Live now
Live now
Masquer
Maeva Derby est l'autrice du livre Mon budget sur pilote automatique - le carnet, aux éditions Alisio // Source : Éditions Alisio
Argent

Comment @MonBudgetBento compte mettre vos finances sur pilote automatique avec son carnet

Maeva Derby distille depuis 2020 ses précieux conseils financiers sur la page Instagram @MonBudgetBento et a proposé dans un livre auto-édité en 2021 une méthode pas-à-pas pour mettre son argent sur pilote automatique. Elle sort maintenant un nouvel ouvrage, encore plus pratique, pédagogique, et même ludique pour nous aider à cesser d’avoir peur de nos finances. Interview.

Si l’on n’ose pas toujours parler d’argent en famille, entre potes, ou au boulot, c’est un sujet qui peut beaucoup nous travailler, occuper nos lectures, nos pensées, et même nos feeds Instagram. Heureusement, se multiplient aussi sur cette plateforme les comptes d’éducation financière pour aider à mieux gérer ses deniers, comme celui de Maeva Derby. Cette commerciale grands comptes dans le domaine de la tech de 38 ans a créé en 2020 @MonBudgetBento, suivi par près de 60 000 personnes. Elle y distille de précieux conseils qu’elle a réunis dans un livre auto-édité en janvier 2021 Mon budget sur pilote automatique, façon méthode pas-à-pas pour mieux maîtriser son budget. Près de 7 500 exemplaires vendus plus tard, voilà qu’elle sort un nouveau livre qui reprend cette méthode, accompagné de schémas d’illustrations encore plus pédagogiques et surtout d’espaces dans lesquels on peut écrire pour mieux appliquer ses conseils. Publié aux éditions Alisio, ce carnet accessible, ludique, et surtout très concret permet donc de prendre le taureau des finances par les cornes pour cesser d’en avoir peur et gagner en sérénité financière, comme le raconte à Madmoizelle Maeva Derby.

Capture d’écran 2023-09-01 à 15.46.55
Le compte Instagram de @MonBudgetBento regorge de bons conseils financiers, de pédagogie et d’humour.

Interview de Maeva Derby, autrice de Mon Budget sur pilote automatique

Madmoizelle. Quel a été votre parcours avant de créer votre compte Instagram @MonBudgetBento ?

Maeva Derby. J’ai eu mon fils à 22 ans mais j’ai tout de même poursuivi mes études en école de commerce jusqu’au master. Cela m’a permis d’être embauchée dans une boîte internationale où j’ai occupé des postes dans le Marketing et le commerce. Même si cela peut surprendre, je n’ai jamais travaillé dans le domaine de la finance ! En revanche, je m’intéresse beaucoup à l’investissement, notamment l’investissement immobilier, ce qui m’a permis d’avoir pas mal d’expériences que je partage aujourd’hui avec mes abonné·e·s sur @MonBudgetBento.

Quand et comment avez-vous eu l’idée de lancer votre compte Instagram d’éducation financière ?

Contrairement à ce qu’on peut penser, j’ai d’abord écrit mon livre Mon Budget sur Pilote Automatique [auto-édité en janvier 2021, il s’est vendu à plus de 7500 exemplaires depuis, ndlr], puis créé le compte Instagram. C’est mon frère qui en 2019 m’avait dit que je devrais écrire un livre sur le budget car je lui disais que ça n’avait vraiment rien de sorcier et lui soutenait que ce n’était pas aussi évident pour tout le monde. J’ai fini d’écrire le livre en 2020 mais j’avais encore beaucoup de choses à dire au sujet de l’argent ! Surtout dans les différents domaines de la vie (famille, couple, carrière, etc.). Donc le compte Instagram était une bonne façon de prolonger l’ouvrage. Cette plateforme m’a permis de faire découvrir mon livre tout en partageant du contenu varié avec mes abonné·e·s sur la thématique de l’argent : de la fiscalité à la répartition des charges dans le couple. Les posts Instagram étant limités en nombre de caractères, c’est idéal pour couper le blabla et ça oblige à faire court et précis !

Vous attendiez-vous à ce que cela prenne aussi vite et bien ? Est-ce devenu votre activité professionnelle principale aujourd’hui ?

Non, je ne m’y attendais pas du tout ! Je m’étais fixée comme objectif d’atteindre 500 abonné·e·s en 4 mois, mais j’en ai finalement atteint 1 500 abonné.e.s dans ce laps de temps. Je me suis rendu compte qu’il y avait un vrai besoin d’information présentée de façon simple, avec des mots qu’on utilise tous les jours sans chercher à être un expertiseur de l’expertise (en gros quelqu’un qui veut en faire des tonnes parce qu’il ou elle a la connaissance). En plus, je suis très marrante [rires] ! Un humour très très nul, mais qui au moins, a le mérite de dédramatiser le sujet. J’ai aussi un ton assez cash, qui peut piquer. Mais si ça pique, c’est que j’ai tapé dans le mille en règle générale.

Instagram n’est pas du tout mon activité principale, je suis commerciale grand-compte dans la tech. J’aime bien ce que je fais, j’ai des collègues au top et surtout j’ai mon « Eurorespect », c’est-à-dire que je suis payée à ma juste valeur, pas avec des « bravos ». Donc pour le moment, je mène les deux activités en parallèle ou plutôt en séquentiel : une le jour, l’autre la nuit [rires].

À votre avis, pourquoi l’argent représente-t-il encore aujourd’hui un tel tabou, surtout chez les femmes ?

Je pense qu’en France, il y a beaucoup d’hypocrisie sur le sujet, tout le monde s’en moque soi-disant parce que « l’argent ne fait pas le bonheur », mais dès qu’on en parle ça fait des étincelles. L’argent cristallise beaucoup de choses : des frustrations, des envies, l’ego, les valeurs, les notions de morale, d’équité, de justice… Un cocktail explosif ! Aujourd’hui, avec l’inflation galopante, c’est un sujet qui s’est imposé par la force.

En ce qui concerne les femmes, vu que parler d’argent, c’est déplacé, pour nous en tant que choses douces et polies, ce serait perçu comme vulgaire et dégoûtant. Beurk ! Plus sérieusement, les femmes n’ont obtenu le droit d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur époux que depuis 1965 et 1967 pour accéder à la bourse de Paris. Donc traditionnellement, dans la société française (et pas que), la gestion de l’argent est perçu comme étant le job des mecs. Chemin faisant, on s’approprie le sujet petit à petit, malheureusement souvent dans la douleur lors d’une séparation. 

Honnêtement, je n’ai pas la sensation que l’argent soit plus un tabou pour les femmes, par contre on est prises entre le marteau et l’enclume car si on parle d’argent alors on est perçue comme vénale, croqueuse de diamant, michto, etc. et si on n’en parle pas on est condamné à ne jamais en avoir, parce que jamais personne n’a gagné d’argent en se taisant.

Heureusement, aujourd’hui les choses changent, les femmes ont conscience (j’espère) que la vie n’est pas un long fleuve tranquille, il est donc important que chaque personne adulte puisse être autonome financièrement et cela ne se fera pas sans éducation financière, d’où l’existence de Mon Budget Bento. Cela me permet de mettre ma pierre à l’édifice. Et puis soyons honnêtes, il y a aussi beaucoup de travail à faire au niveau des hommes [rires] ! C’est un grand travail collectif qui doit s’opérer.

À lire aussi : 5 podcasts sur l’argent et l’immobilier si vous pensez à acheter ou investir

En quoi l’éducation financière est-il aussi un enjeu féministe selon vous ?

C’est une question d’autonomie financière : comment mener sa barque dans la société actuelle sans comprendre comment fonctionne l’argent ? C’est comme vouloir jouer au Monopoly sans savoir comment jeter les dés. Pour moi, il est absolument essentiel que les femmes maîtrisent ce sujet pour tellement de raisons !

La première, celle dont personne ne parle, l’espérance de vie, la plupart des femmes devront passer les dernières années de leur vie sur leurs seuls deniers (avec une petite pension de réversion pour celles qui ont été mariées). Le développement du concubinage – je précise que je ne suis pas mariée et que je ne l’ai jamais été, donc je ne suis pas en train de faire l’apologie du mariage – c’est le couple sans ceinture de sécurité. Le couple lorsque la répartition des charges est bancale. La maternité et ses conséquences sur la carrière, les discriminations à l’emploi pour les postes à responsabilités (bien payés), etc. Face à toutes ces situations, il est important de faire les bons choix et le bon choix, c’est le choix éclairé. Si une femme désire être femme au foyer et dépendre à 100 % de son compagnon au niveau financier, ça ne pose aucun problème, simplement il faut qu’elle soit au clair avec les tenants et les aboutissants de ce choix. Par exemple, si elle n’est pas mariée, elle peut se retrouver sans rien du jour au lendemain en cas de séparation.

À lire aussi : Le mariage est mort, vive le Pacs ?

Comment résumeriez-vous la méthode Bento développée dans votre livre ?

La méthode Bento repose sur 3 piliers : la mensualisation, la compartimentation et l’automatisation. Il faut savoir que je suis une grande fainéante, je fais toujours le maximum pour limiter mes efforts, donc je me concentre sur les choses qui nécessitent de la réflexion. Tout le reste est fait pour rouler tout seul sans mon intervention. La méthode Bento c’est le budget sans prise de tête !

À lire aussi : Clara, 1 475 € par mois : « Beaucoup de personnes diplômées ont des salaires plus bas qu’on pourrait le penser »

Recopier tous les mois dans un tableau le montant de mon assurance habitation ? Ça ne m’apporte absolument rien, au contraire ça me fait perdre mon temps. Recopier le montant de mes tickets de caisse ? Idem, l’argent est parti, qu’est-ce que ça va changer de recopier ça ? Je sais que ça peut être rassurant pour certaines personnes mais ce n’est pas nécessaire pour bien gérer son argent. Stop les comptes d’apothicaire et la charge mentale qui va avec. La méthode Bento, c’est un budget avec de grandes lignes qui ne bougent pas, pour pouvoir se concentrer sur les choses qui comptent : l’épargne, les projets, les revenus, les investissements et l’amusement aussi ! Passer trop de temps sur les détails, c’est se priver d’une vision pour soi-même et pour ses projets. 

Dans quelle mesure prendre le temps d’affronter sa peur de l’argent pour mensualiser, compartimenter et automatiser son budget peut justement aider à gagner en sérénité financière ?

Premièrement, on n’a plus à se préoccuper des factures. L’argent des factures est gardé à part (on compartimente) donc on ne va pas le dépenser par inadvertance, avec la méthode Bento c’est zéro impayé, zéro stress. Deuxièmement, mensualiser, compartimenter et automatiser revient à épargner. L’épargne absorbe les coups durs, finance les vacances, paye les loisirs, assure les investissements. L’épargne, c’est la vie ! Donc pourquoi rester en mode survie, stress, migraine ? L’anxiété, c’est votre hobby ?

À lire aussi : Ma phobie administrative, ce handicap DÉBILE DU CUL

Quel que soit le montant de ses revenus, pour utiliser son argent de la meilleure des façons, il faut mettre en place une bonne organisation. Et pour moi, la bonne organisation, c’est celle qui demande le moins d’intervention possible. Parce qu’on le sait, la motivation, c’est bien deux minutes, mais nous ne sommes que des humains. Personnellement, je ne compte absolument pas sur ma motivation pour faire quoi que ce soit, sinon après, c’est la déception, la culpabilité, et autre. Pour rester zen, j’en fais le moins possible. Pour cela, il faudra une analyse une fois et après ajuster si besoin, mais seulement à l’occasion. Par exemple, maintenant à la rentrée !

Après votre livre auto-édité Mon Budget sur Pilote Automatique en 2021, vous sortez maintenant un carnet plus pratique aux éditions Alisio dans lequel on peut écrire. Pourquoi est-il important selon vous de coucher noir sur blanc ses finances pour mieux en prendre conscience ?

Le carnet qui vient de sortir est arrivé après mon livre car, en effet, il est important de pouvoir poser les choses sur papier et ne pas rester dans sa tête avec la lecture seule. Qu’il s’agisse d’un tableau (il y en a plein dans le carnet), un schéma ou un graphique, ce type d’illustration permet de visualiser d’un coup les grands ensembles, réfléchir et potentiellement réajuster si nécessaire. L’autre avantage, c’est de pouvoir revenir en arrière ! Se rappeler d’un objectif qu’on avait fixé, et être tellement content·e de l’avoir atteint ou dépassé. Si on n’y est pas arrivé, c’est aussi un rappel, un petit coup de pied aux fesses pour se bouger et se donner une nouvelle impulsion. L’écrit, c’est en quelque sorte prendre un engagement même si c’est juste avec soi-même.

Quel est le retour concernant votre livre qui vous surprend le plus ?

Les personnes qui l’achètent en cadeau ! Au début, je me disais que c’était un peu border, genre : « Tiens un cadeau pour toi qui gères trop mal ton argent » [rires] ! Mais en fait, c’est vraiment fait avec de bonnes intentions, et maintenant j’ai l’habitude [rires] ! Pour le carnet, c’est encore tout neuf, j’ai hâte d’avoir les premiers retours !

Quels seraient vos trois principaux conseils pour que les femmes gèrent mieux leur argent ? 

  1. Arrête de chercher la validation de x, y et z quand tu as décidé de mettre en place un projet. Ce ne sont pas les autres qui paient tes factures. Cela ne t’empêche pas d’échanger avec tes proches, mais une opinion doit rester ce qu’elle est : une opinion. Si tu as pris le temps de réfléchir à ton projet, lance-toi, tu auras le temps de réajuster. 
  2. Il n’y a pas de moment parfait (je pense que c’est valable dans tous les domaines de la vie), plus que le contexte favorable ou défavorable, c’est la durée et ta constance dans le temps qui t’apporteront du positif et les résultats que tu escomptes. Si tes finances ne ressemblent pas à ce qu’elles devraient être, commence aujourd’hui.
  3. Commence petit. Actions, ETF (Fonds négocié en bourse), SCPI (Société civile de placement immobilier), crypto-monnaie, peu importe ce qui t’intéresse, commence petit. Tu ne joues pas ta vie en ouvrant un contrat d’assurance-vie ou un PEA (Plan d’épargne en actions) donc relax. On peut commencer à investir avec quelques centaines d’euros, pas la peine de casser ta tirelire ou vider ton livret A.

Sur Instagram, avez-vous créé des liens avec votre communauté suffisamment fort pour recueillir des confidences qui vous ont particulièrement surprises ?

Je suis super bavarde donc je papote beaucoup en DM avec mes abonné·e·s. Je reçois énormément de témoignages de personnes qui sont sorties du découvert, parfois rapidement, parfois au bout d’un an. Encore hier une personne me disait qu’elle était à 2 000€ de découvert pour 2 100€ de salaire et maintenant, elle est revenue à l’équilibre. Elle a même acheté le carnet parce qu’elle est convaincue qu’elle peut aller encore plus loin.

Le témoignage qui m’a le plus touchée, c’était une maman solo qui me disait « prier pour que sa carte passe » et qui a finalement repris en main ses finances après avoir lu mon livre. Elle a réservé des vacances pour elle et sa fille dans un camping dès le mois de janvier pour l’été. Et cet été, elle m’a envoyé la photo de sa fille au camping et ça m’a vraiment fait chaud au cœur, parce que derrière une personne, il y a aussi une famille. Je me dis que je ne fais pas tout ça pour rien.

Il m’est aussi arrivé de recevoir un témoignage de violence financière, après j’ai aussi des personnes qui me contactent après des décès ou des parents très malades pour savoir comment s’organiser pour la succession parce que le sujet n’a jamais été abordé en famille.

À lire aussi : Qu’est-ce que l’infidélité financière, et en quoi ça peut tenir de violences conjugales ?

Quelle est la question qu’on ne vous pose pas assez concernant l’argent et les femmes ?

Le mot patrimoine signifie héritage du père, devrait-on réhabiliter le terme matrimoine ? Ma réponse, c’est bien évidemment !

Le carnet Mon budget sur pilote automatique, de Maeva Derby, aux éditions Alisio

Mon budget sur pilote automatique – le carnet, de Maeva Derby, 19,90 € les 220 pages.


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

3
Avatar de julrouss
4 septembre 2023 à 20h09
julrouss
L'idée c'est de définir son budget annuel en fonction de ce qui est fait aujourd'hui, puis de repartir son salaire sur différents comptes (épargne / loisirs / charges fixes/ repas- essence) pour ne plus avoir à y penser (on peut ouvrir des comptes sans carte gratos dans sa banque). Donc on a un budget de tant en courses et a n'importe quel moment du mois en regardant son compte on sait si ça va ou pas sans avoir a réfléchir du type "j'ai 1000€ sur le compte mais y'a le prélèvement EDF qui tombe dans 15 j et ensuite la nounou donc en fait il me reste que 200" et nous ça nous aide pour mieux gérer la bouffe et les loisirs (et d'épargner), on a un budget fixe et on peut pas dépasser ! Ensuite elle explique aussi plein de bases sur les finances que je connaissais pas et c'est facile a comprendre. Je trouve que c'est surtout pratique parcequ'on fait compte commun et qu'on a de + en + de charges (prêt / nounou / épargne travaux ) et que de tête j'y arrivais plus. Voilà !
3
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Argent

Source : cottonbro studio / Pexels
Règlement de comptes

Camélia, 400 € de revenus et 1 190 € d’aides par mois : « j’essaie de ne pas penser à la retraite »

45
argent-billet-main // Source : URL
Argent

Voici les 15 erreurs à ne pas commettre quand on est jeune, selon une experte financière

1
Source : Joshua Resnick / Canva
Argent

Kelly dépenses 110 € de courses par mois : « En Martinique, un article peut prendre 20 à 50 centimes en une semaine »

3
Source : Pexels / Antoni Shkraba
Règlement de comptes

Émilie, 1 036 € par mois : « Être indépendante avec un métier passion n’est pas toujours financièrement évident »

27
Source : Aleksandr Kichigin / Canva
Argent

C’est quoi le skiplagging, cette (fausse) bonne idée qui permet de payer son billet d’avion moins cher ? 

14
Source : Midjourney
Vie quotidienne

Lina dépense 450 € de courses par mois : « Le goût des tomates du jardin n’a pas de prix »

14
RDC_AUDREY_UNE_V
Règlement de comptes

Audrey, infirmière en Suisse à 4 960 € mensuels : « Je ne paye que 100 € de courses par mois et je mange sainement »

43
Argent

Vicky dépense 200 € de courses par mois : « J’évite de donner mon argent aux enseignes de grande distribution »

1
RDC_TATIANA_UNE_V
Règlement de comptes

Tatiana, mère solo à 2 894 € par mois : « Payer pour gaspiller, ça ne m’intéresse pas »

Design sans titre (1)
Lifestyle

Fête des Mères : 5 idées d’activités cocooning pour se faire plaisir

La vie s'écrit au féminin