Live now
Live now
Masquer
Cette-manif-contre-Boohoo-et-Pretty-Little-Thing-alerte-sur-lultra-fast-fashion
Actualité mode

Cette manif’ contre Boohoo et PrettyLittleThing alerte sur l’ultra fast-fashion

Contre les mauvaises pratiques de PrettyLittleThing, marque du groupe Boohoo, des activistes ont manifesté devant l’entrée de leur défilé. De quoi sensibiliser le grand public sur l’ultra fast-fashion.

En ce moment, les capitales occidentales de la mode présentent leurs collections pour l’automne-hiver 2022-2023, dans une forme de semi-indifférence nourrie par la pandémie. C’est dans ce contexte que la marque du groupe Boohoo, PrettyLittleThing, a organisé un défilé à Londres le 16 février 2022, alors même qu’elle propose bien plus qu’une collection tous les 6 mois comme le voudrait la logique initiale du calendrier des fashion weeks.

La manifestation contre Pretty Little Thing devant le lieu de son défilé, le 16 février 2022. © @hollyfalconer
La manifestation contre PrettyLittleThing devant le lieu de son défilé, le 16 février 2022. © @hollyfalconer

Pendant que PrettyLittleThing défile, des activistes militent contre ses pires pratiques

Frances Leach, autrice et chercheuse sur les questions à l’intersection de la mode, de la politique, et de la durabilité a justement tweeté sur l’ambivalence entre ce qu’affiche la marque en façade versus les conditions de production de ses vêtements en coulisses :

« Il y a quelque chose de particulièrement sinistre à reconnaître que la diversité doit être promue et protégée d’un côté, mais à l’ignorer activement et à permettre l’exploitation des communautés noires, asiatiques et autres minorités de l’autre côté. C’est presque pire que de ne rien faire du tout. »

https://twitter.com/francesleach_/status/1494940497168764928?s=20&t=vnq21eDQuWe8rkWSJoEQwA

C’est à l’occasion de ce défilé que deux activistes pour une industrie de la mode plus éthiques ont organisé une manifestation à l’encontre de cette marque controversée : Venetia La Manna et Mayisha Begum.

Une manifestation pour que PrettyLittleThing paie décemment ses travailleuses

Devant l’hôtel The Londoner où se tenait le défilé, les deux militantes ont réuni une dizaine de personnes. Munies de pancartes aux slogans évocateurs, elles prononçaient des discours concernant les mauvais agissements de la marque, afin d’alerter l’opinion publique.

Ce, devant le parterre de stars de la télé-réalité et créateurs de contenus qui composaient l’essentiel des invités de cette griffe misant beaucoup sur le marketing d’influence. Auprès du média britannique The Independant, Venetia La Manna a expliqué la réaction consternante de certains invités face aux réalités alarmantes de l’entreprise :

« Plusieurs spectateurs vêtus des derniers looks de la marque ont ricané alors qu’ils faisaient la queue pour entrer.

Je ne dois pas comprendre ce qu’il y a de drôle là dedans. Boohoo Group Plc, la société mère de PLT (et l’une des plus grandes marques de mode ultra-rapide au monde) est dirigée par le milliardaire Mahmud Kamani, qui, selon la Sunday Times Rich List, vaut 1,4 milliard de livres sterling. Son fils multimillionnaire Umar dirige PrettyLittleThing. Et pourtant, les deux marques ont fait face à des allégations de faute grave dans leur chaîne d’approvisionnement, liées à des salaires illégalement bas pour les travailleurs.

En 2020, une enquête du Sunday Times a affirmé que les travailleurs d’une usine de Leicester fournissant des produits Boohoo étaient payés aussi peu que 3,50 £ de l’heure, et un rapport de la coopérative à but non lucratif Labor Behind the Label a affirmé que les employés étaient obligés de travailler sans équipement de protection individuelle suffisant pour se protéger contre Covid. »

Auprès de The Independant, le groupe a tenu à répondre que ces allégations étaient « grossièrement inexactes ». Boohoo stipule auditer et agréer tous ses fournisseurs internationaux, ne tolérer aucun écart du code de conduite, et même disposer d’une ligne téléphonique pour dénoncer de mauvais traitements éventuels…

« Le salaire annuel de la directrice de la création de Pretty Little Thing : 4,8 millions de livres. Le salaire annuel d’une travailleuse textile de Pretty Little Thing : 7.280 livres. »

Qu’est-ce que l’ultra fast-fashion qu’incarnent PrettyLittleThing et Boohoo ?

Ces conditions de production déplorables de la marque PrettyLittleThing et du groupe Boohoo permet d’assurer une cadence effrénée, selon le modèle économique de l’ultra fast-fashion. En effet, enchaîner toujours plus de vêtements à petits prix et multiplier les offres promotionnelles éclair permet de créer un sentiment d’urgence chez sa clientèle. Continuellement abreuvée de nouveautés (une trentaine de nouvelles références par jour), celle-ci a peur de manquer une pièce, a fortiori en promo, et s’empresse ainsi d’acheter.

C’est contre ce modèle économique d’ultra fast-fashion qui repose sur l’exploitation de travailleurs et surtout de travailleuses, souvent racisées, à la fois nocif socialement et environnementalement, qu’ont manifesté Venetia La Manna, Mayisha Begum, et leurs acolytes.

« Mise à jour concernant PrettyLittleThing : La marque a fermé la possibilité de commenter leurs publications Instagram après qu’on a publié des centaines de commentaires #PayezVosTravailleuses. Vous pouvez tenter de nous réduire au silence mais on n’en sera que plus bruyante encore ! » a tweeté Mayisha Begum, alias @OhSoEthical.

En ligne aussi, les militantes poursuivent leur combat, interpellant la marque publiquement sur Instagram et Twitter. Si PrettyLittleThing continue de les ignorer, l’action de ces activistes a le mérite de sensibiliser le grand public aux problèmes que pose l’ultra fast-fashion, et qu’incarne si bien le groupe Boohoo. Car la mode jetable nous blesse toutes et tous.

À lire aussi : Mode d’emploi pour passer de la fast-fashion à un style plus éthique et responsable

Crédit photo de Une : @hollyfalconer


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

7
Avatar de KittyKiller
22 février 2022 à 16h02
KittyKiller
D'accord avec les messages précédents évidemment
Faudra quand même qu'on m'explique le concept de "défilé" pour une marque qui sort de nouveaux produits tous les jours je sais que ça se fait depuis pas mal d'années maintenant dans la fast-fashion et ça me laisse totalement perplexe. Déjà, avec la multiplication des collections dans le luxe (croisière, pre-season...) ça devenait un peu ridicule, mais là, ça me dépasse. A part l'image de marque, mais enfin, dans ce cas, faites une campagne de pub c'est pour augmenter la désirabilité des pièces vues sur les mannequins ? Mais de toute manière il n'y en aura plus dans quinze jours - quel intérêt par rapport à une promo classique ? J'y pensais il y a quelques jours parce que j'ai vu une pub sur Insta avec le défilé Shein, alors ma première réaction a été de péter un câble parce que d'où j'ai ça dans mon feed, ensuite j'ai rigolé très fort (en plus sérieux des brassières et des leggings, mais c'est quoi là, on se croirait à un défilé Yeezy), et puis l'absurdité de la chose m'a violemment heurtée. Je veux dire, c'est même pas un évènement, la presse s'en contrefout, les jeunes sont ailleurs, à quoi ça sert ? Sans cette manif je n'aurais probablement jamais entendu parler d'un défilé Boohoo, alors que je fais partie des n% de gens qui suivent ce qui se passe pendant les fashion weeks.
@missaaj c'est clair que l'affordable luxury à la SMCP ce n'est pas un parangon d'éthique non plus ! Prix n'implique pas toujours qualité ni conditions de production décentes, malheureusement. Ce qui rend le public un peu désabusé, et à raison.
0
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Actualité mode

À Cannes, la top Bella Hadid, en robe keffieh hommage à la Palestine, joue avec la censure // Source : Captures d'écran Instagram
Actualité mode

À Cannes, la top Bella Hadid, en robe keffieh hommage à la Palestine, joue avec la censure

Lifestyle

Fête des Mères : 5 idées d’activités cocooning pour se faire plaisir

Humanoid Native
La chanteuse Thérèse présente ses meilleures pépites de fripes et son rapport à la mode auprès de Madmoizelle // Source : Madmoizelle
Mode

Thérèse, 700 € de shopping annuel : « Les vide-greniers de campagne regorgent de méga pépites »

Pourquoi la collection Monoprix Atelier fait déjà frétiller les fans de mode 1
Actualité mode

Monoprix sort une collection mode faite avec les tissus de grandes maisons : du luxe à petit prix ?

Anne Hathaway, éblouissante en robe GAP, signe d'un retour de hype pour l'enseigne.jpg // Source : Capture d'écran Instagram de Zac Posen
Actualité mode

Anne Hathaway, éblouissante en robe GAP : signe d’un retour de hype pour l’enseigne ?

1
Source : Pexels
Mode

Mauvaise nouvelle, ce célèbre e-shop pour enfant est placé en redressement judiciaire

Capture d'écran TikTok d'une influenceuse faisant un haul de vêtements Shein // Source : @sunlizzeb
Actualité mode

SHEIN émet plus de CO2 que le Paraguay, d’après une nouvelle étude édifiante

1
Une femme essaye des vêtements au milieu d'une friperie
Actualité mode

Ces friperies à Paris vendent tout à 0,95 € (certains jours…)

À Cannes, Cate Blanchett portait-elle une robe drapeau de la Palestine // Source : Capture d'écran Twitter
Actualité mode

À Cannes, Cate Blanchett en robe drapeau de la Palestine ?

1
Emilia Perez, film de Jacques Audiard avec Selena Gomez, en compétition officielle du festival de Cannes 2024 // Source : © Shanna Besson / PAGE 114 / WHY NOT PRODUCTIONS / PATHÉ FILMS / FRANCE 2 CINÉMA / SAINT LAURENT PRODUCTIONS
Actualité mode

Cannes 2024 : Comment la mode finance de plus en plus le cinéma

Quand la sociologie rhabille le streetwear, ça donne l'hilarante série TISSU // Source : Capture d'écran YouTube
Actualité mode

Quand la sociologie rhabille le streetwear, ça donne l’hilarante série TISSU

La vie s'écrit au féminin