Live now
Live now
Masquer
The Idol // Source : HBO
Culture

Notre avis sur The Idol, un parangon d’ennui sauce sexisme

Moins d’un mois après sa sortie, The Idol a été écourtée, ne comptant finalement que cinq épisodes au lieu des six originellement prévus. Va-t-on pleurer cette décision ? Absolument pas, tant la série illustre une nouvelle fois le sexisme de son créateur, Sam Levinson.

Le seul avis qui compte sur The Idol est là

Cette semaine encore, Kalindi s’est sacrifiée pour vous. Inutile, donc, de vous infliger la série The Idol, avec Lily-Rose Depp et The Weeknd, un parangon d’ennui sauce sexisme ! En revanche, il est utile d’ingérer votre dose hebdomadaire du Seul avis qui compte !

Slutshaming, trauma porn, fétichisation des relations toxiques…

Les raisons étaient nombreuses de redouter le pire de la part du créateur d’Euphoria, connu pour sa manie d’exhiber les souffrances et les corps dénudés de ses jeunes actrices. Cette fois, c’est au tour du personnage incarné par Lily-Rose Depp d’être au centre de nos inquiétudes : dans The Idol, l’actrice de 23 ans joue Jocelyn, une pop star déchue victime d’une sévère dépression nerveuse. Alors qu’elle tente coûte que coûte de relancer sa carrière, la jeune femme tombe rapidement dans les griffes de Tedros (incarné par The Weeknd) un propriétaire de boîte de nuit au passé trouble…

On aurait aimé que, derrière son couple de superstars, The Idol se donne pour mission de dénoncer une industrie hollywoodienne minée par des rapports de pouvoir abusifs, des dynamiques sexistes. On aurait adoré découvrir une série qui prenne le temps de développer un personnage féminin complexe, tiraillé entre une santé mentale fragilisée par un environnement toxique, l’appropriation de sa propre sexualité et de grandes ambitions artistiques et professionnelles…

The Idol // Source : HBO
The Idol

Si ce programme faisait envie, la bande-annonce de la série nous indiquait déjà à quel point cela semblait utopique. Les premières images laissaient plutôt penser que The Idol est un concentré d’hypersexualisation de sa jeune actrice presque systématiquement dénudée, de stéréotypes sexistes et de fétichisation des relations toxiques.

Mais au regard des retombées critiques, tout porte à croire que Sam Levinson est pire que ce que l’on redoutait.

À lire aussi : Jeanne du Barry montre que les films problématiques sont surtout des films mauvais

« Un fantasme masculin sordide » : Sam Levinson n’a retenu aucune leçon d’Euphoria

Pour Variety, le constat est sans appel : flirtant avec le « porno softcore », The Idol préfère accumuler les clichés au lieu de faire de la quasi nudité de son personnage féminin une forme d’empowerment. Le média affirme que sous prétexte de dépasser la honte associée à la nudité de certaines pop stars féminines, Sam Levinson « va trop loin dans l’autre sens » et devient « pervers chaque fois que Jocelyn et Tedros sont ensemble ».

Même son de cloche chez Vanity Fair, qui qualifie Sam Levinson de « voyeur, qui lorgne résolument de jeunes actrices dans différents états d’excitation ou de désespoir ».

The Idol // Source : HBO
The Idol

Parfaitement à contre-sens d’une représentation progressiste, la série utiliserait la souffrance du personnage féminin comme un spectacle, au prétexte que cela « renforcerait leur caractère », selon Variety. Ce stéréotype éminemment sexiste, problématique et dépassé, le créateur de la série semble en faire la seule caractéristique de Jocelyn. « l ne devrait pas falloir de l’humiliation et de la souffrance pour rendre Jocelyne plus forte ».

Qualifiant de « honteux » le traitement du personnage féminin, Variety explique enfin que « la vision du monde de Levinson semble corrompue » , ce qui empêche l’éclosion de toute approche critique d’un couple toxique ou d’un star-système qui broie les individus, à commencer par les jeunes femmes. Finalement, The Idol serait un « fantasme masculin sordide », conclue le média.

Tout ça pour ça : The Idol n’est même pas transgressive

Si l’on réunissait toute la bonne volonté du monde, on pourrait essayer de se persuader que The Idol bouscule pour surprendre les spectateurs, les amener là où la plupart des séries ne les amènent pas. Malheureusement, à en croire les critiques, là aussi, la série de Sam Levinson échoue.

« On aurait aimé plus d’intrigue et moins de malaise » commence le Huffington Post dans une critique décortiquant les mécanismes d’une série qui incarne l’exemple parfait du « male gaze ».

Chez Vanity Fair aussi, on s’étonne de la tiédeur du show. Bien que la série « s’efforce de nous choquer et de nous émoustiller » , elle reste tristement « standard ». Tout laisse croire qu’à sa sortie sur Prime Video le 5 juin, on sera beaucoup plus face à une série commerciale calibrée pour faire polémique plutôt que face à une explosion de sensations, d’émotions dramatiques et esthétiques nouvelles, comme ont pu l’être les premiers épisodes d’Euphoria :

N’abordez pas les deux premiers épisodes avec l’idée que vous allez voir quelque chose de surprenant et de transgressif. Peut-être que ce genre de choses arrivera dans les épisodes suivants, mais jusqu’à présent, The Idol est bien trop Top 40 pour faire trembler la société.


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

2
Avatar de PousseMoussue
17 juin 2023 à 14h06
PousseMoussue
Est-ce bien étonnant sachant qu'Amy Seimetz, qui était metteuse en scène et coréalisatrice de la série s'est carrément faite pousser vers la sortie aux 3/4 du tournage parce que The Weeknd trouvait que sa vision apportait une perspective "trop féminine" à la série et que le personnage de Depp était trop en avant ?
5
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Culture

Captive
Culture

Netflix : 5 mini-séries tirées de faits réels littéralement addictives à regarder ce week-end

Source : @AsocialmntVotre sur X
Humeurs & Humours

Les trouvailles d’internet de la semaine du 13 mai

Source : Netflix
Culture

 Dans Bridgerton, Nicola Coughlan cloue le bec des grossophobes

Couverture des livres "Les Liens qui empêchent", "Révéler mes visages" et "Art Queer" // Source : Éditions B42 / Harper Collins / Double Ponctuation
Livres

Neuf livres LGBT+ pour s’éduquer sur les identités et luttes des personnes queers

Maxton Hall // Source : Prime Video
Culture

Cette série cartonne sur Prime Video et détronne Fallout

Source :  pixelshot
Daronne

Les 3 livres pour enfants les plus problématiques, d’après nos lectrices

1
image
Culture

Dominique Boutonnat : une affaire d’agression sexuelle glaçante ignorée par le gouvernement

2
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-16T102108.308
Culture

Exit le male gaze : Tomb Raider va être adaptée en série par Phoebe Waller-Bridge

Bridgerton. (L to R) Luke Newton as Colin Bridgerton, Nicola Coughlan as Penelope Featherington in episode 302 of Bridgerton. Cr. Liam Daniel/Netflix © 2023
Séries

Pourquoi la saison 3 de Bridgerton fait du bien à la représentation féminine dans les romances 

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-15T143917.275
Culture

Ce film culte aura droit à son spin-off en série sur prime video

1

La pop culture s'écrit au féminin