Live now
Live now
Masquer
decision-choix-62jours
Développement personnel

C’est quoi la différence entre une décision et un choix ? #62jours

Avoir le choix, c’est aussi devoir faire des choix… Ne pas avoir le choix, c’est insupportable. Quel paradoxe ! Et comment les décisions permettent-elles d’en sortir ?
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : Faire le tri dans ma vie, pour mieux voir l’horizon

Le choix, pour moi, est une source de paradoxes infinie. Je déteste avoir à choisir, ça me torture, j’ai peur de faire une erreur, de me planter, de le regretter ensuite. Mais soyons honnête : je ne supporte pas non plus… de ne pas avoir le choix.

Oui, je sais, c’est complètement paradoxal. J’ai cherché à comprendre pourquoi j’avais autant d’aversion pour les choix, tout en cherchant désespérément à avoir le plus de choix possible, tout le temps.

Avoir le choix, ce fléau… indispensable

Le pire, c’était pendant mes années lycée. J’ai fait un Bac S parce que « ça ouvre toutes les portes », parce que je voulais repousser le moment de choisir une spécialisation, pire, un métier, au plus tard possible dans mes études.

J’ai toujours choisi les voies qui me laissaient ensuite le plus de choix.

C’est dramatique, comme façon de (ne pas) choisir. Je poursuivais la possibilité de choisir, tout en refusant systématiquement d’exercer, d’éprouver toutes ces possibilités.

Un vrai paradoxe.

Pourquoi choisir me paralyse ?

Ah, la question à un milliard. Je sais pas pourquoi je déteste autant choisir. Parce que j’ai l’impression de renoncer ? Parce que choisir c’est forcément renoncer aux autres possibilités ? Sans doute.

Plus j’avance dans la vie, et plus je me dis que choisir, c’est un mouvement dans le temps. Quand on veut avancer dans l’espace, on fait un pas vers l’avant. Quand on veut avancer dans le temps, on fait un choix.

La différence, c’est que dans l’espace, on peut souvent revenir en arrière. Mais pas dans le temps. Il faut faire un autre choix, et c’est toujours vers l’avant.

Est-ce que ma peur du choix est un avatar de la peur de vieillir, de la peur de la mort ? Peut-être. Je la ressens plutôt comme une peur de l’échec, une réticence à essayer, à risquer de me tromper.

Quand j’ai pas le choix… Je décide

Je me torture face à mes choix, mais si je suis honnête avec moi-même, je sais que je préfèrerai toujours avoir le choix, plutôt que l’inverse.

Quand j’ai pas le choix, le seul moyen d’avancer, c’est de prendre une décision. C’est comme un saut à l’élastique, sans savoir si la corde est trop longue, si je vais pas finir par m’écraser au sol.

Une décision, c’est souvent un saut dans l’inconnu. Pour reprendre ma métaphore du mouvement dans l’espace, je dirais que c’est un pas vers l’avant, mais un pas décidé, même si je ne vois pas où je mets les pieds.

Si t’hésites, c’est pas une décision, c’est une tergiversation.

Je décide donc j’agis

Je crois que je sais, au fond de moi, pourquoi mon rapport au choix est aussi tendu. C’est parce que c’est un rapport passif : j’ai le choix ou je ne l’ai pas. Ce n’est pas moi qui contrôle cette donnée.

En revanche, lorsque je décide, c’est moi qui agis. Et prendre une décision, c’est quelque chose que je peux faire, que j’aie le choix ou non.

Même quand j’ai pas le choix, finalement, c’est en prenant une décision que je m’octroie un choix. Entre subir ou choisir, la différence est parfois, tout simplement, la prise d’une décision.

C’est exactement ce que je fais lorsque j’écris une lettre de rupture à ma dépression : si j’avais le choix, je ne serais pas dépressive. Mais je n’ai pas le choix, alors je décide de m’en sortir. Il n’est pas dit que ce sera un succès… Simplement, je refuse de subir. Et ce faisant, je reprends du pouvoir sur ma propre destinée.

Il paraît que dans la vie, c’est le chemin qui compte, pas la destination. (Surtout si la destination, c’est la mort… On va dire que je ne suis pas pressée d’arriver !).

Chaque jour qui passe, je fais des pas, à travers chacun de mes choix. Et lorsque je suis coincée, arrêtée par un obstacle… Je décide d’avancer.

Mais c’est bien plus facile à écrire qu’à réaliser…

À lire ensuite dans #62jours : « Si je m’arrête, je tombe », ou l’illusion de l’équilibre

Les Commentaires
139

Avatar de kanaee
21 juin 2018 à 14h41
kanaee
Hey @Clemence Bodoc , un projet trop cool de type #62jours pour cet été ? ;D
0
Voir les 139 commentaires

Plus de contenus Développement personnel

lelo-lily3-saint-valentin-selfcare (1)
Lifestyle

Changer les codes de la Saint-Valentin ? Mélodie, 23 ans, m’a donné sa vision du 14 février

Oscar Staerman

04 fév 2023

Faites-ce-test-et-on-vous-dira-quelle-très-mauvaise-résolution-prendre-pour-2022
Quizz et Tests de personnalité

Faites ce test et on vous dira quelle très mauvaise résolution prendre pour 2023

Anthony Vincent

31 déc 2022

7
umur-batur-kocak-art den avoir rien a foutre
Lifestyle

Comment arrêter de vous prendre la tête et devenir la meilleure version de vous-même : on vous dit tout

QueenCamille

11 nov 2022

3
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical
Développement personnel

Un rendez-vous à 14h, et bloquée dès le matin ? Pas de panique, c’est le waiting mode

Ekaterina Bolovstova / Pexels
Témoignages

Ces 8 conseils de quadras aux vingtenaires vont changer votre vision de l’âge

Aïda Djoupa

24 août 2022

42
avocat-diable-vert
Féminisme

Décryptage : pourquoi tant de gens se font « l’avocat du diable »

Maëlle Le Corre

24 juil 2022

32
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol
Sorties

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

20 mai 2022

deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques
Témoignages

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

11 mai 2022

16
nirvana girl unsplash
Développement personnel

J’ai arrêté de projeter mes insécurités sur les ados en t-shirt Nirvana, et j’ai bien fait

deux amis sur un banc, l'air dépité
Développement personnel

6 conseils pour une rupture amicale sans (trop de) drama

QueenCamille

15 fév 2022

52

La vie s'écrit au féminin