Live now
Live now
Masquer
meilleures-series-debut-annee-2020
Mode

Les 5 meilleures séries de ce début d’année 2020

L’année 2020 a démarré en fanfare niveau séries avec quelques très belles productions. Découvre les préférées de Kalindi !

Le 16 janvier 2020

Pour ton bonheur, douce lectrice, je n’ai pas chômé ces dernières semaines.

J’aurais pu passer mes vacances à glander comme un gros faisan, mais mon professionnalisme m’a tiré de ma torpeur pour me faire mater une quantité invraisemblable de séries.

Quoi ? C’est de la glande ? Que nenni, douce amie, car après je dois te pondre plein de critiques.

Voilà d’ailleurs un tour d’horizon des séries que j’ai préférées en ce début d’année.

Servant, l’horreur et la culpabilité

Servant, c’est sans doute ma série préférée depuis The Haunting of Hill House, production de génie de Mike Flanagan, sortie en 2018.

Servant, c’est dérangeant à souhait, fucked up et brillant.

Dedans, tu pourras explorer les tréfonds de la psychologie des personnages principaux, tous abimés par le même drame.

Si cette série est glaçante, c’est sans doute car derrière elle se cache le brillant M. Night Shyamalan, qui agit ici en ses qualités de producteur exécutif et de réalisateur.

Et si tu veux mon avis, Servant est l’un de ses meilleurs projets so far.

De l’esthétique ultra-léchée des dix épisodes à l’intrigue aussi bien ficelée qu’un rôti, tout est réussi dans ce show destiné à la plateforme Apple TV.

Servant, de quoi ça parle ?

Dorothy Turner ( Lauren Ambrose) et son mari Sean (Toby Kebbell) vivent dans une immense maison, décorée avec goût.

Elle est journaliste, passe quotidiennement à la télévision, lui est un cuisto méticuleux et reconnu. Dorothy est excentrique et semble un peu dans la lune. Sean est terre à terre et rigoureux.

Le couple accueille un jour une nounou prénommée Leanne (Nell Tiger Free), censée les soulager dans leurs tâches quotidiennes avec leur bébé Jericho. 

La jeune femme débarque un soir sous une pluie battante. Elle a l’air lugubre, ce qui n’empêche pas Dorothy de lui vouer immédiatement une grande affection. Si tout a l’air plutôt normal a priori, rien ne l’est en réalité.

Car le bébé qui dort dans le landau de la chambre d’enfant est en réalité une poupée, Jericho étant décédé dans des conditions mystérieuses quelques jours après sa naissance.

Si Sean sait parfaitement que ce bébé n’est qu’un poupon, Dorothy fait un déni et se comporte avec la poupée comme s’il s’agissait vraiment d’un enfant vivant…

Dracula, le classique sauce kitsch

Dracula, ça n’est clairement pas une série dont je me souviendrai encore dans cinq ans.

Toutefois, cette création signée Mark Gatiss et Steven Moffatt s’est avérée très divertissante et a fait les beaux jours de mon début d’année.

La bonne idée des créateurs de Sherlock ?

S’emparer d’un classique de la littérature (de Bram Stoker), lui demeurer globalement fidèle, mais lui ajouter des apparats bien kitsch.

Et le tour est joué !

Dracula, de quoi ça parle ?

Transylvanie, Roumanie. 1897. Le Comte Dracula boit d’énormes cups de sang dans son château tout en dessinant ses futurs projets contre le Londres victorien.

The Outsider, du King absolu

Une nouvelle adaptation de Stephen King voit le jour tous les quatre matins.

Si toutes ne sont pas réussies, il en existe bien sûr de très bonnes, comme Christine, de John Carpenter, sortie en 1983.

L’année dernière également, la série Castle Rock avait su me charmer, bien que le what the fuck global de l’intrigue m’avait égarée à plusieurs reprises.

Cette année, c’est le roman L’Outsider qui connaît une version à la télévision, plus précisément sur HBO et en France en US+24 sur OCS.

J’ai tenté l’aventure hier soir dans mon lit, et ai immédiatement été conquise par l’ambiance inquiétante et la belle photographie du pilote.

The Outsider s’annonce comme l’une des séries les plus regardées de ce début d’année, et les plus appréciées si l’on en croit les critiques qui fleurissent un peu partout sur le net.

The Outsider, de quoi ça parle ?

Dans une petite bourgade de l’Oklahoma, le corps d’un enfant de onze ans est retrouvé découpé en morceaux.

Sur la scène de crime, plusieurs preuves incriminent un homme très populaire dans la ville : Terry Maitland, entraîneur de l’équipe locale de baseball.

Le seul hic ? Terry a un alibi en béton armé : il était loiiiiin de la scène du crime au moment de l’assassinat.

Mais alors, comment est-ce possible que son ADN et ses empreintes digitales aient été retrouvées un peu partout ? Le détective Ralph Anderson mène l’enquête…

Messiah, haletant de 1 à Z

Hello, c’est Alix !

J’ai lancé le premier épisode un samedi matin de crève, et j’ai maté le 10ème le dimanche matin.

Ce binge watching intensif est la preuve que Messiah est mon coup de cœur de ce début d’année. Ça faisait très longtemps que je ne m’étais pas fait une série en one-sitting !

Messiah, de quoi ça parle ?

Messiah, c’est l’histoire d’un homme qui annonce la perte de Daesh aux habitants désespérés de Damas, juste avant une attaque.

Et bim, il s’avère que Daesh est en effet arrêté par une tempête de sable d’ampleur divine.

Les habitants de Damas érigent celui qu’ils appellent Al-Masih (le Messie) en héros, et 2000 d’entre eux décident de le suivre à travers le désert, direction Israël.

Bien sûr, ce n’est que le début de ses aventures.

Les actions d’Al-Masih, aussi pacifiques soient-elle, troublent de plus en plus l’ordre public international à mesure que le nombre de ses fidèles augmente autour du monde.

Alors forcément, la CIA s’en mêle. À travers le personnage d’une agente de l’organisation, Eva Geller, j’ai pu réellement comprendre les enjeux d’un tel phénomène et la fragilité de notre équilibre actuel.

Durant toute la première saison, tous les personnages se posent la question suivante : Al-Masih est-il un véritable envoyé de Dieu, ou est-il un imposteur ?

Cependant, j’ai compris que la réponse n’était pas aussi essentielle que les conséquences de ses actions en effet papillon, dans un monde qui pourrait être le nôtre.

Je trouve cette série extrêmement pertinente, intelligente, mais elle revêt aussi un côté spirituel auquel je ne me confronte que rarement dans ma vie de tous les jours.

Je suis sortie de mon binge watching abasourdie, et j’ai vraiment hâte de connaître la suite. Je te conseille cette série à 300%, lectrice !

Cheer, la série-documentaire bluffante

Hello à toutes, c’est Philippine !

Si j’ai adoré Cheer, c’est parce que cette série m’a donné à voir, sans artifice, un univers sportif impitoyable auquel je ne connaissais rien.

J’ai été impressionnée par la difficulté de ce sport exigeant et par la dangerosité des entraînements qu’il requiert, mais aussi par les histoires de ces cheerleaders pour qui je me suis prise d’affection.

Cheer, de quoi ça parle ?

Cheer est une série docu qui plonge dans le quotidien de l’équipe de cheerleaders de Navarro, coachée par Monica Aldama (aka The Queen), soit l’équipe la plus célèbre et la plus prestigieuse des États-Unis.

Au programme : sauts, figures et pyramides mais aussi pression, compétition et récits de vie.

Et toi douce lectrice, quelles sont les séries que tu as préférées en ce début d’année ?

Face à la pandémie de coronavirus (Covid 19), une seule chose à faire : reste chez toi !

madmoiZelle t’accompagne pendant le confinement avec une liste d’articles à retrouver juste ici. Tu peux aussi nous suivre sur Instagram et sur YouTube : nos chaînes Let it Glow et Big Up n’attendent que de te remonter le moral !

Afin de soutenir le magazine tout en te divertissant, passe par ce lien pour tester gratuitement Amazon Prime Video (et son gros catalogue de super films, séries, documentaires…) pendant 30 jours.

Tu peux aussi profiter de l’appli de sport à la maison FizzUp avec un code promo madmoiZelle disponible ici.

Et enfin, la box madmoiZelle d’avril, créée par Mélody, a un thème parfait : le DIY ! Commande-la ici !

Bon courage ♥


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

15
Avatar de H.P.Lovecraft
18 janvier 2020 à 04h01
H.P.Lovecraft
@KtyKonéko
Que lis-je ? Arrêter tout ! Il y a une série Watchmen ? uppyeyes:
Je n'aurai point de répit tant que je ne l'aurai pas regardée !
2
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Mode

Source : Emmanuelle Mayer
Mode

Emmanuelle, en célicouple : « Nous n’avons pas le courage ni l’envie de passer à la famille recomposée »

1
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Couple de femmes devant un miroir
Mode

Help, ma première fois avec une femme me terrifie 

Où trouver de belles robes de cérémonie en seconde main, jolies et pas cher ? // Source : Des robes jolies, éthiques et au prix juste vendues sur l'eshop We Dress Fair
Conseils mode

Où trouver de belles robes de cérémonie en seconde main, jolies et pas cher ?

1
À Cannes, la top Bella Hadid, en robe keffieh hommage à la Palestine, joue avec la censure // Source : Captures d'écran Instagram
Actualité mode

À Cannes, la top Bella Hadid, en robe keffieh hommage à la Palestine, joue avec la censure

La chanteuse Thérèse présente ses meilleures pépites de fripes et son rapport à la mode auprès de Madmoizelle // Source : Madmoizelle
Mode

Thérèse, 700 € de shopping annuel : « Les vide-greniers de campagne regorgent de méga pépites »

6 gilets sans manches tendance pour le printemps-été 2024 // Source : Antik Batik / Balzac Paris / Shiwi via Zalando
Conseils mode

Les gilets sans manches sont-ils toujours tendance ?

edouard-baer
Mode

Édouard Baer accusé d’agressions sexuelles par six femmes

6
Pourquoi la collection Monoprix Atelier fait déjà frétiller les fans de mode 1
Actualité mode

Monoprix sort une collection mode faite avec les tissus de grandes maisons : du luxe à petit prix ?

Anne Hathaway, éblouissante en robe GAP, signe d'un retour de hype pour l'enseigne.jpg // Source : Capture d'écran Instagram de Zac Posen
Actualité mode

Anne Hathaway, éblouissante en robe GAP : signe d’un retour de hype pour l’enseigne ?

1
Source : Pexels
Mode

Mauvaise nouvelle, ce célèbre e-shop pour enfant est placé en redressement judiciaire

La vie s'écrit au féminin