Live now
Live now
Masquer
amalia
Livres

Une mère au bord du gouffre reprend goût à la vie dans cette BD qui vous touchera en plein coeur

05 fév 2022 2
La dernière bande dessinée d’Aude Picault, Amalia, apporte avec sa grâce habituelle un bon lot de réflexions nécessaires. Quand on est pris dans le tourbillon de la vie, on ne se rend plus compte que ce que l’on fait n’a plus de sens et nous prend notre énergie vitale.

Idéal Standard m’avait touchée comme jamais une bande dessinée ne l’avait fait. Dans cet album d’Aude Picault paru en 2017, une infirmière en néo-nat, coincée en couple avec un gros beauf, devait renoncer sur le tard à un projet de maternité qui lui tenait pourtant à cœur. Grosses larmes en prévision, si vous avez un cœur tendre.

Dans un tout autre style, j’avais beaucoup aimé ses œuvres dans la collection « BD Cul » des Requins marteaux — Comtesse en 2010 et Déesse en 2019. Tout un programme !

J’attendais donc beaucoup d’Amalia, la nouvelle bande dessinée d’Aude Picault. Et je n’ai pas été déçue.

Amalia-couv

Amalia, l’histoire d’une mère à bout

Dans ce dernier opus, les problématiques sont plus sérieuses. Amalia est mère, épouse, salariée… et tous les efforts intenses que cela nécessite vont finir par l’amener à sa perte.

Elle doit en effet tout gérer : à la fois un travail où on lui demande sans cesse plus sans le dire clairement, alors qu’on l’a gratifiée du titre de « team leadeur », sous prétexte d’agilité et de flexibilité ; une maison où elle gère les crises de larmes l’éducation de sa fille, la crise d’ado de sa belle-fille et un compagnon qui ne comprend pas qu’elle soit trop fatiguée après tout ça pour faire l’amour…

De plus, Amalia, très préoccupée par la crise environnementale, est éco-anxieuse, ou plutôt très consciente des dangers que nous faisons courir à la planète. Elle en vient même à faire le tri dans les poubelles de ses voisins (on n’a pas tous le même degré d’implication visiblement).

Bref, c’est la galère.

Charge mentale et course effrénée au rendement

Amalia passe sa vie à courir. Après quoi ? On ne sait pas très bien. C’est elle qui organise et gère tout. Elle passe du temps à crier sur sa fille, qui n’en fait qu’à sa tête… normal, c’est une enfant !

Capture-décran-2022-02-03-à-17.35.16
© Aude Picault/Dargaud

On force Amalia, dans tous les domaines, à une productivité qui l’épuise. La pression à la performance est omniprésente. Dans tous les domaines, elle se sent évaluée. Elle doit faire face au langage bullshit d’une entreprise qui demande toujours plus — un plan social devient alors un plan « agilité des compétences »…

À force de se plier en quatre pour tout le monde, Amalia va craquer. Son corps commence à la lâcher, entre maux de ventre et évanouissement en réunion. Elle comprend que quelque chose cloche et doit changer sa façon de vivre.

Capture-décran-2022-02-03-à-17.33.43
(© Dargaud/Aude Picault)

Un monde qui ne tourne plus très rond

La dénonciation du monde du travail, à l’aide d’un trait léger, presque innocent, est efficace. Ce milieu professionnel, qui souvent pressurise à outrance, broie… à l’aide de techniques de management qui paraissent nouvelles, cool et bienveillantes.

Mais ce n’est pas tout. Aude Picault s’en prend aussi aux entreprises et au gouvernement, sourds au dérèglement climatique — dans la BD, le président de la République reproche aux poissons de n’avoir pas su s’adapter à la marche du monde.

Une critique en règle est aussi faite sur les réseaux sociaux et ses influenceuses toutes- puissantes, qui peuvent détruire l’estime d’elles-mêmes des adolescentes. La belle-fille d’Amalia en fait les frais : la lycéenne va déchanter en rencontrant son idole, et en comprenant que ses vidéos suintent en fait un marketing puant.

Ça fait un peu boomer comme point de vue — « ha, c’était mieux avant les réseaux sociaux, les pesticides… » — mais ces préoccupations sont très importantes chez les jeunes générations : ce sont eux qui portent bien souvent seuls les combats écologistes actuels ! Qui se préoccupe plus de notre avenir que celles et ceux qui le vivront ? Ce sera sans doute eux la solution (oui, je ne me mets plus dedans, depuis quelque temps).

Dans la bande dessinée, Nora, la belle-fille d’Amalia s’interroge :

« Mais quand on est petit, tout est beau, joyeux et tout. Et quand on grandit, ça s’inverse. Sérieux, entre-temps, kesskisspass ? »

Capture-décran-2022-02-03-à-17.36.26
© Aude Picault/Dargaud

Amalia a en tout cas compris, grâce à des prises de conscience salvatrices, qu’on devrait toutes avoir la possibilité d’écouter son corps, ralentir le rythme, moins crier sur les enfants.

Cette bande dessinée est belle et douce, mais aussi acide : elle dénonce une société qui étouffe et épuise les femmes. Un beau mélange des genres, à mettre entre toutes les mains.

Pour se procurer Amalia, d’Aude Picault, 19,99 euros, c’est par ici

À lire aussi : Cette BD salutaire résonnera chez toutes les childfree fatiguées qu’on leur dise de faire des gosses

Image en une, Amalia : © Dargaud/Aude Picault

L'affiliation sur Madmoizelle

Cet article contient des liens affiliés : toute commande passée via ces liens contribue au financement de Madmoizelle. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les Commentaires
2

Avatar de Nancy Drew
6 février 2022 à 08h39
Nancy Drew
Salut! Merci pour ces bien plus nombreux articles de livres!
Attention: "la mener" pas "l'amener". (Prof un jour... )
Ça donne très envie! Et si vous aimez Picault, y'a ses petites BDs "Fanfare" et "Transat" (oui, fan des débuts) qui sont époustouflantes!
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Livres

Daronne
Couverture du livre jeunesse Cheveux mouillés, de Joshua Servier

Ce livre jeunesse autour d’une sirène noire qui apprend à aimer ses cheveux va inspirer petits et grands

Anthony Vincent

18 sep 2022

6
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Pop culture
roman-seul-un-monstre-lumen
Sponsorisé

Si vous faisiez partie d’un roman de fantasy, quel serait votre don surnaturel ?

Livres
halimata fofana

Halimata Fofana, autrice de À l’ombre de la cité Rimbaud, brise le tabou de l’excision

La Rédaction

11 sep 2022

1
Livres
Virginie Despentes

Critique : « pardon Virginie, mais je ne suis pas à fond sur Cher Connard »

Marion Olité

10 sep 2022

17
Livres
asal-lotfi-8ePZbdxnpi0-unsplash

Rentrée littéraire : 3 premiers romans à lire d’urgence

Pauline Leduc

07 sep 2022

Livres
meuf livre

La rentrée littéraire féministe : 5 romans bouleversants à ne pas manquer

Maya Boukella

04 sep 2022

Livres
[Site web] Visuel horizontal Édito (3).jpeg

En écriture : avec Élise Nebout, cofondatrice de l’école Les Mots

Marie-Stéphanie Servos

28 août 2022

Livres
livre Bethany Laird

La rentrée littéraire en lutte : 5 pépites féministes et LGBT à ne pas manquer

Maya Boukella

27 août 2022

1
Livres
[Site web] Visuel horizontal Édito (3).jpeg

Rentrée littéraire : trois romans incontournables

Pauline Leduc

23 août 2022

1
Livres
[Site web] Visuel horizontal Édito (2)

En écriture : avec l’autrice Sandrine Roudeix

La pop culture s'écrit au féminin