Live now
Live now
Masquer
ecouter-comprendre-autres-62jours
Développement personnel

Apprendre à (s’)écouter, pour mieux comprendre les autres #62jours

Pour réussir à communiquer, il faut savoir écouter. Après avoir travaillé à mieux s’écouter elle-même, Clémence augmente le niveau de difficulté. Objectif : écouter et comprendre… Les autres.
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : Le jour où j’ai appris à tracer ma propre voie

Depuis le début de cet exercice d’introspection quotidien, j’ai toujours le même problème : le fait d’être centrée sur moi me provoque toujours un petit malaise. Déjà, j’ai pas l’habitude de prendre un moment dans ma journée pour me demander « comment ça va ».

Ensuite, j’ai toujours, en toile de fond, le sentiment d’un égoïsme inconfortable lorsque je fais ça. Comme si m’écouter moi-même était déductible du temps d’attention que j’accorde aux autres.

En 43 jours, j’ai finalement réussi à comprendre et à dépasser ce blocage : non seulement j’ai le droit de m’accorder de l’attention, mais en plus, comment pourrais-je être d’une quelconque aide autour de moi si je ne commence pas par prendre soin de moi ?

C’était logique, quand j’y pense, mais il m’a quand même fallu vaincre ma peur, mon aversion de l’erreur et de l’échec, rompre avec ma dépression, me réconcilier avec mes émotions, me débarrasser de la colère et apprendre à respirer.

Alors c’était peut-être logique, mais c’était loin d’être évident.

Je m’écoute, donc je suis BIEN

Aujourd’hui, j’ai la sensation d’être beaucoup plus à l’aise, et surtout beaucoup plus solide dans ma vie qu’avant de débuter cet exercice.

Je m’entends, je m’écoute quand je repère des signaux d’alerte, de fatigue, de stress. Je remarque aussi mes émotions positives, et je les apprécie.

C’est comme si j’avais réussi à établir (rétablir?) un dialogue avec moi-même. Et quand je mesure à quel point cette ligne de communication a été bénéfique pour mon bien-être, je n’ai qu’une question sur les lèvres : comment je fais pour répéter ça avec tous les gens qui m’entourent ?

Est-ce que c’est possible de dupliquer ce modèle d’écoute avec les autres ?

Est-ce que je sais communiquer ?

Qu’est-ce que j’ai réussi avec moi-même, que je n’arrive pas encore à faire avec les autres ?

La première réponse qui me vient à l’esprit, c’est : prendre en compte les émotions. Je n’écoute pas ce que j’ai à me dire, j’écoute ce que mes émotions ont à dire.

— Ça va ? — Ça va, ça va.

Qu’est-ce que ce ton pressé, un peu timide, dit de plus que les mots ? C’est ce que j’ai appris à écouter chez moi, et que je peux aussi apprendre à lire chez les autres.

Globalement, nous sommes d’assez mauvais menteurs. La voix et les yeux nous trahissent assez souvent. C’est juste que je choisis d’écouter les mots au lieu de lire tout le reste. La posture, le ton, les gestes, ou leur absence.

Communiquer : tout écouter, sans absorber

La clé de ma communication, découverte pendant cet été, c’était surtout le fait de réussir à écouter mes émotions sans les subir.

Ma pratique régulière de la méditation m’a amené ce super-pouvoir : celui de ralentir le temps, et me permettre d’observer mes réactions à une phrase ou à un événement, sans me prendre la réponse émotionnelle en pleine poire.

Par exemple, une phrase blessante avait le don de me faire passer par plusieurs étapes de colère et de peine. Aujourd’hui, j’arrive à faire « pause » et réfléchir à pourquoi cette phrase me touche, au lieu d’être touchée, et d’avoir à gérer les conséquences.

En bref : j’ai arrêté de tout prendre personnellement. Ça a été une véritable révélation, car j’étais persuadée d’être déjà très détachée de tout ça. En réalité, je prenais tout dans les tripes, et je refoulais. Ça finissait par m’exploser à la gueule, plus tard.

Maintenant, je m’écoute, je gère, et je lâche prise.

Ça aussi, je suis capable de le faire avec les autres. J’ai déjà commencé, très instinctivement : je ne suis plus touchée lorsque leurs mots me touchaient pourtant il y a quelques semaines encore.

Ce qu’il me manque, c’est la dernière étape de cette communication : écouter et comprendre quelles émotions provoquent chez eux, cette réponse.

Est-ce que c’est la colère, la peur, le stress, la tristesse qui leur fait dire ça, agir comme ça ? Je ne vais pas forcément pouvoir régler leur problème (et ce n’est pas à moi de le régler !), mais je peux le comprendre, et ajuster ma réponse en fonction.

« Non mais calme-toi hein, m’agresse pas comme ça ! » a rarement été une réponse efficace, sur une personne en train de s’étouffer avec sa colère.

En revanche, demander par exemple : « qu’est-ce qui t’a touché•e pour te mettre en colère comme ça ? » est une meilleure ouverture de dialogue.

Communiquer, ça veut dire quoi ?

Avant, je voyais le monde comme un réseau interconnecté, duquel j’étais exclue. J’ai pas les bons accès, j’ai pas les codes, ce que je dis ou ce que je récolte se retrouve toujours à côté de la plaque.

Maintenant, j’ai changé de perspective. Je nous vois tous et toutes comme un microcosme : chacun•e d’entre nous vit dans son propre univers, avec son propre langage et sa propre complexité. Ses propres perspectives.

Communiquer, c’est établir un lien entre ton univers et le mien. C’est pas ce que tu dis qui m’intéresse, c’est d’où ça vient : pourquoi tu dis ça ? Qu’est-ce que t’essaies de transmettre et d’obtenir ?

Communiquer c’est un échange, et j’ai jamais vraiment été capable de le comprendre. Un peu comme avec tout ce qu’on considère comme étant naturel : j’avais tendance à penser que ça se fait tout seul, pas besoin d’apprendre, et surtout, pas besoin de bosser.

Sauf que communiquer demande beaucoup de travail. Pour apprendre.

Communiquer, c’est un travail que j’amorce à peine

À l’aune de ces réflexions, je suis fascinée par le nombre de qui pro quo, de malentendus et d’incompréhensions qui surviennent entre nous. Je vois, sur tous mes réseaux sociaux, sur des forums, des gens qui partagent les mêmes idées s’écharper sur la manière de les exprimer.

J’en vois d’autres aux convictions radicalement opposées s’emprunter les mêmes mots, et s’agacer des amalgames dans lesquels on les enferme, de ce fait.

Et je vois désormais ces centaines de petits univers, que j’apprends à connaître depuis que je les regarde dans leur entièreté, et non plus à travers le filtre extrêmement restreint des mots qu’ils emploient.

Je me dis que c’est surtout ça, que les réseaux sociaux nous ont apporté : ils nous ont déraciné•es. Avant, on ne pouvait parler qu’aux gens qu’on rencontrait, qu’à ceux qu’on allait chercher dans leur univers (je pense aux correspondant•es épistolaires, par exemple). De fait, on recevait leurs mots depuis leur univers.

Mais sur Facebook, Twitter et autres, je n’ai aucun contexte sur les gens qui me laissent un commentaire, ceux dont je lis les échanges sur des plateformes publiques. Alors je m’attache à leurs mots, mais ils ne traduisent pas forcément leur pensée.

Ça ne me fera pas quitter les réseaux sociaux, car je trouve toujours ça formidable de pouvoir toucher, atteindre autant de monde… juste avec quelques mots lancés sur Internet.

C’est juste un immense soulagement d’avoir compris que ce n’est pas moi qui suis en dehors de ce monde: c’est nous tou•tes qui sommes des micro-univers, en orbite sur la Toile.

Et les mots qu’on se lance sont des perches tendues pour s’ancrer les uns aux autres.

À lire ensuite dans #62jours : Rencontre avec la vulnérabilité

Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

139
Avatar de kanaee
21 juin 2018 à 16h06
kanaee
Hey @Clemence Bodoc , un projet trop cool de type #62jours pour cet été ? ;D
0
Voir les 139 commentaires

Plus de contenus Développement personnel

pexels-liza-summer-6382633
Santé mentale

« Ma psy m’a appris à comprendre et accepter mes émotions sans lutter contre elles » : Louise a testé cette nouvelle façon de suivre une thérapie

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : @Photo de David Eluwole
Bien-être

Avoir un passe-temps régulier serait bon pour la santé mentale et c’est la science qui le dit 

pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical
Développement personnel

Waiting mode : pourquoi sommes-nous bloqués toute la journée lorsqu’on attend un rendez-vous ?

15
Faites-ce-test-et-on-vous-dira-quelle-très-mauvaise-résolution-prendre-pour-2022
Développement personnel

Faites ce test et on vous dira quelle très mauvaise résolution prendre pour 2024

9
Maré-Mananga-la-chorale-afro-féministe-qui-va-vous-donner-envie-de-donner-de-la-voix
Musique

Attention, cette chorale afroféministe va vous donner envie d’en rejoindre une direct

5-langages-amour-test
Développement personnel

Langage de l’amour : ce test révèle votre manière préférée de donner et recevoir de l’amour

27
vitiligo-temoignages
Développement personnel

3 jeunes femmes racontent leur vie avec le vitiligo

8
Source : Unsplash / CDC
Développement personnel

J’ai grandi avec mon père comme seul parent et ça n’a pas toujours été facile

5
[Image générée par une AI] Calque Vertical
Développement personnel

5 conseils pour se débarrasser des gens en festival

1
Source : Joel Muniz / Unsplash
Développement personnel

J’ai arrêté d’être jalouse des autres femmes, et ma vie est plus douce

30

La vie s'écrit au féminin