Live now
Live now
Masquer
illusion-equilibre-62jours
Développement personnel

«Si je m’arrête, je tombe», ou l’illusion de l’équilibre #62jours

« Si je m’arrête, je tombe », c’est ce que Clémence se répétait pour se motiver, quitte à finir sur les rotules tous les 3 mois. Mais que se passe-t-il vraiment, quand on décide de lever le pied ?
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : C’est quoi la différence entre une décision et un choix ?

1…2…3… Soleil ! J’adorais ce jeu. J’adorais être attentive aux intonations de la voix du maître du jeu. Il fallait bouger vite dans son dos et se figer à « soleil ! », aussi longtemps qu’il resterait retourné face aux joueurs statufiés, traquant le moindre battement de cil.

J’adorais devoir garder l’équilibre de toutes mes forces, et l’instant d’après, lâcher tous les chevaux pour avancer le plus possible vers l’arrivée.

C’était un jeu. Et je crois que j’ai pris beaucoup trop au sérieux l’idée qu’il fallait se dépêcher d’avancer, dans la vie.

« Si je m’arrête je tombe », le mensonge qui m’a épuisée

J’ai gardé ce rythme dans la vie. De l’école au travail, j’ai toujours surchargé mes emplois du temps. Une option, deux options, un sport, un instrument de musique, une asso, un projet, je signe.

Plus je suis occupée, plus le temps passe vite, et plus c’est facile de vivre, je trouve. S’il y a toujours des trucs à faire, c’est donc que je n’ai pas le temps de m’ennuyer. Et l’ennui me tue.

Et surtout, si je suis occupée toute la journée, je n’ai pas le temps de penser, de réfléchir à moi, mes envies, mes choix, ma vie. Des trucs qui vont me faire stresser, angoisser, bader.

« Si je m’arrête, je tombe », c’est quelque chose que j’ai eu tendance à me répéter trop souvent, pour me convaincre que cette hyper activité était la solution. L’idée, c’est de rester active pour trouver l’équilibre.

À la recherche de l’équilibre

C’est difficile de rester en équilibre à l’immobile. Pas les deux pieds sur terre j’entends, mais dès qu’on lève un pied, un bras, que le sol bouge un peu… C’est très vite un challenge.

Alors que lorsqu’on est en mouvement, la question ne se pose même pas. On est en équilibre lorsqu’on bouge.

Prends un vélo, par exemple. Ça ne tient pas debout à l’arrêt, mais depuis qu’on m’a enlevé les petites roues, j’ai jamais perdu l’équilibre en roulant.

Je faisais pareil dans la vie : faire toujours plus de trucs, dans tous les sens, pour rester en mouvement coûte que coûte. Comme un vélo : « si je m’arrête, je tombe ».

Sauf que je ne suis pas un deux-roues, je suis un être humain. Donc forcément, au bout d’un moment, j’ai besoin de m’arrêter. Effectivement, après m’être poussée à bout toute seule, oui, je tombe. Dans mon esprit borné, ça prouvait ma théorie.

Sauf que j’avais tort, bien sûr.

Et si je ralentissais ?

J’ai compris, en écrivant une lettre de rupture à ma dépression, que c’était à cause d’elle, de notre relation, que je me surmenais comme ça. C’était la peur de tomber dans le gouffre qu’elle déploie devant mes pieds qui me pousse sans arrêt.

Parce qu’avec elle, quand je tombe, je tombe de haut.

C’était ça, le piège : croire qu’avancer toujours plus, toujours plus vite, allait me protéger du risque de chute. Que j’avais trouvé mon équilibre, tant que j’étais dans ce mouvement effréné.

Mais j’avais tort. Aujourd’hui, j’essaie une autre méthode, exactement le contraire de ce que j’ai toujours fait : j’apprends à ralentir.

J’apprends à observer un instant de pause avant de répondre à une question. J’apprends à écouter ma pensée jusqu’au bout, au lieu de commencer à parler sans savoir où ma phrase veut m’emmener (ça fait des merveilles contre les tics de langage, étonnant…)

J’apprends à prendre le temps, au lieu de lui courir après. Et c’est fou, la différence que tout ça produit dans ma vie.

Quand je m’arrête, je respire

Déjà, incroyable : quand je ralentis, je ne tombe pas. J’ai même tout de suite beaucoup plus de stabilité, d’équilibre. Je prends le temps de voir, d’apprécier tout le travail que je réalise, dans tous les domaines auxquels je touche.

Je prends le temps d’analyser mes problèmes, et de trouver plus efficacement les solutions. J’apprécie davantage mes réussites.

À lire aussi : Chéris tes premières fois, ces chutes libres au seuil de l’inconnu #62jours

Je gagne en sérénité, parce que je ne suis plus dans le stress d’avancer toujours plus vite. Je gagne en efficacité aussi, alors que je vais moins vite : c’est normal, j’arrête de me faire violence… J’accomplis tout en investissant moins d’efforts, en gaspillant moins d’énergie.

Pour prendre une image, c’est comme si j’étais sur un tapis de course, et que je courrais au bon rythme.

Quand je regarde en arrière, celle que j’étais il y a encore quelques semaines, c’est comme si j’essayais de courir plus vite que le tapis, en appuyant mes pas pour le faire tourner plus vite aussi.

Sauf que je ne peux pas mettre le monde à mon rythme — surtout que ce rythme m’épuise…

C’est pas si facile de ralentir, quand on a passé autant de temps à courir. Mais ça fait un bien fou.

À lire ensuite dans #62jours : J’ai pris une grande décision : bannir l’adjectif « petit » de mon vocabulaire

Les Commentaires
139

Avatar de kanaee
21 juin 2018 à 14h41
kanaee
Hey @Clemence Bodoc , un projet trop cool de type #62jours pour cet été ? ;D
0
Voir les 139 commentaires

Plus de contenus Développement personnel

umur-batur-kocak-art den avoir rien a foutre
Lifestyle

Comment arrêter de vous prendre la tête et devenir la meilleure version de vous-même : on vous dit tout

QueenCamille

11 nov 2022

3
A propos de Madmoizelle

Chères lectrices et lecteurs, Madmoizelle a envie de mieux vous connaître !

Humanoid Native
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical
Développement personnel

Un rendez-vous à 14h, et bloquée dès le matin ? Pas de panique, c’est le waiting mode

Ekaterina Bolovstova / Pexels
Témoignages

Ces 8 conseils de quadras aux vingtenaires vont changer votre vision de l’âge

Aïda Djoupa

24 août 2022

42
avocat-diable-vert
Féminisme

Décryptage : pourquoi tant de gens se font « l’avocat du diable »

Maëlle Le Corre

24 juil 2022

32
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol
Sorties

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

20 mai 2022

deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques
Témoignages

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

11 mai 2022

16
nirvana girl unsplash
Développement personnel

J’ai arrêté de projeter mes insécurités sur les ados en t-shirt Nirvana, et j’ai bien fait

deux amis sur un banc, l'air dépité
Développement personnel

6 conseils pour une rupture amicale sans (trop de) drama

QueenCamille

15 fév 2022

52
la-tessita-par-clara-de-latour
Tatouage

Franco-indienne, russe, mexicaine, elles se tatouent pour renouer avec leurs origines

Anne Chirol

10 fév 2022

bdchild
Société

Cette BD salutaire résonnera chez toutes les childfree fatiguées qu’on leur dise de faire des gosses

Camille Abbey

16 jan 2022

8

La vie s'écrit au féminin