Live now
Live now
Masquer
Pourquoi l'essai Fruits de la colère va transformer votre rage féministe en carburant
Livres

Pourquoi le livre Fruits de la colère va transformer votre rage féministe en carburant

L’ouvrage collectif de Fruits de la colère, embras(s)er nos débordements de Lucile Bellan, Douce Dibondo, Daria Marx et Fatima Ouassak, sous la direction de Pauline Harmange, avec des poèmes de Kiyémis est à mettre entre toutes les mains féministes.

C’est un collectif de femmes pyromanes dans l’âme qui signe l’ouvrage Fruits de la colère, embras(s)er nos débordements, paru le 12 octobre 2022 dans la collection Les Insolentes (aux éditions Hachette). Dans la préface, Pauline Harmange que le grand public a pu découvrir par son essai Moi les hommes, je les déteste sorti en 2020 et qui dirige ce nouvel ouvrage, présente ses co-auteurices de feu :

« La fiction de Lucile Bellan ne nous présente pas une femme gelée, au contraire. Sous le dehors placide d’une femme qui est contrainte de porter sa vie – et celle de son foyer – à bout de bras, bouillonne une rage rentrée et lentement terrifiante. […]

Fatima Ouassak propose une stratégie alternative puissante, réjouissante, même si toujours nuancée, car parcourue de dilemme. […]

À son tour, Douce Dibondo se demande que faire de cette colère, et elle trouve des réponses qui viennent lier l’émotionnel au politique, avec intelligence et sensibilité. […]

La colère que découvre et partage Daria Marx est une émotion puissante qui, une fois réappropriée, mène à l’amour. Surprenant peut-être, si logique, pourtant. […]

Pour commencer le festin en beauté, quoi de mieux que la poésie lumineuse et réparatrice de Kiyémis ? »

En effet, outre le poème d’ouverture et celui de clôture de Kiyémis, les textes s’enchaînent, mais ne se ressemblent pas, tantôt fictionnels, tantôt manifestes, toujours brûlants. Leur fil conducteur reste le même : celui d’une colère féministe, comme une traînée de lave.

« L’heure de la colère », de Lucile Bellan

Le premier texte est une fiction « L’heure de la colère », signée Lucile Bellan, journaliste psycho-sexo. Elle y raconte 24 heures dans la vie d’une femme, comprimée par son conjoint, ses enfants, et la société, se sentant « comme un vase vide qui attend que les autres y déversent leurs émotions, leurs frustrations, leur colère – sans se soucier de ce que ça lui fait. » Heure par heure, grain par grain, comme un sablier qu’on ne saurait retourner avant le jour d’après, sa coupe se remplit, déborde de colère trop longtemps contenue. Jusqu’à commettre l’irréparable ?

« Stratégie de la colère », de Fatima Ouassak

Vient ensuite « Stratégie de la colère », de Fatima Ouassak, consultante en politiques publiques, politologue antiraciste et féministe. La cofondatrice du collectif Front de mères, (syndicat de parents dans les quartiers populaires) réfléchit comment orienter, structurer, et utiliser sa colère de femme et de mère, a fortiori racisée, sans qu’elle ne soit brutalement réprimée et silenciée. Selon elle, « au fond, le droit de se mettre en colère est le droit d’exister politiquement. Mais c’est ce droit qui est refusé aux personnes minorisées. Pour produire de la discrétion et tuer dans l’œuf la colère légitime, il faut faire en sorte que les injustices et les violences sociales paraissent normales, naturelles. » Et la meilleure stratégie contre cela, selon Fatima Ouassak réside dans le collectif : « Individuelle, la colère peut nous bouffer de l’intérieur, et servir à nous disqualifier, à nous enfermer. Portée par un collectif, elle devient un outil de libération. »

« Le paradoxe de la violence et de la colère », de Douce Dibondo

La journaliste, autrice et poètesse afro-féministe et queer Douce Dibondo signe le troisième texte qui s’intitule « Le paradoxe de la violence et de la colère ». Elle y rappelle le rôle de l’esclavage dans le développement des sociétés modernes puisqu’il a permis l’émergence du capitalisme industriel, bâti sur une nouvelle hiérarchisation en fonction de races sociales. Elle évoque également combien la violence dans nos sociétés n’a rien d’accidentel, au contraire, elle la structure bien souvent, et sert à maintenir les pires dynamiques sociales. Elle donne l’exemple de la violence polie de la novlangue (langue fictive du roman d’anticipation 1984 de George Orwell au départ, l’expression désigne désormais les éléments de langage creux des personnalités politiques et technocrates), pleine d’euphémismes et de détours pour éloigner de la réalité), qui essaime de la classe politique jusqu’aux médias et même à l’école. Contre cette violence nécroéconomique, d’autres moyens de lutter sont possibles et peuvent trouver racine dans la colère, qui peut être une expression de dignité silenciée : « L’état de colère que j’affectionne le plus est celui de la lave qui se propage irrémédiablement et consume ce qui ne vibre pas de justice, dans une sorte de fatalité digne. »

« Petite histoire intime de la colère », de Daria Marx

Arrive ensuite le texte de l’activiste féministe et anti-grossophobie Daria Marx, « Petite histoire intime de la colère » qui raconte un long cheminement, jonchée de colère et de troubles du comportement alimentaire, vers l’amour-propre. Le témoignage s’ouvre ainsi : « Je suis boulimique depuis ma petite enfance. Je compense dans des excursions nocturnes tout ce que j’encaisse le jour : mes efforts, mes frustrations, mes petits et grands traumatismes. Je mange tout ce qu’on ne me laisse pas la place de dire, je me fais un buffet tout compris d’émotions refoulées. » Daria Marx interroge ensuite la notion de cishétérosexualité obligatoire, avant de raconter son lesbianisme qui a élargi son féminisme et libéré sa colère. Ce qui lui permet de questionner l’après #MeToo : « C’est en rendant aux femmes leur droit à la colère que nous arriverons à une révolution globale, c’est en permettant aux femmes d’être entendues lorsqu’elles parlent, d’être soutenues quand elles se battent, que nous arriverons à un semblant d’égalité. On a voulu nous faire croire qu’il suffisait de parler pour que les choses changent, mais combien de #MeToo allons-nous connaître, combien de témoignages allons-nous lire ? »

Couverture du livre Fruits de la colère

Fruits de la colère, de Pauline Harmange, Lucile Bellan, Douce Dibondo, Daria Marx, Fatima Ouassak et Kiyémis — Les Insolentes (Hachette) — 19,95 € les 192 pages.

Une fois la température montée jusque là, le feu de la colère contenue dans ce livre ne nous brûle plus les doigts, au contraire, elle les réchauffe, renforce les poings qu’on a envie de lever encore plus haut pour lutter plus loin, se faire entendre, exiger le respect et surtout l’imposer.

À lire aussi : Avec Amours Silenciées, Christelle Murhula éclaire les limites de la révolution romantique

Crédit photo de Une : Les Insolentes.


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

Copie de [Image de une] Horizontale (6)
Culture

3 nouveaux livres d’Audrey Ouazan en avant-première

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Source : Juliette Leigniel
Livres

Relations amoureuses : comment la ville a « uberisé » l’amour ?

3
Maryse Condé photographiée lors du Calabash Literary Festival 2007 // Source : Creative Commons : Georgia Popplewell via Flickr
Livres

Maryse Condé, grande autrice guadeloupéenne, aura-t-elle un hommage national ?

6
Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Éditions Atelier de la Belle Étoile
Daronne

Et si vous souteniez le livre jeunesse « Zaza, queen de la bibliothèque » ?

livres_feministes // Source : URL
Livres

Les cinq essais féministes à lire absolument ce printemps

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1

La pop culture s'écrit au féminin