Live now
Live now
Masquer
habitudes
Développement personnel

L’inertie des habitudes #62jours

Les habitudes peuvent être une source de confort, de sécurité. Mais elles sont aussi, parfois, des boulets que l’on traîne… Sans s’en rendre compte.
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : Tout ce que je porte jusqu’à m’en casser le dos : l’effet de seuil

Je reviens de 15 jours de vacances très dépaysantes. D’abord, cinq jours de randonnées à la journée, et puis, en deuxième semaine, un trek de quatre nuits en refuge.

Ce qui implique de laisser derrière moi, le temps d’une semaine, tout le confort de mon quotidien, à commencer par ses habitudes.

Je ne me lève pas à la même heure, je ne me couche pas à la même heure, je dors dans un endroit différent tous les soirs, je ne mange pas ce dont j’ai l’habitude, pas aux mêmes heures… J’adore le dépaysement, même temporaire, pour cet effet qu’il produit : m’arracher à mes habitudes.

Je n’ai pas que des mauvaises habitudes, bien sûr, mais j’en ai beaucoup. C’est normal, elles s’installent partout, dans les creux de la journée.

L’inertie des habitudes, une force paralysante ?

En anglais, on dit « force of habit », pour décrire l’inertie des habitudes. C’est tellement vrai…

J’avais jamais remarqué à quelle vitesse les habitudes s’installent. Un jour nouveau, plus de structure, et il n’en faut qu’un deuxième au même endroit, dans les mêmes conditions, pour que déjà, des mécanismes apparaissent.

Les prémices des habitudes ne sont autres que des rudiments de confort : ce sont des graines plantées sur la terre brûlée, qui en germant, installeront un environnement de sécurité.

Plus le temps passe, et plus leurs racines sont profondes. Plus il devient difficile de s’en détacher.

Jusqu’à ce qu’un feu ravage tout, et que l’on se retrouve à nu.

Les habitudes, forces invisibles et parfois fourbes

Un jour, deux jours, six jours et ces manies du quotidien sont revenues, plus coriaces que la mauvaise graine. Elles pousseraient n’importe où, même à flanc de montagne, au troisième jour d’une randonnée itinérante.

On arrive, on s’installe, on mange, on dort, on range, on repart. Et entre temps, une myriade de gestes parasites, parfois inconscients, viennent pomper du temps et de l’énergie.

Je sais même pas pourquoi j’allume mon téléphone, j’ai pas de réseau ici ! Si, je sais pourquoi : parce que je l’allume tous les matins.

Force of habit. Parce que des habitudes naît la routine, et de la routine naît l’ennui. Sans que je ne m’en rende compte, mes habitudes parisiennes étaient devenues une camisole de force, qui m’immobilisait.

« Pas le temps » pour ci ou ça, vous comprenez, je dois d’abord faire toutes ces tâches dont certaines finissent davantage par relever du rituel que d’une quelconque recherche de productivité, et d’épanouissement.

L’inertie des habitudes m’enlise progressivement

Les habitudes m’étouffent bien plus qu’elles ne me soulagent.

Il m’aura fallu cinq jours en mer et pas moins de dix jours à des années lumières de ma zone de confort, il y a un an, pour me rendre compte qu’une importante partie de l’ennui qui m’étouffe inexorablement provient de mes propres habitudes.

De moi-même, donc. Parce que je ne pensais vraiment pas réussir à m’ennuyer au bout du monde. Mais les habitudes poussent toujours aussi vite, même sous les tropiques.

J’ai connu comme ça un vieux baroudeur, se targuant d’être un esprit libre et sans attaches.

Mais ce chef de croisière avait ses habitudes, une fois rentré au port : dîner dans un resto italien, supposément le meilleur de la ville. Et c’est marrant, parce qu’il avait sa pizza en tête depuis le début du voyage, il nous en avait parlé dès le premier jour.

Prendre l’habitude… de les perdre ?

C’est étrange, de voir un grand baroudeur aussi englué dans ses habitudes. T’as beau parcourir les sept mers, quand t’arrives au port, tu ne te poses pas de questions.

J’ai vécu une sensation similaire, perchée sur la montagne. À planifier les prochains jours, comme pour les faire rentrer dans le canevas de mes habitudes, au lieu de me laisser surprendre parce qu’ils ont à m’offrir.

Je vais mettre à profit les jours à venir pour faire le tri dans mes habitudes. Je vais faire l’inventaire de mes manies, de mes rituels, définir les bases de mon confort et les limites du luxe.

Et je serai attentive, à l’avenir, à ne pas laisser ces graines dégénérer en forêt vierge, etme faire clouer sur place par un lierre de petites contraintes fondues dans une sensation de confort familier.

Cet été, je laisse mon quotidien en jachère. Avec la ferme intention d’y faire pousser des merveilles…

À lire ensuite dans #62jours : Je ne suis pas parfaite, et ce n’est pas grave

Les Commentaires
139

Avatar de kanaee
21 juin 2018 à 14h41
kanaee
Hey @Clemence Bodoc , un projet trop cool de type #62jours pour cet été ? ;D
0
Voir les 139 commentaires

Plus de contenus Développement personnel

umur-batur-kocak-art den avoir rien a foutre
Lifestyle

Comment arrêter de vous prendre la tête et devenir la meilleure version de vous-même : on vous dit tout

QueenCamille

11 nov 2022

3
A propos de Madmoizelle

Chères lectrices et lecteurs, Madmoizelle a envie de mieux vous connaître !

Humanoid Native
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical
Développement personnel

Un rendez-vous à 14h, et bloquée dès le matin ? Pas de panique, c’est le waiting mode

Ekaterina Bolovstova / Pexels
Témoignages

Ces 8 conseils de quadras aux vingtenaires vont changer votre vision de l’âge

Aïda Djoupa

24 août 2022

42
avocat-diable-vert
Féminisme

Décryptage : pourquoi tant de gens se font « l’avocat du diable »

Maëlle Le Corre

24 juil 2022

32
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol
Sorties

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

20 mai 2022

deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques
Témoignages

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

11 mai 2022

16
nirvana girl unsplash
Développement personnel

J’ai arrêté de projeter mes insécurités sur les ados en t-shirt Nirvana, et j’ai bien fait

deux amis sur un banc, l'air dépité
Développement personnel

6 conseils pour une rupture amicale sans (trop de) drama

QueenCamille

15 fév 2022

52
la-tessita-par-clara-de-latour
Tatouage

Franco-indienne, russe, mexicaine, elles se tatouent pour renouer avec leurs origines

Anne Chirol

10 fév 2022

bdchild
Société

Cette BD salutaire résonnera chez toutes les childfree fatiguées qu’on leur dise de faire des gosses

Camille Abbey

16 jan 2022

8

La vie s'écrit au féminin