Live now
Live now
Masquer
effet-seuil-dos
Développement personnel

Tout ce que je porte jusqu’à m’en casser le dos : l’effet de seuil #62jours

L’effet de seuil, c’est la limite du poids qu’une personne peut porter confortablement. Qu’est-ce qu’une notion de randonnée itinérante peut apporter au quotidien ?
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : Ma peur et moi : le fauve qui me ronge les tripes

Je déteste faire mes valises. J’emporte systématiquement trop d’affaires, dont bien sûr des affaires inutiles, et tout ce barda m’encombre ensuite dans les transports. Je perds ensuite du temps à déballer et ranger mes affaires dans des placards évidemment pas prévus pour un tel volume.

Et quelques jours plus tard, je désespère à l’idée de devoir re-faire ma valise, cette fois-ci pour rentrer.

Quand j’ai découvert la randonnée itinérante, j’ai d’abord été paniquée par la contrainte du sac à dos : comme le principe est de partir pour plusieurs jours, il faut donc réfléchir à ce dont on a absolument besoin pour la durée du voyage.

J’ai pris cette donnée pour une contrainte, c’est évidemment un exercice difficile pour la bordélique que je suis. Pour 5 jours en montagne, j’emmène quoi ?

Mon premier guide de rando itinérante appelait ce processus « penser son sac ». C’est-à-dire réfléchir précisément au nécessaire à prendre, ainsi qu’à la manière de ranger les affaires à l’intérieur.

Tout ce qu’on emmène, il faut le porter

« Penser son sac » est un exercice délicat, puisqu’il faut prendre en compte les éventualités. En montagne par exemple, qu’on parte 2 ou 5 jours, il faut prévoir de quoi se protéger du soleil, de la pluie, du vent, et du froid.

Mais il faut aussi garder cette contrainte essentielle à l’esprit : tout ce que je veux emporter, je vais devoir le porter.

Et pas le porter 5 secondes, le temps de soupeser le sac et de se dire « ça paaaasse ! ». Il va falloir le garder au dos six heures par jour, marcher, monter, descendre… Ce qui « paaaasse » pendant 30 minutes peut casser le dos au bout d’une heure.

L’effet de seuil : les grammes de trop

Chaque personne a sa propre limite. Peut-être que mon voisin sera à l’aise avec le double du poids maximum que je suis capable de porter.

Mais tout le monde a cette limite, au-delà de laquelle le poids porté devient pénible, douloureux, voire insupportable au bout d’un certain temps. On appelle ça l’effet de seuil.

J’ai déjà connu l’effet de seuil, sur une rando itinérante. J’avais rajouté une partie des vivres sur mon propre portage, et c’étaient quelques grammes de trop.

On m’a retiré moins de 500g de nourriture, et ça allait mieux. C’était à peine croyable. La différence ressentie était énorme, et pourtant, elle n’était objectivement que de quelques centaines de grammes.

C’est pour ça qu’il faut réfléchir aussi méticuleusement au contenu de son sac. Il est rarement trop lourd à cause d’un poids exorbitant. J’ai encore jamais vu un randonneur emmener une trousse de toilette hôtelière, une console de jeu ou que sais-je encore.

C’est souvent 100g + 100g + 100g qui font qu’à la fin, il y a quelques 100g de trop.

Tous ces grammes que je porte et qui me cassent le dos

J’ai eu une illumination pendant mes 5 jours de marche, en me félicitant toute seule pour la façon dont j’avais pensé mon sac. J’étais très à l’aise, malgré son poids.

Je me sentais fière, d’avoir réussi à prendre le strict minimum, et à la fois, le strict nécessaire. J’ai tout utilisé dans ce sac, et il ne m’a rien manqué.

Et son poids était optimal.

Comme quoi, j’en étais capable !

…Alors pourquoi, au quotidien, je m’encombre de tant de poids ? De la même façon que je suis capable, désormais, de ne plus fourrer des centaines de grammes parasites et inutiles dans mon sac de randonnée, pourquoi est-ce que je continue d’emporter partout avec moi des pensées négatives, défaitistes, des frustrations, de la négativité ?

Ça aussi, ce sont des grammes que je porte au quotidien. Oh, ça pèse rien tu sais, une colère ravalée par-ci, une frustration digérée par-là… Un sentiment d’inutilité, une angoisse, une appréhension…

Ça pèse rien, une pensée. Mais une + une + une finissent par atteindre ce fameux effet de seuil. Et soudain, j’en ai plein le dos.

Je me demande ce qui ne va pas, pourquoi je suis triste ou frustrée aujourd’hui. Comme je me demandais avant ce qui peut bien peser si lourd dans ce foutu sac, et ce que je pourrais sortir pour l’alléger.

C’est jamais bien lourd, mais c’est toujours une accumulation.

Avancer l’esprit libre, pour éviter l’effet de seuil, au quotidien

De la même façon que je suis désormais capable de partir 5 jours en montagne avec le strict nécessaire, je dois être capable, à l’avenir, d’avancer chaque jour dans la vie libérée des poids inutiles. Fussent-ils infimes, quasiment insignifiants.

Ça implique de savoir repérer ce qui me pèse, et ne pas laisser tout ça se glisser subrepticement sur mon dos.

« Penser son sac » demande un réel effort de réflexion, de concentration, d’anticipation — et un certain sens du sacrifice (adieu shampoing et crème hydratante). Mais le confort d’évolution ensuite vaut bien tous ces sacrifices.

Il en va de même pour le travail qui m’attend. J’ai trop goûté à la liberté d’une marche l’esprit léger pour reprendre sur les épaules tous ces soucis qui pèsent si peu, mais dont je finis pourtant par en avoir plein le dos.

À lire ensuite dans #62jours : L’inertie des habitudes

Les Commentaires
139

Avatar de kanaee
21 juin 2018 à 14h41
kanaee
Hey @Clemence Bodoc , un projet trop cool de type #62jours pour cet été ? ;D
0
Voir les 139 commentaires

Plus de contenus Développement personnel

umur-batur-kocak-art den avoir rien a foutre
Lifestyle

Comment arrêter de vous prendre la tête et devenir la meilleure version de vous-même : on vous dit tout

QueenCamille

11 nov 2022

3
Sexo
Sponsorisé

Le calendrier de l’Avent érotique Dorcel est disponible en édition limitée

Humanoid Native
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical
Développement personnel

Un rendez-vous à 14h, et bloquée dès le matin ? Pas de panique, c’est le waiting mode

Ekaterina Bolovstova / Pexels
Témoignages

Ces 8 conseils de quadras aux vingtenaires vont changer votre vision de l’âge

Aïda Djoupa

24 août 2022

42
avocat-diable-vert
Féminisme

Décryptage : pourquoi tant de gens se font « l’avocat du diable »

Maëlle Le Corre

24 juil 2022

32
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol
Sorties

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

20 mai 2022

deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques
Témoignages

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

11 mai 2022

16
nirvana girl unsplash
Développement personnel

J’ai arrêté de projeter mes insécurités sur les ados en t-shirt Nirvana, et j’ai bien fait

deux amis sur un banc, l'air dépité
Développement personnel

6 conseils pour une rupture amicale sans (trop de) drama

QueenCamille

15 fév 2022

52
la-tessita-par-clara-de-latour
Tatouage

Franco-indienne, russe, mexicaine, elles se tatouent pour renouer avec leurs origines

Anne Chirol

10 fév 2022

bdchild
Société

Cette BD salutaire résonnera chez toutes les childfree fatiguées qu’on leur dise de faire des gosses

Camille Abbey

16 jan 2022

8

La vie s'écrit au féminin