Live now
Live now
Masquer
Cette-utilisatrice-vinted-tague-ses-vêtements-des-mots-clés-Bella-Swan-et-Elena-Gilbert-pour-miser-sur-la-tendance-vampires
Tendances Mode

Vos fringues bof du collège valent peut-être de l’or sur Depop ou Vinted

Comment rentabiliser les fringues oubliées au fond de vos placards qui datent du collège-lycée ? Sur Vinted ou Depop, en les taguant Y2K, cottagecore, Twilight, ou n’importe quelle tendance en vogue sur TikTok et Netflix, pardi !

Sur les sites de ventes de vêtements et accessoires de seconde main, il y a celles et ceux qui galèrent à chercher ce qui leur convient. Et d’autres personnes qui connaissent toujours les bons mots clés afin de tomber facilement sur des pépites ! 

Vos fonds de tiroir se revendront plus facilement avec les bons mots-clés

Côté vente comme côté achat, connaître les tendances du moment peut justement faciliter ce processus. Savoir que l’expression « Y2K » désigne les tendances des années 2000 qui reviennent actuellement à la mode peut être utile si vous cherchez à vendre ou acquérir un petit tube top bien crop ou un jean ultra taille basse.

Si bien que certaines personnes malines peuvent surfer sur toutes les micro-tendances du moment — dont regorge TikTok — pour vendre des pièces pile dans l’ère du temps…

On peut ainsi augmenter ses chances de trouver une pièce recherchée ou vendre de façon ciblée avec les bons mots clés : « mermaidcore » pour des bijoux en coquillage dignes d’une sirène, « cottagecore » sur une petite blouse romantique, « dark academia » associé à une paire de mocassins à grosses plateformes ou encore « goblincore » pour désigner une chemise à l’imprimé champignon trop choupi. 

Même s’ils peuvent s’avérer très pratiques pour remonter dans des recherches précises sur des sites de vente de vêtements et accessoires de seconde main, ce genre de mots-clés peut aussi servir parfois de cache-misère et regrouper des vêtements peu nobles issus de la fast-fashion, voire de dropshipping, qui peuvent ainsi se racheter une image, une origine, et donc tout un récit vendeur (c’est ce qu’on appelle le storytelling : l’art de raconter une histoire) en surfant sur la dernière tendance, voire en l’anticipant.

Du simple storytelling au cache-misère malhonnête

Comme vient de le remarquer la journaliste Caroline Haskins sur Twitter, certains utilisateurs vendent ainsi une cinquantaine de dollars des vêtements en les affiliant à la tendance Bella Swan, héroïne de la saga Twilight (qui vient d’arriver sur Netflix), ou Elena Gilbert de la série Vampire Diaries (oui, le style « copine de vampires » devient à la mode) alors que ces mêmes pièces seraient à peine vendus une dizaine de dollars en temps normal sur la même plateforme.

Pourquoi préciser les matières premières qui entrent dans la composition, le lieu de confection, la marque réelle ou l’année d’achat quand on peut se contenter de faire miroiter qu’il s’agit d’une pièce essentielle pour achever un look so Y2K, digne de Twilight ?

« Des meufs sur Depop vendent des hauts pas chers de 2008 à 50$ en disant qu’ils donnent une “vibe Bella Swan” ou une “Elena Gilbert énergie”. Sûrement parce que Twilight vient de débarquer sur Netflix, et que les gens cherchent à anticiper en vendant ou portant ce genre de choses qui ne sont pas encore assez vieilles pour être considérées comme « vintage”. »

Là où ça devient carrément malhonnête, c’est quand les personnes vendeuses font croire que leur débardeur bof tient d’une pièce rare afin de justifier des prix beaucoup trop élevés pour ce que c’est, abusant de la naïveté de potentiels acheteurs souvent très jeunes.

Ce phénomène montre bien ce qu’explique Elodie Juge, docteure en science de gestion, dans l’épisode Seconde main de Matières Premières, podcast mode de Madmoizelle : la plateformisation de la seconde main amène tout un chacun à développer des compétences marketing pour devenir à la fois consommateur et marchand, voire entrepreneur de son dressing. Digne de la fast-fashion, ce genre de dynamiques qui nous fait acheter un storytelling plus qu’une vêtement de qualité invite donc à s’interroger et rester vigilantes.

Même si on peut aussi s’en inspirer à bon escient pour augmenter les chances de vendre ce dont on a besoin : en plus de renseigner comme il faut tout ce qu’on sait de la pièce (composition, date d’achat, marque, pays de fabrication, voire mensurations), pourquoi pas ajouter quelques mots-clés bien sentis !

Car oui, même un petit débardeur bordé de dentelle acheté au début des années 2000 qui traîne au fin fond de vos placards pourrait faire des heureuses en quête d’un style so Y2K, sans pour autant les tromper. Les dupes mode, ça peut être cool, les arnaques beaucoup moins.

À lire aussi : Boohoo tente de se réhabiliter, entre promesses écolo et « on n’est pas les moins chers » de la fast-fashion

Les Commentaires
9

Avatar de MorganeGirly
26 août 2021 à 11h43
MorganeGirly
D
@Ada or ardor @MorganeGirly
Le pb ne vient pas forcément des Vinties, mais pourrait aussi venir des "petites boutiques indépendantes" dans lesquelles elles ont fait l'acquisition de ces vêtements, qui au final font du dropshipping. Les Vinties peuvent être convaincu·es d'avoir fait un achat fifou en boutique du coup...
Dans mon cas, le legging avait effectivement l'air bien neuf et vu que les couleurs se sont oxydées quasi immédiatement avec la chaleur de mon corps, je pense que ça aurait été visible si ça avait déjà été porté. Donc je penche vraiment pour une "arnaque" de la fille Vinted. Après, elle a pu l'acheter dans une boutique locale... Mais revendu immédiatement sans le porter, c'est probable que de toute façon la vendeuse voulait faire du business et non revendre un truc dont elle ne voulait plus... et faire du business pour moi c'est pas du tout le concept Vinted! Faire un gain sur un vieux vêtement qui a gagné en valeur ou revendre plus cher que le prix qu'on a payé un truc comme neuf qu'on a eu très bon marché grâce à notre situation/circonstances bon ok ça se défend, mais revendre un truc neuf plus cher direct (vu que visiblement c'était un produit Shein tendance du moment, c'était même pas revendre un truc très demandé en rupture...) pour faire un bénéfice, je trouve pas ça normal
0
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Tendances Mode

Pantalons
Le-sagging-chez-Willy-Chavarria-1

Des prisons aux podiums, le caleçon qui dépasse du pantalon se rachète une image

Anthony Vincent

19 sep 2021

3
Bijoux
pandora-rentree-2021-creole
Sponsorisé

Pour la rentrée, affichez vos passions avec vos bijoux

Tendances Mode
Kim Kardashian au Met Ball en fetishwear

Les stars en latex et cagoules sont-elles maboules ? Pourquoi le fetishwear envahit la mode

Anthony Vincent

16 sep 2021

Mode
Le-jeune-créateur-Peter-Do-réinterprète-une-tenue-traditionnelle-vietnamienne-quest-lao-dai

La robe sur pantalon vous terrifie ? Le créateur vietnamien Peter Do la rend désirable

Anthony Vincent

16 sep 2021

6
Tendances Mode
Le-décolleté-de-pubis

Les pantalons taille basse en V façon décolleté de pubis défient la gravité et nous laissent pantoises

Anthony Vincent

15 sep 2021

11
Actu mondiale
DoNotTouchMyClothes proclament des Afghanes sur Twitter contre les talibans

#DoNotTouchMyClothes : les Afghanes résistent au niqab imposé par les talibans

Anthony Vincent

14 sep 2021

8
Actualité mode
[Site web] Visuel horizontal (1)

Le message caché de la tenue d’Elliot Page au Met Gala

Actualité mode
met-gala-vert

Les meilleures blagues sur le Met Gala 2021

Eva Levy

14 sep 2021

Mode
sélection shopping rentrée Blancheporte
Sponsorisé

Voici de quoi vous saper pour toutes les occasions, que vous fassiez un 42 ou un 58

Actualité mode
Cara-Rihanna-et-Lil-Nas-X-au-gala-du-MET

Engagées, WTF ou sublimes, les tenues du Met Gala envoient du lourd (sauf les costards boring)

Anthony Vincent

14 sep 2021

24

La société s'écrit au féminin