Live now
Live now
Masquer
Zara rend le retour d'achats en ligne payant
Actualité mode

Chez Zara, retourner des vêtements achetés en ligne se paie, et c’est en partie une bonne nouvelle

Pour les retours d’achat en ligne, cela coûtera désormais 1,95€. Ce qui ressemble à une mauvaise nouvelle peut pourtant contribuer à responsabiliser les consommateurs aux coûts financiers et environnementaux des vêtements retournés.

Vous l’avez peut-être remarqué par vous même ou en croisant l’information à droite à gauche : des vêtements Zara commandés en ligne ne peuvent plus être renvoyés gratuitement, à moins de les ramener soi-même en boutique.

La nouvelle politique de retours payants selon Zara
La nouvelle politique de retour selon Zara. © Capture d’écran de l’eshop espagnol.

La nouvelle politique des échanges et retours du géant espagnol de la fast-fashion stipule ainsi :

« Les retours concernant les commandes passées à partir du 28/04/2022 auront un coût de 1,95 EUR qui sera déduit du montant remboursé.

[…] Vous pouvez retourner des articles de différentes commandes dans le même envoi. Vous recevrez par e-mail autant d’étiquettes de retour que de colis à envoyer. Pour réaliser l’envoi, collez l’étiquette sur le paquet de retour et ensuite vous pourrez le déposer dans le point relais.

[…] N’oubliez pas que vous disposez de 30 jours à partir de la date d’envoi de votre achat pour remettre les articles que vous souhaitez retourner dans le point de livraison, avant l’expiration du délai de retour. »

Retourner des vêtements achetés en ligne n’a jamais été gratuit

Un premier réflexe pourrait amener de nombreuses personnes à s’offusquer de devoir payer quelque chose qui s’avérait gratuit ces dernières années chez Zara, et qui l’est encore chez la plupart de ses concurrents (même si, chez H&M, cela coûte 95 centimes depuis belle lurette, par exemple).

Politique de retours payants de H&M
Chez H&M, les retours coûtent 0,95€, à moins de faire partie des membres du programme de fidélité, ou de les effectuer en points de vente physique. © Capture d’écran du site de Zara.

Or, cette nouvelle politique pourrait bien amener les consommateurs de cette marque de fast-fashion à acheter et retourner de façon plus consciente des coûts financiers et environnementaux que cela représente.

Les coûts financiers et environnementaux des vêtements retournés

En effet, un retour n’est jamais gratuit : il vous est offert par la marque à la rigueur, afin de faciliter le passage à l’acte d’achat. Des acteurs du secteur se mettent même à proposer une offre encore plus alléchante : commander des articles, les recevoir gratuitement, et ne payer que ce qu’on décide de garder.

Mais l’impact écologique de tous ces retours se surajoutent à celui déjà énorme de la confection mode. « L’empreinte carbone du secteur de la mode est estimée à 1,2 milliard de tonnes de CO2, soit environ 2 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Si les tendances d’achat se poursuivent, cette part atteindra 26 % en 2050 », alerte ainsi Greenpeace. Cela prend en compte la production de vêtements, bien sûr, mais aussi le transport de toute cette marchandise avant même sa mise en vente. Comptez 65.000km pour la confection d’un jean, par exemple.

Shein pèse 12% du total du CO2 émis par les ados
Shein pèse 12% du total du CO2 émis par les ados. © étude Pixbay

Or, rendre les retours trop faciles peut avoir comme effet pervers de désinhiber, voire d’inciter les consommateurs à commander en masse (déjà que les frais d’envoi sont souvent offerts aussi) le moindre article qui les tente à moitié, et pourquoi pas en plusieurs tailles et coloris, et renvoyer sans compter. Faire payer aux consommateurs les retours peut donc contribuer à les responsabiliser.

Un cercle vertueux dans un cercle vicieux ?

Cette responsabilisation s’avère d’autant plus importante que les vêtements retournés doivent eux-mêmes être reconditionnés. Ceci a également un coût financier et environnemental sous-estimé par les consommateurs. Et encore, ce travail de reconditionnement (lavage, désinfection, repackaging) n’a lieu que pour les articles qui en valent littéralement le coût. Car du côté de l’ultra fast-fashion, il revient moins cher de tout simplement jeter les vêtements retournés.

Écoutez le podcast sur la mode éthique Matières Premières

Toute proportion gardée, c’est donc plutôt une bonne nouvelle qu’un géant influent de la fast-fashion comme Zara rende ses retours payants (1,95€ déduits donc de la somme remboursée). D’autant plus que ça incitera peut-être les consommateurs à se déplacer en boutique physique afin d’effectuer des retours gratuits. Quoique… Si cela épargnera des coursiers précaires de déplacements dérisoires, peut-être que ça représentera aussi une occasion pour la marque giron du surpuissant groupe Inditex d’appâter le chaland venu rendre des vêtements, dans ses rayons physiques pour conclure une nouvelle vente. Un cercle vicieux dans un cercle vertueux.

À lire aussi : Shein copie même Zara, signe que l’ultra fast-fashion dépasse déjà la fast-fashion

Crédit photo de Une : Capture d’écran de l’eshop de Zara.

Les Commentaires
4

Avatar de Nienke
2 juin 2022 à 07h44
Nienke
Au début, je n'avais pas compris l'article et je pensais qu'il fallait payer lorsqu'on rapportait en magasin des vêtements achetés en ligne.
Payer une partie du retour si on ne fait pas le déplacement, ça ne me semble pas si absurde.
1
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Actualité mode

Quelles sont les tendances mode de 2023 sur lesquelles on peut miser ?
Actualité mode

Quelles sont les tendances mode de 2023 sur lesquelles on peut miser ?

Anthony Vincent

01 fév 2023

3
beauté

Comment consommer des cosmétiques de manière plus raisonnée ?

Humanoid Native
Gucci nomme Sabato de Sarno nouveau directeur artistique : ok, mais c'est qui ?
Actualité mode

Gucci nomme Sabato De Sarno nouveau directeur artistique : ok, mais c’est qui ?

Anthony Vincent

30 jan 2023

Défilé Viktor & Rolf haute couture printemps-été 2023
Actualité mode

À la fahion week de Paris, Viktor & Rolf met la haute couture sens dessus dessous

Anthony Vincent

28 jan 2023

2
Les plissés d’Haider Ackermann pour Jean Paul Gaultier
Actualité mode

Le défilé Jean Paul Gaultier par Haider Ackermann redéfinit la haute couture

Anthony Vincent

27 jan 2023

3
Le défilé Christian Dior haute couture printemps-été 2023 rend femmage à Joséphine Baker
Actualité mode

À la fashion week, le défilé Dior rend femmage à Joséphine Baker

Anthony Vincent

26 jan 2023

Le court métrage de présentation de la collection Iris van Herpen haute couture printemps-été 2023, révélé le 23 janvier 2023
Actualité mode

Pour la fashion week haute couture, la créatrice Iris van Herpen présente un film sous-marin

Anthony Vincent

25 jan 2023

Les créations haute couture de Schiaparelli pour représenter un lion (pour symboliser la fierté), un léopard (la luxure), et une louve (l'avarice)
Actualité mode

Les têtes de lion, louve et léopard du défilé Schiaparelli scandalisent les réseaux et Peta

Anthony Vincent

24 jan 2023

4
Une femme en manteau à carreaux, pantalon rouge et escarpins au milieu d'un terrain vague en béton © Nappy de la part de Pexels via Canva
Actualité mode

Mode In Seine-Saint-Denis, l’appli pour une mode engagée localement, fera-t-elle des émules ?

Anthony Vincent

23 jan 2023

La couverture de Vanity Fair France décembre 2022-janvier 2023
Mode

Comment la mode se lasse du body-positive et revient à la maigreur heroin chic

Anthony Vincent

22 jan 2023

37
La marque de culotte menstruelle Thinx, reconnue coupable de contenir des substances nocives.jpg
Actualité mode

Les culottes menstruelles Thinx contiendraient des substances nocives, conclut un procès

Anthony Vincent

19 jan 2023

3

La mode s'écrit au féminin