Avec Balance ton Vinted, va-t-on enfin parler du harcèlement sexuel sur la plateforme ?


Le compte Instagram @balancetonvinted_ dénonce les commentaires non-sollicités sur nos corps, les demandes de clichés supplémentaires déplacées, et les photos volées qui finissent sur des forums de voyeuristes. Vinted répond.

Balance ton Vinted : le harcèlement sexuel sur la plateforme mode de seconde-main, on en parle ?Pexels / Andrea Piacquadio @andreapiacquadio_

Sur la plateforme lituanienne de revente de vêtements Vinted, beaucoup d’utilisatrices sont confrontées à des demandes plus ou moins indécentes. Par exemple, un utilisateur a slidé dans les DM d’une Vintie (surnom donné aux personnes qui vendent des articles) pour lui donner son avis :

« Vous avez un corps magnifique qui met en valeur se (sic) jolie cache-coeur. Vous devriez le garder car il rend très bien sur vous. »

Se prendre un signalement pour avoir dénoncé du harcèlement

Ce qui pourrait n’être qu’un commentaire — déjà plus que craignos — sur un look et un corps s’avère rarement isolé, comme l’a remarqué la Vintie Garance, qui raconte à Madmoizelle :

« J’utilise Vinted depuis son arrivée en France, vers 2012. J’ai délaissé la plateforme quelques années avant d’y revenir en septembre 2020. J’ai suivi les recommandations automatiques du site qui suggéraient de poster plutôt des photos avec les vêtements portés afin de favoriser l’achat.

Seulement, j’ai commencé à recevoir de plus en plus de commentaires déplacés. Un jour, j’en ai reçu trois d’affilée d’utilisateurs différents. Je leur ai répondu de manière salée, et ils m’ont manifestement signalée puisque j’ai reçu par la suite un avertissement automatique de la part de la plateforme, comme quoi je ne respectais son “atmosphère positive et chaleureuse”. Que j’ai voulu contester, sauf que je n’ai pu communiquer que par écrit avec ce qui semblait être de la modération automatisée. On m’a simplement conseillé d’arrêter de répondre aux harceleurs pour ne pas que je sois bannie, avant d’indiquer que le litige était “résolu.”»

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Vinted Complice (@balancetonvinted_)

Ce renversement de l’impunité, où la victime devient coupable des violences sexuelles subies, s’inscrit dans la culture du viol, selon cette étudiante en histoire de l’art de 22 ans. Pour dénoncer l’injustice de cette situation de harcèlement sexuel, elle a donc décidé d’en parler sur Instagram :

« Après en avoir d’abord parlé en story de mon compte personnel, j’ai lancé un compte dédié en janvier 2021 afin de mieux recueillir les témoignages d’autres victimes et ainsi visibiliser davantage cet enjeu. En 24 heures, j’ai eu plus de 1.500 abonnements, preuve qu’il s’agit bien d’un problème structurel, et pas juste de cas isolés. »

« On n’est ni sur Tinder, ni sur OnlyFans »

Contacté par Madmoizelle, le site de revente de vêtements a ainsi répondu :

« Pour des raisons évidentes, nous attirons votre attention sur le fait que certaines mesures que nous prenons ne peuvent être partagées et divulguées publiquement, au risque que les auteurs d’infractions en prennent connaissance, et trouvent des moyens de les contourner. La sécurité des membres au sein de la plateforme Vinted est au cœur de nos efforts, et nous ne tolérons aucun type de harcèlement, que ce soit dans les messages entre membres, sur notre forum ou dans les profils publics des membres.

Bien que nous sachions que ces comportements sont minoritaires et que nous n’avons pas constaté d’augmentation particulière au cours des derniers mois, chacun des signalements que nous recevons de la part de nos membres est un cas de trop, pris très au sérieux et faisant l’objet d’une enquête individuelle par nos équipes dédiées. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Vinted Complice (@balancetonvinted_)

En attendant, c’est Garance qui a vu son premier compte Instagram engagé sur la question être suspendu. Ce qui pointe encore une fois les incohérences des grosses plateformes, capables de censurer des tétons féminins, des corps jugés trop hors norme, ou encore des discours qui dénoncent explicitement des violences. Mais pas de quoi décourager l’étudiante qui s’est relancée sous le nom de @balancetonvinted_ pour continuer d’interpeller le portail marchand pour que les choses s’améliorent :

« La situation est doublement injuste. C’est moi qui me retrouve à créer un compte pour faire de la pédagogie, dénoncer un problème que je n’ai pas causé et dont je suis victime. Mais Vinted ignore mes appels au secours et semble bien décidé à fermer les yeux sur le sujet.

Et c’est moi qui semble relou aujourd’hui, alors que c’est justement parce que j’aime cette plateforme et veux m’y sentir safe que je veux que des moyens soient mis en place pour que tout le monde se sente safe. De la même manière qu’ils sont capables de se positionner de manière pédagogique contre la fourrure, ils pourraient tout aussi bien expliquer que ce n’est pas OK de commenter le corps des Vinties. On n’est ni sur Tinder, ni sur Onlyfans ! »

« Des hommes se font passer pour des femmes pour obtenir plus de photos »

Après avoir commencé l’année 2020 fort de 30 millions de Vinties, le portail dédié à la mode de seconde main en affichait 37 millions en janvier 2021, révèle le média spécialisé FashionNetwork.com. Une bonne nouvelle pour une mode plus éco-responsable à petits prix, mais qui gagnerait donc à s’accompagner de plus de moyens côté modération, et éducation à bien faire comprendre qu’il ne s’agit pas d’un site de rencontres. Ni d’une banque d’images pour voyeuristes, comme s’en inquiète Garance :

« C’est très connu, les remarques déplacées sur nos corps, notre façon de porter des vêtements, et les demandes d’informations personnelles, de clichés supplémentaires, voire de nudes. Mais il existe aussi des hommes qui se font passer pour des femmes pour mieux faire passer leurs demandes de photos plus explicites. Et des forums de voyeuristes où des mecs s’échangent des photos piquées sur Vinted !

On peut se retrouver avec 100 abonnés supplémentaires du jour au lendemain parce que son compte a été mentionné sur ce genre de sites. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Vinted Complice (@balancetonvinted_)

« Signaler, répondre si l’on veut, puis bloquer »

De quoi rappeler combien la vigilance est toujours de mise, en ligne. Surtout lorsqu’on slide en conversation privée, comme c’est souvent le cas pour négocier un prix ou obtenir plus d’informations sur Vinted, qui nous explique ainsi :

« Comme il s’agit de conversations privées, tout comportement inapproprié doit nous être signalé pour que nous puissions prendre des mesures et notre communication à nos membres à cet égard est très claire : si un membre reçoit des messages ou des communications inappropriées d’un autre utilisateur sur notre plateforme, nous lui demandons de bloquer et de signaler le membre à notre équipe qui évaluera ensuite chaque situation au cas par cas et prendra les mesures nécessaires et bloquera le contrevenant si nécessaire.

Il existe un large éventail de critères pour nous aider à identifier de tels cas, par exemple des commentaires sur l’apparence, l’utilisation d’un langage vulgaire, la drague, la demande d’informations personnelles non nécessaires pour effectuer des transactions sur Vinted… Cette liste n’est pas exhaustive. » 

Garance développe en insistant sur l’enchaînement à suivre pour se protéger au mieux :

«  Je recommande de signaler, puis de répondre si on en ressent l’énergie et l’envie, puis de bloquer. Et ce dans cet ordre-là, car le harceleur sera confronté à notre réponse sans pouvoir y répondre, ni nous signaler en premier. Vous pouvez aussi m’envoyer des captures d’écran en DM sur @balancetonvinted_, car vous n’êtes pas seule. Plus on sera nombreuses, plus le problème sera impossible à ignorer. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Vinted Complice (@balancetonvinted_)

La créatrice du compte Balance Ton Vinted déplore également que la plateforme de revente ne tienne pas informé des suites d’un signalement, comme peut le faire Instagram, par exemple. Elle a déjà reçu des DM à l’encontre d’un même compte de harceleur qui n’aurait donc pas été suspendu après plusieurs signalements. Interrogé par Madmoizelle sur la question, Vinted répond ainsi :

« Chaque cas qui nous est signalé est examiné par notre équipe. Cependant, nous savons que parfois les victimes ne sont pas informées des mesures qui ont été prises, c’est pourquoi nous avons travaillé dernièrement sur une meilleure communication auprès des membres qui ont été victimes de tels comportements. Ces mesures devraient être mises en œuvre dans les semaines à venir, et nous permettront de pouvoir confirmer aux membres affectés que nous prenons leurs signalements au sérieux et que nous examinons la situation.

Nous leur rappellerons également qu’en raison des politiques de confidentialité et des lois en vigueur sur la protection des données, nous ne sommes pas autorisés à communiquer à un utilisateur le résultat de nos enquêtes et toute mesure prise à l’encontre d’un autre utilisateur, ici l’utilisateur signalé. »

Bref, le géant lituanien est bel et bien en train de bouger, dans les limites de ce qui est possible en terme de Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En attendant, ce guide d’information et de lutte contre les cyber-violences à caractère sexiste peut vous aider à comprendre ce qu’il est possible de faire, juridiquement. À Garance de conclure :

« Ce n’est jamais à nous d’avoir honte d’avoir un corps. Dans la rue comme sur Vinted, peu importe notre tenue, on ne l’a pas “bien cherché.”» 

À lire aussi : Le retour de la ballerine est inévitable : voici comment ne pas puer des pieds ni vous niquer le dos

Anthony Vincent

Anthony Vincent


Tous ses articles

Commentaires

Nastasja

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!