Live now
Live now
Masquer
Une femme en trench et solaire à gauche, ainsi qu'une femme en costume rose, sur la page d'accueil de Boohoo le 16 août 2021
Actualité mode

Boohoo tente de se réhabiliter, entre promesses écolo et « on n’est pas les moins chers » de la fast-fashion

16 août 2021
Régulièrement épinglé pour ses pratiques proche de l’esclavagisme, le groupe britannique Boohoo (de la marque du même nom, mais aussi Nasty Gal et Pretty Little Thing) communique sur ses promesses pour devenir plus éthique et durable. Et ça sonne creux.

Quand on parle de fast-fashion, certaines marques sautent directement à l’esprit. Parmi elles, les pratiques du groupe britannique Boohoo (propriétaire de la marque du même nom, mais aussi de Nasty Gal et Pretty Little Thing, entre autres) ont régulièrement été pointées du doigt.

Le groupe Boohoo, régulièrement épinglé pour ses pratiques proche de l’esclavagisme

Leurs vêtements ont beau être fabriqués en Europe (et même au Royaume-Uni, comme en atteste leurs étiquettes), cela n’est fait pas pour autant un gage de qualité, d’éco-responsabilité et d’éthique.

En 2018, le Financial Times s’inquiétait ainsi des terribles conditions de travail dans les ateliers de confection de Leicester (ville au Nord de Londres) qui fournissent le groupe. Le média britannique notait déjà que certains travailleurs étaient payés à peine 3,50 £ (environ 3,90€) de l’heure, alors que le salaire minimum local s’avère fixé à 8,72£ (soit 9,70€).

En 2019, c’est carrément le Parlement britannique qui pointe dans une étude l’inaction du groupe Boohoo face aux pratiques non durables et abusives de ses fournisseurs.

En 2020, c’est cette fois un documentaire réalisé par Edouard Perrin et Gilles Bovon diffusé par Arte, Fast fashion – Les dessous de la mode à bas prix, qui filme les ateliers britanniques de misère fournissant Boohoo.

Fast fashion - Les dessous de la mode à bas prix | ARTE

Les documentaristes français tentent d’y demander des comptes au PDG de l’époque, Umar Kamani (de la famille fondatrice du groupe Boohoo). Celui-ci les envoie violemment bouler face caméra.

Alors que les révélations à l’encontre du groupe aux pratiques quasi-esclavagistes s’accumulent, ce dernier perd plusieurs investisseurs d’une valeur de 2 milliards de livres, et dévisse en bourse d’une hauteur de 3 milliards de livres en juillet 2020.

Ce qui amène Boohoo à vouloir redorer son blason — et rien de tel pour cela que beaucoup de promesses qui fleurent bon le greenwashing…

Opération « redorer le blason de Boohoo » à coup de greenwashing et déresponsabilisation

Depuis, le groupe tente de se racheter une image en multipliant les promesses éthiques.

L’entreprise communique aujourd’hui sur sa volonté d’agrandir son entrepôt, de construire de nouveaux systèmes informatiques pour répondre à la demande croissante des marchés internationaux (signe que leurs ventes se portent bien, même si les scandales se multiplient…), et donc de créer 5000 emplois sur les cinq prochaines années, rapporte notamment le WWD le 13 août 2021.

Et pour mieux défendre son nouveau manifeste à propos d’efforts visant à devenir plus durable et éthique, l’actuel PDG, John Lyttle (car rien de tel que de changer de tête dirigeante pour donner l’impression d’un changement radical, n’est-ce pas) a pris la parole dans un podcast économique, Wake Up to Money de Sean Farrington, diffusé le 11 août 2021 par la BBC.

Selon John Lyttle de Bohoo, faire de la fast fashion ne revient pas à faire de la mode jetable. Ce n’est pas de sa faute, il ne fait que répondre au désir de l’époque qui exige que tout aille vite :

« L’immédiateté est la plus grande tendance de ces 18 derniers mois et cela devient de plus en plus important. »

Alors que vient de paraître le premier volet du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), organisme scientifique des Nations Unies chargé d’évaluer le changement climatique, John Lyttle avance :

« 20% de chacune de nos marques devraient être durables, ou recyclables d’ici cet automne. » 

Rappelons que « durables » (« sustainable » en anglais), « écoresponsable » ou encore « éthique » sont autant de termes flous que les marques adorent agiter pour donner l’impression d’un engagement en faveur de la planète, mais qu’ils ne renvoient à aucun critère concret ou cahier des charges précis et universel.

Même la recyclabilité, souvent brandie comme un argument pour déculpabiliser le grand public à l’idée d’acheter des vêtements, reste une solution de dernier recours, car elle est elle-même consommatrice d’énergie. 

Que Boohoo rappelle qu’il existe pire n’est pas rassurant, mais bien inquiétant

Ce qui est vrai, c’est que le groupe fait des efforts pour redorer son blason. Il a récemment lancé un audit indépendant qui l’a amené à cesser de travailler avec une centaine d’ateliers de confection ne répondant pas aux normes… des droits humains. Ce qui veut déjà en dire beaucoup. 

Clou de sa défense bancale digne de n’importe quel fuck boy pris la main dans le sac, le PDG de Boohoo estime qu’il existe désormais pire que son groupe : 

« Nous ne sommes pas les moins chers en termes de tarifs de vente de vêtements. »

Et c’est vrai que d’autres marques tirent désormais les prix de l’industrie de la mode encore plus bas comme SHEIN, Wish, ou AliExpress — mais leurs vêtements ne sont pas fabriqués en Occident et mettent de ce fait beaucoup plus de temps à être livrés, ce qui explique en partie leurs prix défiant toute concurrence. Quant à leurs conditions de production, elles restent très opaques, mais de tels tarifs ne présagent rien de bien éthiques et durables…

Bref, autant de promesses creuses et d’arguments plus inquiétants que rassurants qui amènent à réfléchir à 36 fois avant de céder aux sirènes des marques d’ultra fast-fashion du groupe Boohoo.

À lire aussi : Mode d’emploi pour passer de la fast-fashion à un style plus éthique et responsable

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Actualité mode

Quelles sont les tendances mode de 2023 sur lesquelles on peut miser ?
Actualité mode

Quelles sont les tendances mode de 2023 sur lesquelles on peut miser ?

Anthony Vincent

01 fév 2023

3
Gucci nomme Sabato de Sarno nouveau directeur artistique : ok, mais c'est qui ?
Actualité mode

Gucci nomme Sabato De Sarno nouveau directeur artistique : ok, mais c’est qui ?

Anthony Vincent

30 jan 2023

Défilé Viktor & Rolf haute couture printemps-été 2023
Actualité mode

À la fahion week de Paris, Viktor & Rolf met la haute couture sens dessus dessous

Anthony Vincent

28 jan 2023

2
Les plissés d’Haider Ackermann pour Jean Paul Gaultier
Actualité mode

Le défilé Jean Paul Gaultier par Haider Ackermann redéfinit la haute couture

Anthony Vincent

27 jan 2023

3
Le défilé Christian Dior haute couture printemps-été 2023 rend femmage à Joséphine Baker
Actualité mode

À la fashion week, le défilé Dior rend femmage à Joséphine Baker

Anthony Vincent

26 jan 2023

Le court métrage de présentation de la collection Iris van Herpen haute couture printemps-été 2023, révélé le 23 janvier 2023
Actualité mode

Pour la fashion week haute couture, la créatrice Iris van Herpen présente un film sous-marin

Anthony Vincent

25 jan 2023

Les créations haute couture de Schiaparelli pour représenter un lion (pour symboliser la fierté), un léopard (la luxure), et une louve (l'avarice)
Actualité mode

Les têtes de lion, louve et léopard du défilé Schiaparelli scandalisent les réseaux et Peta

Anthony Vincent

24 jan 2023

4
Une femme en manteau à carreaux, pantalon rouge et escarpins au milieu d'un terrain vague en béton © Nappy de la part de Pexels via Canva
Actualité mode

Mode In Seine-Saint-Denis, l’appli pour une mode engagée localement, fera-t-elle des émules ?

Anthony Vincent

23 jan 2023

La couverture de Vanity Fair France décembre 2022-janvier 2023
Mode

Comment la mode se lasse du body-positive et revient à la maigreur heroin chic

Anthony Vincent

22 jan 2023

37
La marque de culotte menstruelle Thinx, reconnue coupable de contenir des substances nocives.jpg
Actualité mode

Les culottes menstruelles Thinx contiendraient des substances nocives, conclut un procès

Anthony Vincent

19 jan 2023

3

La mode s'écrit au féminin