilan de ces 62 jours. Et c’est normal, puisque je ne vois pas la fin de cet exercice comme une ligne d’arrivée, mais plutôt comme celle d’un départ.

Je suis à nouveau dans les starting blocks, prête à m’élancer au coup de sifflet. Sauf que je n’attends pas de signal : j’ai déjà commencé, je ne me suis pas arrêtée, je continue à avancer.

J’ai choisi, pour illustrer ce dernier article, l’image d’un lever de soleil. Si tu me demandes ce que je préfère, entre le lever et le coucher du soleil, je n’ai aucune hésitation : je préfère l’aube, c’est toujours un début.

Sauf qu’en photo, c’est pas facile de distinguer l’aube du crépuscule. C’est subtil. Et selon les couleurs, parfois, je ne vois pas la différence.

C’est encore une question de perspective : qu’est-ce que tu vois, quand tu lèves les yeux devant toi ? Un cycle qui s’achève, ou une nouvelle journée qui commence ?

Pour moi, c’est toujours un nouveau départ.

#62jours, c’est fini ?

Oui, j’arrête d’écrire un billet de développement personnel quotidien, parce que je ne veux pas m’imposer une contrainte. En revanche, je ne vais pas arrêter d’écrire sur le développement personnel !

Je voudrais que mes futurs articles soient moins centrés sur moi, et pour ça, j’ai besoin de toi ! Quelles sont les questions existentielles que tu te poses, les grandes réflexions philosophiques comme les petits tracas ?

J’ai fait un appel sur Instagram et j’ai déjà reçu de nombreuses suggestions de sujets !

Je voudrais en faire une sorte de « courrier de la vie » (parce que vraiment, j’te promets que tu ne veux pas de mes conseils en « courrier du coeur ») : une série d’articles dans lesquels je réponds aux messages que je reçois.

Tu veux me soumettre une histoire, un témoignage, une suggestion, une question ? Tu peux m’écrire à clemence[at]madmoizelle.com, objet « #62jours » (ça m’aidera à les retrouver).

Tu peux aussi, si tu souhaites continuer à me lire tous les jours, t’abonner à la Pause Culotte !, notre newsletter quotidienne ! C’est moi qui écris la plupart des éditos, et je m’autorise à y mettre mon grain de sel quand l’inspiration et/ou l’actualité me le permettent !

Et comme tu peux désormais répondre à la Pause Culotte, c’est aussi un moyen de me contacter et d’échanger en direct ! Je lis et je réponds !

Un immense merci pour tous les messages que j’ai pu recevoir, par tous les canaux, tout au long de l’été.

Ma plus grande fierté avec ce projet, c’est pas tout ce qu’il m’a apporté personnellement, c’est ce qu’il a pu apporter à toutes celles et ceux qui l’ont suivi.

Merci ❤️

Tous les articles de la série #62jours

Clemence Bodoc

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires

kanaée

Hey @Clemence Bodoc , un projet trop cool de type #62jours pour cet été ? ;D
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!