Live now
Live now
Masquer
instagram-censure-corps-femmes
Actualités

Le corps des femmes n’est plus censuré sur Instagram ! Enfin… à une condition

05 juin 2018 26

Instagram a régulièrement été critiqué pour sa censure du corps des femmes, notamment des tétons, alors que ceux des hommes passent sans souci. Il y a une avancée… mais elle n’est pas parfaite.

C’est un sujet dont vous avez probablement déjà entendu parler.

Sur Instagram (mais aussi sur Facebook par exemple) (et sur YouTube), les corps des femmes ne sont pas les bienvenus.

Là où des hommes torse nu ne poseront aucun souci, les tétons des femmes n’ont pas le droit de cité (car ils seraient intrinsèquement sexuels), par exemple.

Ça a même donné un mouvement de grande ampleur : #FreeTheNipple, en français #LibérezLeTéton !

Eh bien laissez-moi vous annoncer qu’en toute discrétion, un changement s’est opéré sur Instagram, et que je viens de faire défiler des seins, des tétons, des vulves en gros plan, des fesses, bref : tout ce qui était verboten.

Mais attention… c’est seulement dans un cadre très précis.

Les accouchements font leur place sur Instagram

Katie Vigos est infirmière et mère de trois enfants. Elle a lancé en 2014 l’Empowered Birth Project, visant à mettre en lumière la réalité des naissances aux États-Unis.

Et quoi de mieux, pour montrer la réalité, que l’image ?

Le souci, c’est que les photos d’accouchements étaient systématiquement supprimées par Instagram, même avec des efforts pour cacher ou flouter le sexe proprement dit.

https://www.instagram.com/p/BgHnhf2g1dB/?taken-by=empoweredbirthproject

Après une énième femme ayant vu ses photos d’accouchement supprimées par la plateforme, Katie Vigos a décidé, fin 2017, d’agir via une pétition ayant recueilli rapidement des milliers de signatures.

Voici ce que nous proposons :

  1. Que les contenus relatifs à la naissance soient catégorisés comme « éducatifs », quitte à créer leur propre catégorie si besoin
  2. Que notre communauté puisse poster des images crues de naissances par voie basse, avec des zones floutées ou grisées, pour que les gens puissent cliquer s’ils souhaitent les voir. Cela permet à la communauté de partager du contenu important, tout en garantissant aux utilisateurs d’Instagram le contrôle sur ce qu’ils voient.
  3. Continuer à protéger les comptes relatifs à l’accouchement, travailler avec des influenceurs et utilisateurs pour rétablir le contenu et les comptes si besoin.

La pétition ayant recueilli plus de 23 000 signatures, elle a attiré l’attention d’Instagram.

Et en ce printemps 2018, quelques mois plus tard, les accouchements, mais aussi l’allaitement sont autorisés sur la plateforme. Le compte d’Empowered Birth Project fourmille de photos.

https://www.instagram.com/p/Bjd1Ob4AqfD/?taken-by=empoweredbirthproject

(Je ne mets pas de clichés trop « crus » ici mais allez voir le compte si vous voulez en découvrir davantage)

Le corps des mères est autorisé sur Instagram, et c’est une bonne chose

En soi, je trouve ça super cool que ce type de contenu ait enfin sa place sur Instagram.

Déjà parce que l’accouchement ou l’allaitement n’ont rien de sexuel, rien d’intrinsèquement choquant ; il est absurde de traiter ces photos comme si elles montraient des actes pornographiques ou de la violence.

Certes, il y a du sang, des fluides, parfois des césariennes, mais ce n’est pas comme si c’était du gore pour du gore, c’est simplement une réalité.

https://www.instagram.com/p/BemU2KqAb0t/?taken-by=empoweredbirthproject

Il y a surtout beaucoup d’amour et d’émotions

Et puis aussi parce qu’en tant que femme nullipare qui ne veut pas d’enfants et ne compte pas forcément assister à des accouchements, ce genre de contenu me permet d’en apprendre beaucoup !

Je vois une étape de la vie que je ne vivrai probablement jamais, et que j’apprends donc à comprendre par procuration.

Je sais qu’en SVT, au collège, on avait vu un film sur l’accouchement, mais assez pudique (et sur une VHS usée). Depuis, la seule fois où j’ai vu le crâne d’un bébé recevoir son premier courant d’air… c’était dans la série Sense8.

Je ne peux que me réjouir du fait que le sujet devienne moins tabou.

Mais… car il y a toujours un mais…

Le corps des femmes, de toutes les femmes, n’est pas honteux

Instagram a fini par piger que la vulve d’une personne qui accouche, les seins d’une personne qui allaite, ce n’est pas sexuel. Ok. Cool.

Mais quid des autres vulves ? Des autres seins ?

Quand est-ce que TOUTES les femmes pourront ne plus masquer leurs tétons, même si elles ne viennent pas de donner la vie ?

https://www.instagram.com/p/BimAqQ4lgrC/?taken-by=queenkmille

Abonne-toi à la chaîne de Queen Camille ♥

Je suis femme, je ne suis pas mère, et cela ne fait pas de mon corps un élément forcément sexuel, choquant, qu’il faudrait cacher !

J’ai des seins, une vulve, un vagin, mes règles, des organes qui fonctionnent bien (par chance), et si un jour je pose nue, ce ne sera pas obligatoirement du porno, mais juste un corps.

Malgré cette avancée au niveau des contenus relatifs à l’accouchement, #FreeTheNipple continue, malheureusement, à être d’actualité.

Tout comme #MonCorpsSurYouTube, mouvement lancé tout récemment par madmoiZelle et les Internettes, l’asso qui défend les femmes vidéastes.

Car on ne demande pas aux hommes d’attendre une montée de lait pour avoir le droit de sortir leurs tétons ! Merde alors !

À lire aussi : Des tétons en gros plan pour lutter contre le sexisme sur Instagram

Les Commentaires
26

Avatar de TabbyCicada
7 juin 2018 à 15h47
TabbyCicada
Bonjour, ce thème m'intrigue beaucoup. j'ai plusieurs questionnements dessus que je voudrais clarifier.
Je sais que des photos de seins ne sont pas forcément pornographiques, il y a les photos type documentaire et aussi des photos type art où les seins nus ne posent aucun problème tendancieux. Donc dans ces cas là c'est sûr qu'il n'y a pas de raison de les censurer puisque qu'il n y a rien de pornographique.
Mais à partir de quand une photo est pornographique?
J'imagine que si déjà un cerveau humain à du mal, pour les algorithme ça doit être pire. Je ne suis pas à l'aise avec le porno je préfère que les images et vidéo porno restent en dehors de mes actualités insta. J'ai peur du débordement de l'autorisation des seins nus, donc personnellement, je ne suis pas pressée qu'il se réalise.
En faite quand vous dites "libérez les tétons" , vous voulez pouvoir poster vos propres seins? Comme des photos de vacances posey en topless ou des photos boudoir ou autres (j'ai pas trouvé d'autres exemples de postage personnel de seins nus) (d'ailleurs j'utilise le terme "vous" mais c'est général)
Ça me fait penser que j aimerais voir des photos boudoir sur insta.
5
Voir les 26 commentaires

Plus de contenus Actualités

Médias
jean-jacques-bourdin-bfm-la-france-dans-les-yeux

BFM et RMC décident d’écarter de l’antenne Jean-Jacques Bourdin, accusé d’agression sexuelle

Maëlle Le Corre

24 jan 2022

3
Actu en France
frederique vidal universites assemble nationale

Les universités en danger ? Vidal se veut rassurante après les annonces crispantes de Macron

Maëlle Le Corre

21 jan 2022

6
Actu sexe
Personne tenant des préservatifs dans sa main

La pénurie de capotes est réelle, mais pas pour les raisons que vous imaginez

Psychologie
Femme dépitée

Le Blue Monday, le jour le plus déprimant du monde, n’existe pas

Emilie Laystary

17 jan 2022

16
Actualités
Influenceuses

Prévenir qu’une publication Instagram est retouchée, c’est l’objectif de cette proposition de loi britannique

Eva Levy

14 jan 2022

7
Féminisme
workin-lait

Cachez ce post-partum que je ne saurais voir : Facebook bloque des pubs pour des culottes et du matos d’allaitement

Camille Abbey

14 jan 2022

Actu en France
clementine autain lfi endometriose

L’endométriose bientôt inscrite dans la liste des affections longue durée ?

Féminisme
pref de police

La préfecture de police a enterré un rapport sur… l’accueil des victimes de violences dans les commissariats

Maëlle Le Corre

12 jan 2022

Actu en France
nguy-n-hi-p-unsplash-don-du-sang

Victoire ! Les restrictions au don du sang pour les hommes gays vont enfin être levées

Maëlle Le Corre

11 jan 2022

3

La société s'écrit au féminin