Nike revend des baskets de seconde main : greenwashing ou bonne idée ?


Certains points de vente américains vont proposer des baskets du programme Nike Refurbished : des sneakers à peine utilisées, remises à neuf pour être revendues. Mais est-ce que ça peut arriver jusqu'en France, et surtout se généraliser au-delà de Nike ?

Nike revend des baskets de seconde-main, mais est-ce vraiment généralisable ?Courtesy of Nike

L’équipementier américain fait un pas vers l’économie circulaire. Le 12 avril 2021, la marque à la virgule signature a annoncé la mise en place de Nike Refurbished. Comprendre : « remis à neuf ». Soit un programme qui va permettre au grand public de ramener des chaussures à peine utilisées, en très bon état, voire avec quelques défauts, dans des boutiques partenaires. Elles vont y recevoir les « réparations » nécessaires, un coup de neuf, et être désinfectées, avant d’être remises en vente à prix cassé.

Les baskets Nike Refurbished, de la seconde main très peu abîmée

Pour le moment, Nike Refurbished démarre dès maintenant dans quinze points de vente aux États-Unis, avant de s’étendre « bientôt au-delà », d’après un communiqué. Contactée par Madmoizelle, la marque ne précise pas encore si elle prévoit un déploiement en France.

Mais ce genre d’initiative est-il vraiment généralisable, dans le milieu des sneakers, surtout celles qui multiplient les matières techniques comme chez Nike ?

En fait, cela ressemble beaucoup à un bel effet de communication, puisque le géant compte intégrer dans ce programme seulement les chaussures renvoyées dans les 60 jours après achat, toujours d’après le communiqué. Celles vraiment usagées seront données à des associations ou alors broyées pour être recyclées. Seules celles à peine utilisées pourront être revendues par Nike.

Aux yeux de Julia Faure, co-fondatrice de la marque française éco-responsable Loom, qui vise à produire moins mais mieux, il s’agit d’une optimisation des retours, du surstock, des invendus, et des déchets. Elle explique décrypte pour Madmoizelle :

« À la différence des vêtements, la difficulté avec les chaussures, c’est qu’elles se forment vite au pied et à la démarche. Une semelle s’use plus ou moins à gauche ou à droite en fonction des personnes, par exemple. Récupérer des sneakers usagées par quelqu’un d’autre peut déstabiliser la démarche, voire poser des petits problèmes de posture.

C’est sûrement pour ça que Nike ne reproposera à la revente que les baskets à peine utilisées. Et enverra plutôt à des assos ou au recyclage celles qui demanderaient une vraie réparation ou un ressemelage. »

En matière de sneakers, difficile de faire solide et recyclable

En effet, il peut vite être compliqué et donc coûteux de réparer des baskets. Car elles se composent parfois de bien d’autres matières que simplement du caoutchouc pour la semelle extérieure et du cuir pour la tige… Or, plus il y a de matières, plus leurs manières de s’user varient, et plus cela complique les réparations et le recyclage.

Et quand les marques tentent de faciliter le recyclage de leurs baskets, c’est souvent leur durée de vie qui en pâtit. Car cela passe notamment par rendre semelle et tige plus facilement séparable pour le recyclage, et donc moins solide à l’usage…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Zero Waste Shoes (@zero.waste.shoes)

C’est contre ce cercle vicieux de la chaussure que lutte Zero Waste Shoes. L’entreprise récolte des chaussures pour les réparer afin de prolonger leur durée de vie, ou les recycle de la façon la plus propre possible. Et conseille ainsi en connaissances de cause les marques afin de les aider à rendre leurs chaussures plus solides ET recyclables.

Un grand pas pour les sneakers, un petit pas pour la planète.

À lire aussi : Voici 7 marques de baskets éco-responsables, qui respectent l’humain et la planète

Anthony Vincent

Anthony Vincent


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!