Live now
Live now
Masquer
Source : URL
Daronne

Chronique d’une daronne : Je ne suis pas copine avec les mères de l’école (j’assume)

Si vous pensez que vous êtes seule dans cette situation, rassurez-vous nous sommes au moins deux, parce que moi aussi je n’ai jamais réussi à devenir copine avec les mamans de l’école, de la crèche ou de tout autre endroit que mes enfants ont fréquenté.

C’est un fait, je ne suis pas pote avec les mères de l’école. Je dois l’accepter, me résigner ? Pourtant, ayant un cercle d’amis assez restreint, je me disais que cela pourrait être l’occasion de me trouver de nouvelles relations, voire de nouveaux amis. Qui sait hein ? J’ai une copine (coucou Sarah) qui part en vacances avec les parents des potes de l’école de son fils. Mais bon, ça n’a pas marché. Il y a bien eu quelques tentatives, comme ces parents de la crèche avec qui nous avons fait quelques apéros, il y a bien longtemps, mais ils se sont séparés, ça a jeté un froid. Quand on se croisait, elle me disait toujours toute enjouée, « On se prend un café Candiiiice, absolument », «Quoi t’es en congé mat’, je suis en home office en ce moment, je passe te voir » Jamais passée me voir.

Toujours une raison pour que ça ne colle pas

Il y en a une autre avec qui j’ai même fait quelques joggings au parc, si, si. Elle m’avait prévenue, qu’elle était focus pendant la course, et ne parlait à personne. C’était donc pas très marrant, on a pas réitéré. Ah, je pense encore à un couple avec qui ça aurait pu matcher, on a dîné chez eux et réciproquement, on s’entendait plutôt bien, mais le problème c’est qu’en fait nos enfants n’étaient pas amis (dommage), ils ont aussi rapidement scolarisé leurs filles dans le privé du coin. Disparus. Quand je pense que je lui avais prêté un livre que j’aime bien, ça m’énerve un peu. Ne jamais prêter ses livres.

N’ayant plus eu de nouvelles d’eux, on avait imaginé tous les scénarios, ils se sont séparés “Regarde, elle a plus le même nom sur Linkedin”. Ils sont partis en province. “Et si on avait été trop relou, rappelle toi à ce dîner on avait parlé de religion, de racisme, peut-être qu’on leur a fait peur ?” . Moralité, j’ai croisé la mère en septembre dernier dans le quartier avec ces deux filles gigantesques. Quand elle a vu les twins, elle m’a regardée avec des yeux écarquillés.  Elle nous a raconté qu’elle sortait d’un long arrêt maladie, gros burn out professionnel, ça allait mieux maintenant, elle semblait en pleine forme. J’aurais pu lui envoyer un petit message pour lui proposer un café, je ne l’ai pas fait.

Je crois que je ne suis pas sociable

Vous voyez, moi quand j’aperçois une vieille connaissance sur le trottoir d’en face, je suis plutôt du genre à raser le mur pour ne pas avoir à lui parler. Je me souviens l’été dernier, quand j’ai accompagné à la gare mes fils qui partaient en colo pour la première fois de leur vie, il y avait parmi les parents des personnes que je connaissais, de colo aussi. Impossible pour moi d’aller leur parler, un mélange de timidité, de « si ça se trouve ils ne vont pas me reconnaître », et de flemme.  Je n’arrive pas à aller vers les autres, j’ai du mal à faire le premier pas, je suis parfois antipathique sans m’en rendre compte. «T’as vu comment tu les as regardés ? Tu pourrais être plus chaleureuse ». Quand des amis nous invitent à dîner et que j’apprends qu’il y a d’autres personnes que je ne connais pas ou peu, ça me pétrifie l’espace de quelques secondes, le temps de me dire, ça va aller, tu vas surmonter. Mais je ne suis pas non plus sauvage, avec ceux que j’aime vraiment, ceux avec qui la barrière du « paraître » est rompu, ceux avec qui je me sens en confiance, là je donne sans compter. Et au travail, je suis une autre personne, une manager empathique et drôle, je vous assure que si. Enfin, faut leur demander !

École, métro, boulot, dodo

Mais revenons au mères de l’école. Il y aussi un paramètre à prendre en considération, j’ai toujours travaillé, je suis rarement allée chercher les enfants à 16h30, ça limite forcément les échanges et les connivences. Le matin, je les déposais et j’enchaînais avec la journée. Tchik Tchak, c’est parti, je m’engouffre dans le métro, chacun démarre sa journée. Bien-sûr, j’ai envié celles en jogging qui, je sais, remontaient chez elles, après la dépose des kids. Celles qui avaient le temps de prendre un café en bas de l’école, c’est là que la relation se créait ?

Certaines fois, ivre de joie, je pouvais les récupérer à 16h30. Mais trop timide, je restais éloignée des autres mères, totalement seule, serrant mes pains au chocolat comme un trésor. Et les deux sortaient, leur manteau à la main (même en hiver) et me calculaient à peine. Est-ce qu’il y a plus indifférent qu’un enfant qui sort de l’école. « Où est mon goûter ? , « J’ai soif », « Tiens mon sac ». Ces jours-là, je me disais « à quoi bon ? J’aurais dû aller me faire les ongles plutôt ». J’ai oublié de vous parler des goûters d’anniversaire, ces moments un peu gênants ou les parents te disent « Passe le prendre à 18h, et on prendra une petite coupe » Une coupe de champagne… dans le salon d’inconnus, avec d’autres inconnus ? C’est trop pour moi. Il y en a parfois qui s’incrustait, dès le début de l’anniv, « Je vais t’aider, avec tous ces gosses ma pauvre », « Noooon ». Et ne parlons pas des anniversaires organisés au parc ou les parents sont invités pour… surveiller leurs gamins. Encore plus gênant les discussions entre deux jeux et une piñata défoncée. Mais il y en a surement parmi vous qui aime cette convivialité, taper la discute en boulotant des Haribos, raconter des banalités en sirotant un jus de pomme, franchement je suis admiratives de votre aisance relationnelle.

C’est de ma faute ?

Mon deuxième est maintenant en CM2, il va et rentre de l’école seul depuis un bon bout de temps.  Plus la peine de faire la meuf plongée dans son téléphone pour éviter le regard de machinette qui me juge car je n’ai pas voté aux élections des parents d’élèves. Les échanges avec les mères se limitent à whatsapp, quelques discussions sur le trottoir, mais rien de plus. Pour info au collège, c’est TERMINÉ. Le parent ne cherche pas à nouer la moindre relation avec vous.

Parfois je me dis que c’est dommage, souvent je me dis que c’est de ma faute,  je ne suis pas avenante ? C’est toujours cette ambivalence qui me pourrit un peu la vie, disons-le. J’aime personne, mais je voudrais plus d’amis, j’aime pas sortir, mais je ne veux pas tirer un trait sur ma vie sociale. J’aime intensément mes enfants et je les déteste (non pas intensément). Mais ce qui est bien dans ma configuration familiale, c’est que j’ai une deuxième chance ah ah : les twins ! Ils sont arrivés 10 après les autres.  Et tout se répète comme par magie avec cette sensation de déjà-vu permanente : les nuits de merde, les cacas partout, les sur-chaussures de la crèche, la nourriture qui voltige. Ils entrent en septembre à l’école.

Ce billet est extrait de la newsletter hebdomadaire de notre rédactrice en chef Candice Satara « Le Balagan ». Candice est mère de quatre garçons âgés de 2 à 12 ans. Pour la recevoir, vous pouvez vous abonner gratuitement ici.

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

15
Avatar de Fille du Feu
28 mars 2024 à 10h03
Fille du Feu
Je trouve que ça dépend beaucoup des écoles et des parents en question : l'année dernière le groupe des mamans copines ne me faisait pas du touuuut envie, pas du tout mon mode de vie, du coup à part les saluer poliment j'ai jamais cherché à les connaître, à part une avec qui j'ai gardé contact. Cette année, changement d'école, il y a plusieurs parents avec qui on "se ressemble" et le dialogue est bcp plus facile. Cela dit cette année il n'y a pas ce truc de "groupe de mamans" qui papotent une demi heure à la sortie. Perso je ne fais pas d'effort particulier pour sociabiliser, si on sent que le courant passe ça se fait petit à petit...
1
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Daronne

Source : URL
Daronne

« Mais pourquoi tu t’énerves si vite ?» Marre de se disputer à cause des enfants ?

Source : Africa images
Couple

« J’ai demandé mon copain en mariage » Charlie, 32 ans, raconte ce grand moment à rebours des clichés

Source : Viorela Florescu's Images
Daronne

Soutenez « All kids are cool kids », le premier magazine pour familles d’enfants handicapés

Source : Kaspars Grinvalds
Parentalité

Ces 3 choses de mauvaise mère que je fais, bouh, c’est pas bien

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : laflor de Getty Images Signature
Conseils parentalité

Comment parler de la mort avec ses enfants ? Voici quelques pistes

Source : Gemütlichkeit
Conseils parentalité

Ces 8 tâches ménagères que les enfants peuvent faire à la maison (faut rentabiliser !)

3
Source : Tetiana Nekrasova de corelens
Quand on aime, on compte

Samantha, mère solo, dépense 630 € par mois pour ses enfants : « j’ai eu un parcours assez chaotique »

7
Source : pixelshot
Chère Daronne

Je suis enceinte et je fume, help !

24
femme-colère // Source : Pexels
Daronne

Vous aussi, vous en avez marre de crier sur vos enfants ?

Pour les meufs qui gèrent