Comment TikTok accélère le jeu de dupes des tendances mode


Sur les réseaux sociaux, en particulier TikTok, les tendances mode s'enchaînent avec viralité, et se ringardisent tout aussi vite. Pour le plus grand plaisir des marques de fast-fashion qui multiplient les dupes jusqu'à l'écoeurement...

Comment TikTok accélère le jeu de dupes des tendances modeCapture d'écran TikTok @pinterest.fashion._ / @oldloserinbrooklyn

Si vous êtes souvent sur TikTok, vous l’avez sûrement déjà remarqué : les tendances et « esthétiques » s’y enchaînent à une vitesse étourdissante. Après le cottagecore, la dark academia le disputait à la light academia, puis c’était au tour du regencycore (façon La Chronique des Bridgerton), knightcore (inspirations médiévales) et le mermaidcore (la fantaisie des sirènes).

Vous suivez ? Moi non plus.

Depuis quelques jours (donc ce sera sûrement ringard dans à peine une semaine), l’esthétique « coconut girl » devient tendance, par exemple. Comprendre : une garde-robe digne de vacances au bord de la mer, composée de robes en crochet aux tons pastels et d’imprimés fleur XXL. Et la semaine prochaine, la vogue sera sûrement la résurgence du style mods, inspiré des années 1960-1970.

@oldloserinbrooklynTrend cycle deep dive: mod fashion revival ##trendcycle ##fashioncycle ##fashiontrends2021 ##1960sfashion♬ Sex and the City (Main Theme) – TV Sounds Unlimited

Les marques de fast-fashion multiplient les dupes de vêtements tendance

De ce melting pot de tendances surgissent forcément des détails maquillages ou des pièces de vêtements qui les cristallisent bien. Comme par exemple une robe au motif nénuphar abstrait inspiré du peintre David Hockney : commercialisée par la marque se voulant écoresponsable House of Sunny, cette pièce à 128$ a brutalement gagné en popularité quand Kendall Jenner l’a portée en juillet 2020, inspirant d’autres influenceuses… mais aussi des marques de fast-fashion qui ont vite fait de répliquer l’originale continuellement en rupture de stock. Jusqu’à ce que TikTok nous en écoeure, comme le raconte le média Input.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par House of Sunny (@houseofsunny)

D’autant que cette course aux dupes à bas prix semble avoir été aggravée par le Covid. Comme la pandémie fait qu’on passe plus de temps devant nos écrans que dehors, beaucoup de personnes se sont diverties en achetant des vêtements juste pour parader avec sur les réseaux sociaux et non dans la rue, puis de passer à la mode suivante.

La viralité de TikTok nous surexpose à des tendances  jusqu’à l’écoeurement

Ajoutez à cela les algorithmes qui ont vite fait de nous enfermer dans une bulle de goûts, donnant l’impression qu’une vogue est omniprésente jusqu’à la nausée qui nous mènera vers celle d’après, et ainsi de suite. C’est ce qu’explique au média Input la prévisionniste de tendance, Mandy Lee :

« TikTok a rendu les tendances hyper visibles. Il y a 20 ans, on avait des magazines, des mannequins et des personnalités. Maintenant, quand vous ouvrez une appli, vous avez des millions d’influenceurs et des gens visibles par vous spécifiquement. »

D’un rapport vertical à la mode où un petit nombre de faiseurs de « bon goût » dictaient la ligne, on est donc passé à un fonctionnement plus horizontal, notamment grâce aux réseaux sociaux. Mais cette démocratisation s’accompagne d’une accélération. D’où plein de microtendances, que les marques de fast-fashion investissent à fond, du jour au lendemain.

À la même vitesse qu’ils peuvent devenir viraux sur TikTok, ces phénomènes de mode peuvent tout aussi rapidement paraître ringards. Si bien que les tendances qui pouvaient durer quelques années au XXe siècle ne survivent guère plus que quelques semaines aujourd’hui !

Rien de nouveau sous le soleil de la mode, sauf qu’il tourne plus vite, quitte à nous donner le vertige… Toute l’ironie de ces nouvelles formes de microtendances pour personnes hyperconnectées, c’est qu’elles peuvent nous déconnecter de la réalité. Sauf si l’on prend soin de se demander ce que l’on veut vraiment soi, et de chercher dans les écrans ce qui peut nous refléter, plutôt que nous distraire de nous-même.

À lire aussi : Madmoizelle lance « Matières Premières », son nouveau podcast sur la mode éthique, 100% transparent

Anthony Vincent

Anthony Vincent


Tous ses articles

Commentaires

Jeroboam

est ce que ça ne finira pas par s'auto détruire ? au final les gens vont se lasser, ou ne pourront plus suivre et ce qui deviendra à la mode sera de ne plus l'être ...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!