Ados écolos VS boomers, le choc des générations

La question de l'écologie provoque des conflits entre les jeunes générations et les « boomers ». Faustine t'explique pourquoi.

Ados écolos VS boomers, le choc des générations« Vous mourrez de vieillesse, on mourra du réchauffement climatique » (@markusspiske / Pexels)

L’affrontement entre « boomers » et jeunes a encore de beaux jours devant lui !

« Boomers », pour rappel c’est le raccourci de « baby-boomers », les personnes nées entre 1946 et 1964.

Aujourd’hui, les conflits et les incompréhensions se multiplient entre les « boomers » et les jeunes générations, notamment sur la question du climat et de l’écologie.

Boomer VS jeunesse sur le plateau de l’émission C Politique

J’en ai encore eu un exemple ce matin, en me baladant sur Twitter :

Cette vidéo est extraite de l’émission C politique, pendant laquelle des participants et participantes à la convention citoyenne pour le climat étaient invitées à discuter du sujet.

Si tu veux en savoir plus, cette convention est composée de 150 citoyens et citoyennes tirées au sort au sein de la population qui doivent élaborer des propositions pour remplir des objectifs.

Par exemple, celui de réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre en France d’ici à 2030, comme l’explique un article très complet du Monde.

Mais le débat s’enflamme quand Allain Bougrain-Dubourg, un ancien présentateur télé et actuel président de la Ligue pour la protection des animaux, se lance dans une tirade très « boomer » :

« Non mais est-ce que c’est sérieux, de pouvoir demander à 150 citoyens tirés au sort, qui font de la formation quatre fois, comment on va réduire… bon. »

Eloïse, une participante à la convention de 17 ans, lui répond que leur travail s’appuie sur des réflexions et des rapports d’experts :

« En fait, les mesures, on ne les crée pas. On se base sur les rapports. Nous, les mesures, on les a pas, on est justement pas des experts… »

Allain Bougrain-Dubourg lui coupe alors la parole et lui tend un rapport du conseil économique social et environnemental, le tout sur un ton condescendant.

Bref, il sous-entend que la jeune fille n’y connaît rien en matière d’urgence climatique.

Eloïse ne se laisse pas démonter et remet Allain Bougrain Dubourg à sa place en lui répondant par un cinglant :

« J’lai lu [le rapport, NDLR], en fait ! »

Ok boomer, mais la planète, elle meurt

Cet extrait est révélateur d’un phénomène plus large. En effet, les générations de nos parents ou grands-parents semblent parfois avoir du mal à accorder du crédit à la jeunesse.

En réponse, les jeunes générations se moquent d’eux, notamment avec l’expression « Ok boomer ».

L’origine reste encore à prouver, mais la phrase « Ok boomer » aurait décollé à la suite d’une vidéo Tik Tok d’un homme aux cheveux blancs.

Ce dernier lance des tirades contre les millenials (les personnes nées dans les années 1980-1990) et la génération Z (les personnes nées à partir de la fin des années 1990). Il les accuse entre autres de ne « pas vouloir grandir ».

L’expression est ensuite popularisée par une députée néo-zélandaise de 25 ans.

À l’Assemblée, elle lance un « Ok boomer » mordant à un politicien plus âgé qui lui fait une remarque sur son âge alors qu’elle présentait un projet de loi zéro carbone.

Comme Carotte te l’explique sur madmoiZelle :

« Cette phrase est devenue le premier choix des jeunes gens pour se moquer des générations nées entre 1946 et 1964, les baby-boomers, qui sont parfois déconnectés du monde actuel et peuvent avoir des opinions fermées. »

Boomer Trump VS écolo Greta

Autre exemple de cette incompréhension entre les générations sur le climat, un nouvel affrontement entre Donald Trump et Greta Thunberg a eu lieu hier au forum économique de Davos en Suisse.

Pendant ce forum, des actrices et acteurs économiques, politiques ou intellectuels sont invités à débattre du thème de l’environnement.

Greta Thunberg y rappelle la fracture des générations sur l’écologie dans un discours fort :

« Je me demande comment vous justifierez à vos enfants votre échec, et le fait que vous les laissez affronter un chaos climatique que vous avez sciemment provoqué.

Parce que cela semblait tellement mauvais pour l’économie que nous avons décidé d’abandonner l’idée d’assurer un avenir décent sans même avoir essayé ? »

Trump aussi a prononcé un discours, pendant lequel il lance des attaques à peine voilées contre Greta Thunberg.

Dans un montage vidéo, le HuffPost confronte les discours du Président des États-Unis et de la militante élue « personnalité de l’année » par le Time Magazine.

Je te laisse la découvrir :

Donald Trump sous-entend que Greta Thunberg est une « prophète de malheur ».

À côté de la plaque, le Président des États-Unis transforme le débat sur le climat en débat politique en accusant l’extrême-gauche de menacer les États-Unis et la liberté (rien que ça !) :

« Nous ne laisserons jamais l’extrême-gauche détruire notre économie et notre pays ou éradiquer notre liberté ! »

Des déclarations malvenues alors que Greta a toujours affirmé son souhait de se tenir au-dessus des querelles politiques et a toujours dénoncé l’inaction des politiciens de tous bords !

Elle le rappelle dans son discours :

« Nous nous fichons de vos histoires de partis. La droite, la gauche tout comme le centre ont tous échoué. »

Comment expliquer cette bataille de générations ?

Dans un article des Échos, la climatologue Valérie Masson-Delmotte explique les mécanismes sur lesquels repose cette fracture entre les générations.

D’un côté, il y a des adultes prisonniers de leur vision du monde et de la place que les êtres humains y occupent.

De l’autre, il y a des jeunes générations qui ont grandi avec l’idée du changement climatique et sont plus enclins à se remettre en question :

« On a […] un effet de fossé de génération spectaculaire.

Quand on est adulte et que l’on a grandi en se forgeant une certaine vision du monde, de la place de l’Homme dans le monde, c’est très difficile de changer sa vision du monde et ses valeurs.

Pour des plus jeunes générations qui intègrent le changement climatique dès le plus jeune âge, dans leur manière de voir le monde et notre place dans le monde, cela amène à une manière de penser différente. »

Cette résistance de la part des anciennes générations face aux nouvelles sur la question de l’urgence climatique me fait me poser des questions.

Une génération qui n’a pas fait assez pour lutter contre le réchauffement climatique peut-elle refuser d’écouter ses enfants à qui elle a légué une planète dans un triste état ?

Les anciens peuvent-ils refuser de travailler avec la jeunesse sur des solutions, alors même que c’est elle qui va devoir affronter les conséquences désastreuses du réchauffement climatique dans quelques années ?

Pour conclure, je te laisse sur ce meme qui m’a bien fait rire (jaune) et qui résume parfaitement la situation :

À lire aussi : L’origine d’« Ok boomer », la nouvelle expression des millennials

Faustine M

Faustine M


Tous ses articles

Commentaires

Kathelvellon

Ça me paraît un peu facile et exagéré d'opposer ainsi les générations, peut-être parce que je me sens visée (56 ans) alors que je me considère éco-responsable. C'est vrai que des gens plus âgés qui ont des habitudes bien ancrées auront plus de mal à les changer mais, au niveau des attaques anti-ados-écolos, il me semble qu'elles sont surtout le fait de gens qui ont acquis du pouvoir (financier, politique, médiatique, etc) en profitant du système capitaliste de consommation en place (et qui sont donc effectivement des boomers). Donc, une composante socio-politique qui ne se réduit pas à leur tranche d'âge. Il y a peut-être une différence statistique d'idées avec les générations, mail il ne faudrait pas généraliser trop vite : on pourrait trouver des contre-exemples avec des gens âgés qui se sentent concernés et militaient depuis longtemps pour l'écologie avant que ça devienne l'urgence actuelle, versus des jeunes qui n'ont comme but dans l'existence que d'acquérir du pouvoir ou de s'enrichir et consommer...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!