Live now
Live now
Masquer
Les difficultés financières de Camaïeu et Pimkie illustrent une crise de toute l’industrie post-Covid
Actualité mode

Les difficultés financières de Camaïeu et Pimkie illustrent une crise de toute l’industrie mode

Camaïeu craint un plan de cession, voire une liquidation judiciaire, tandis que Pimkie cherche repreneur. De quoi illustrer l’état des marques de fast-fashion à la française, et évoquer les difficultés de boohoo et Asos, face au Covid, mais aussi à Shein.

À quoi ressemblait le paysage mode français avant l’arrivée de H&M, Zara, et consorts ? Alors que des marques d’ultra fast-fashion comme boohoo et Shein ringardisent désormais la plupart des boutiques physiques, les griffes françaises Camaïeu et Pimkie se trouvent en grande difficulté.

Camaïeu et Pimkie, au bord du naufrage économique ?

La première commence presque à être habituée. En mai 2020, Camaïeu se trouvait en redressement judiciaire et cherchait repreneur pour ses alors 3200 salariés français. Reprise par la Financière immobilière bordelaise (FIB) de l’homme d’affaires Michel Ohayo, voilà que la griffe se retrouve à nouveau en péril à peine deux ans plus tard, en juillet 2022. La faute, d’après sa direction citée par Le Parisien à « une vague de crises successives sans précédent due à la crise Covid et aux confinements répétés », une « cyberattaque d’une ampleur exceptionnelle » ainsi que « l’augmentation du prix des matières premières ». Aujourd’hui, les 2571 salariés redoutent un plan de cession, voire de liquidation judiciaire.

pimkie-pluryel
La campagne gender-free « Pluryel » de Pimkie.

Pour la deuxième griffe, Pimkie, le ver est déjà dans le fruit. L’enseigne a déjà connu ces dix dernières années six directeurs généraux et deux plans de redressement (en 2010 et 2018), rappelle également Le Parisien. Si bien que le propriétaire, l’Association Familiale Mulliez (l’AFM possède également Auchan et Decathlon, notamment) a annoncé en mai 2022 vouloir s’en séparer et chercher une « solution actionnariale externe ». De quoi inquiéter les près de 1500 salariés, même si cinq repreneurs potentiels se seraient d’ores et déjà montrés intéressés.

Comment expliquer la faillite de Pimkie et Camaïeu ?

Mais comment expliquer la faillite de ces deux enseignes françaises si connus du paysage mode de grande diffusion ? C’est évidemment multifactoriel. À commencer par des soucis de gestion interne et des difficultés à investir le numérique. Mais aussi une concurrence qui se multiplie et s’intensifie : des acteurs comme H&M et Zara ont participé à ringardiser Camaïeu (fondée en 1984) et Pimkie (1971). À cela s’ajoutent de nouveaux acteurs qui cassent encore plus le prix, et accélèrent le rythme de toute l’industrie : boohoo (qui possède boohoo, PrettyLittleThing, Nasty Gal, Karen Millen, Dorothy Perkins, ou encore Burton) ou encore Shein.

Shein pèsera bientôt plus lourd que les groupes Inditex et H&M réunis
Shein pèsera bientôt plus lourd que les groupes Inditex et H&M réunis, d’après des données compilées par le média spécialisé Business of Fashion.

L’équation impossible des acteurs historiques de la mode de grande diffusion

Là où une autre enseigne française comme DCMJ (Jennyfer) a beaucoup misé sur les influenceurs pour rajeunir son image, Camaïeu et Pimkie n’ont toujours pas pris le virage. Sans oublier que même la stratégie de se numériser vitesse grand V comporte des risques, comme vient de l’illustrer la faillite de la griffe britannique Missguided, et les difficultés rencontrées par Asos aujourd’hui.

Alors que Zara et H&M rendent désormais le retour d’achats réalisés en ligne payant, le grand public se sensibilise de plus en plus aux questions de mode éthique et souhaite adopter une consommation de vêtements plus responsable. Et même si Pimkie propose depuis mai 2021 dans certains de ses points de vente physique des espaces de friperie au poids, cela reste un sacré défi que de proposer aussi bien des vêtements de première et de seconde main.

Alors comment ménager la chèvre et le chou, les ventes physiques et numériques, de première et de seconde main, tout en produisant moins mais mieux selon des impératifs de mode plus responsable ? C’est l’équation que n’ont pas su résoudre Pimkie et Camaïeu pour le moment. Un cas d’école pour l’ensemble des marques de fast-fashion à la française ?

À lire aussi : La mode femme devient de plus en plus chère : c’est l’inflation rose

Crédit photo de Une : Godisable Jacob via Pexels


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

12
Avatar de LovelyLexy
11 février 2023 à 02h02
LovelyLexy
@Arilya il y a aussi une question d'image. De nombreuses marques ont clairement annoncé que quel que soit le budget les personnes grosses ou à partir d'un certain âge étaient personna non grata chez eux ( Abercrombie and Fitch). De plus un sondage était sorti il y a quelques années, où une majorité affirmait que, si un magasin étendait sa gamme aux "grandes tailles", iels n'y achèteraient plus rien car "ce serait la honte de s'habiller comme les gros"
5
Voir les 12 commentaires

Plus de contenus Actualité mode

Mélody Thomas et Amélie Zimmermann (@FashionQuiche) sont les invitées du JT Mode du 16 avril 2024
Actualité mode

Peut-on vraiment critiquer la mode ? Le JT Mode avec Melody Thomas et @FashionQuiche

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
JO Paris 2024 : pas de manches pour les femmes à la cérémonie d'ouverture, car le sexisme tient chaud ? // Source : Capture d'écran Instagram de Berluti
Actualité mode

JO Paris 2024 : pas de manches pour les femmes à la cérémonie d’ouverture, car le sexisme tient chaud ?

8
Comment sera calculée l'écobalyse, l'étiquette environnementale façon éco-score des vêtements ? // Source : irynakhabliuk
Actualité mode

Comment sera calculée l’écobalyse, l’étiquette environnementale façon éco-score des vêtements ?

Jeux Olympiques de Paris 2024 : jugées sexistes, les tenues des athlètes des États-Unis insurgent // Source : Captures d'écran Instagram
Actualité mode

Jeux Olympiques de Paris 2024 : jugées sexistes, des tenues Nike des athlètes des États-Unis insurgent

2
Une femme pose avec un panneau au logo de la marque Brandy Melville, au sein d'une boutique // Source : Capture d'écran YouTube de la bande-annonce du documentaire "Brandy Hellville & The Cult of Fast Fashion"
Actualité mode

Brandy Melville : la face cachée de cette marque star des années 2010 se révèle dans un docu choc HBO

Comptoir des cotonniers et Princesse tam tam vont fortement baisser leurs prix // Source : Princesse tam tam / Comptoir des cotonniers
Actualité mode

Bon plan mode : ces 2 marques (qu’on adore) vont fortement baisser leurs prix

Pourquoi ces sandales façon œuvre d'art africain a besoin de vous // Source : Omôl
Actualité mode

Pourquoi ces sandales Omôl façon œuvre d’art africain risquent de vous faire du pied ce printemps-été

3
Trois femmes en costume devant un point d'eau // Source : cottonbro studio de Pexels
Actualité mode

PFAS : dans quels vêtements trouve-t-on ces polluants éternels qui nous empoisonnent ?

Les chaussures, sneakers, jupes, jeans, et robes sur lesquels miser pour ce printemps-été 2024 // Source : Capture d'écran TikTok
Actualité mode

Tendances mode printemps-été 2024 : quels sont les sneakers, jupes, jeans, et robes sur lesquels miser ?

4
Victoria Beckham x Mango officialisent leur collab qui sort le 23 avril 2024 // Source : Victoria Beckham x Mango
Actualité mode

Victoria Beckham annonce sa collab mode avec cette enseigne petit prix qu’on adore

1

La vie s'écrit au féminin