Live now
Live now
Masquer
62-jours-excuse-moi
Développement personnel

Lettre d’excuses à moi-même : pardon pour le mal que je t’ai fait #62jours

Faire la paix avec soi-même, se remettre au centre de sa vie, c’est ce que Clémence essaie de faire en 62 jours d’introspection. Dimanche 2 juillet : l’heure des excuses.

Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Je suis désolée de tout le mal que je t’ai fait.

Je me rends compte aujourd’hui que je t’ai souvent manqué de respect, et que j’ai eu tort. C’est intolérable. Tu aurais pu me lâcher un million de fois, et malgré mon manque cruel de considération envers toi, tu tiens bon.

Je te demande pardon

Pardon pour toutes les fois où je ne t’ai pas écoutée, préférant retenir mille avis extérieurs plutôt que le tien, toi qui me connais et me comprends si bien.

Je nous ai fait perdre un temps fou à te répéter que tu avais tort, forcément. Si tu es la seule à penser ça, contre tous les autres, tu as forcément tort… Alors que non.

À lire aussi : Comment j’ai compris que je valais quelque chose (et pourquoi ça m’a pris des années)

J’aurais dû prendre en considération le fait que ta voix est importante pour moi. Pour nous. Au lieu de ça, j’ai laissé les autres influencer nos choix, envers et contre ton meilleur jugement.

Je te demande pardon pour ma négligence

J’ai pris notre santé pour un acquis, et la maladie pour un désagrément, malédiction du hasard. C’était plus facile que d’accepter ma responsabilité dans notre bien-être physique et psychologique.

C’était pourtant évident. Ça ne me serait pas venu à l’idée de fumer, sachant les dommages que cette habitude pouvait nous causer.

Mais ça ne m’a pas dérangée de reléguer toute idée d’activité physique régulière au rang de lubie bonne à faire mousser les fitgirls sur Instagram.

Ça ne m’a pas dérangée de lever le coude 4 soirs par semaine, parce que juste un verre par-ci, juste un verre par-là, c’est l’art de la table à la française, pas du tout une habitude de consommation néfaste pour nous.

Je suis désolée pour toutes les fois où j’essayais de me convaincre que c’est normal que la vie soit dure et pénible, que ça s’arrangerait peut-être un jour, mais qu’on avait pas le choix.

T’en avais plein, des suggestions de choix. Mais j’avais peur de les écouter, peur qu’elles me séduisent, peur qu’elles nous emmènent trop loin des chemins tous tracés où le risque d’échec est moins grand, et suscite plus d’empathie, le cas échéant.

Je te demande pardon pour mon intransigeance mal placée

Je suis désolée d’avoir considéré qu’on avait à subir un destin, quand tu m’as toujours poussée à prendre les commandes de notre vie.

Je suis vraiment désolée d’avoir toujours pris pour acquis tous tes efforts, et toutes tes réussites, des plus petites victoires aux plus grandes batailles.

Jamais un merci de ma part, jamais une once de considération pour le chemin parcouru, le travail accompli, les étapes franchies, les marches gravies.

J’ai systématiquement regardé notre progression d’un oeil négatif, extrêmement critique, et souvent dépréciateur. T’étais jamais assez bien. J’étais toujours trop sévère. Je croyais, avec arrogance, nous tirer vers le haut. La vérité, avec humilité, est que je nous enfonçais.

La vérité, c’est que si je pouvais faire « reset » au jeu de la vie, et choisir un nouveau personnage pour repartir de zéro, je te choisirais toi.

Mais au lieu de jouer contre toi, je jouerais avec toi, tes forces, tes atouts, ta vulnérabilité, tes passions et ta voix. Avec tout ça comme les forces qu’elles sont, depuis le début.

On défoncerait tout, toi et moi. Mais il n’est pas trop tard pour commencer, et (re)partir du bon pied : en équipe.

Si tu acceptes mes excuses, cher moi-même, je suis prête à t’apprécier, et à construire avec toi la vie dont on a toujours rêvé. C’est juste que j’osais pas me l’avouer…

Pardon et merci

Pardon pour tout le mal que je t’ai fait. Sincèrement.

Et merci. Merci pour ta patience, merci pour ta persévérance, merci pour ta résistance, merci pour ta résilience, merci pour avoir tenu bon, merci pour ta force, merci aussi pour tes faiblesses et ton humilité, qui m’ont gardée les pieds sur Terre et la tête sur les épaules.

Merci pour ta clémence, merci pour ton pardon.

Si je suis fière de nous, c’est grâce à toi. Merci pour ça.

À lire aussi : Je suis pas venue ici pour souffrir… Mais je suis prête à en chier pour avancer #62jours

Les Commentaires
139

Avatar de kanaee
21 juin 2018 à 14h41
kanaee
Hey @Clemence Bodoc , un projet trop cool de type #62jours pour cet été ? ;D
0
Voir les 139 commentaires

Plus de contenus Développement personnel

Tatouage
la-tessita-par-clara-de-latour

« Besoin de savoir d’où je venais et de le marquer dans ma peau » : quand le tatouage nous relie à nos origines

Anne Chirol

30 nov 2021

Développement personnel
tim-gouw-unsplash- faire la conversation

Vous ne savez pas faire la conversation ? Voici quelques conseils pour un small talk de qualité

Sophie Riche

23 nov 2021

32
Témoignages
deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

13 nov 2021

8
Développement personnel
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical

Si vous avez un truc à 14h, ça vous bloque dès 9h ? C’est le waiting mode, et des solutions existent

Amour
coeur en papier brisé

« C’est un mec bien » n’est pas une raison de rester en couple, et l’apprendre a changé ma vie

Margaux Palace

02 nov 2021

68
Développement personnel
pexels-wendy-wei-regard des autres

Comment en finir avec la peur d’être constamment jugée par les autres

QueenCamille

22 oct 2021

11
Travail
conge-sabbatique-bienfais-creativite

J’ai pris 5 mois de congé sabbatique et c’était ma meilleure idée de l’année

Kalindi Ramphul

14 oct 2021

Développement personnel
Deux femmes noires, l'une pose sa tête sur l'épaule de l'autre.

Pour les personnes opprimées, « cultiver le plaisir est un acte de résistance »

Hélène Molinari

13 oct 2021

Développement personnel
femme – triste – miroir

Les 4 obstacles à surmonter quand on manque de confiance en soi

Sophie Riche

06 oct 2021

30
Développement personnel
Femmes – amies – selfie

Comment reconnaître une vraie amitié ?

Nathalie Serbin

05 oct 2021

41

La vie s'écrit au féminin