Live now
Live now
Masquer
Maïwenn Le Besco dans le film Jeanne de Barry qu'elle réalise aussi // Source : Capture d'écran YouTube
Cinéma

Jeanne du Barry montre que les films problématiques sont surtout des films mauvais

Il est courant d’entendre que les féministes seraient « la police de la bien-pensance » et souhaiteraient la censure de grandes œuvres au nom de principes moraux. En réalité, dénoncer les films problématiques permet de renouveler les récits et les représentations au cinéma et le rend, en fin de compte, meilleur. Pour vous, la critique de Jeanne du Barry, « le » film dont tout le monde parle.

Pour que ses lectrices n’aient pas à aller le voir si elles ne le souhaitent pas, Madmoizelle a vu Jeanne du Barry de Maïwenn, en se donnant pour mission d’être le plus objective possible – tout en ayant conscience à chaque instant d’être face à un film dont la réalisatrice se moque des féministes et des victimes de violence sexistes et sexuelles.

Malgré toute la bonne volonté déployée pour voir et analyser le long-métrage avec la même méthode et exigence que n’importe quel film, le constat est sans appel : le film de Maiwenn est médiocre. On vous explique pourquoi.

Un personnage censé être anticonformiste, mais un film incroyablement classique et fade

Avec Jeanne du Barry, l’ambition affichée par Maïwenn pourrait être résumée en deux phrases : choquer, sans jamais être subversif. Essayer de provoquer, et toujours tomber à côté de la plaque.

Sur le papier, le film tente de développer un personnage censé être profondément émancipé, qui brise les codes présentés comme futiles de la bienséance et des conventions au XVIIIᵉ siècle. Mais, dans les faits, le film consiste surtout en une succession de scènes qui n’apparaissent que comme des prétextes pour filmer Maïwenn. Maïwenn court et rit les cheveux lâchés parce que Maïwenn est fougueuse et libre. Maïwenn lit un livre parce qu’elle préfère la curiosité aux commérages malveillants de la cour… À tel point que l’on a plus souvent l’impression d’être devant une publicité de parfum que devant un film sur une femme questionnant les normes d’un milieu social et d’une époque.

Johnny Depp joue dans Jeanne du Barry, film de Maïwenn présenté en ouverture du Festival de Cannes.jpg // Source : Stéphanie Branchu / Le Pacte
Johnny Depp joue dans Jeanne du Barry, film de Maïwenn présenté en ouverture du Festival de Cannes / Source : Stéphanie Branchu / Le Pacte

Le problème de ce choix est aussi que tout le reste du film apparait comme un décor en papier mâché à l’importance négligeable. Le scénario est prévisible et transforme le fait de ne pas bâiller ou piquer du nez en un véritable défi. Les autres personnages – y compris le roi, dont on nous a tant rebattu les oreilles pour qu’on le trouve hypnotique et scandaleux – sont souvent relégués dans le hors-champ et peinent à exister. À ce titre, les pires personnages du film sont sans doute ses trois filles. Présentées comme laides, médisantes et stupides par rapport à une Jeanne du Barry censée être solaire, elles donnent l’impression que devant le film, on est moins devant un Marie-Antoinette de Sofia Coppola que devant un sous-Cendrillon et son lot de belles-sœurs vilaines.

Malgré tous les efforts de la production pour investir le château de Versailles comme lieu de tournage, de faire porter de très belles robes à Maïwenn et de ponctuer chaque séquence d’une musique baroque qui ne s’arrête jamais, impossible de croire à l’ensemble. On a toujours l’impression d’être face à une reconstitution de l’époque complètement désincarnée.

Le film échoue en voulant s’élever au rang des plus grands, Marie-Antoinette ou Barry Lyndon

Le manque d’intérêt pour l’époque représentée ou pour le scénario se double de la volonté affichée de s’élever au rang des plus grands cinéastes de films historiques. On pense, de nouveau, à Sofia Coppola avec Marie-Antoinette ou encore à Stanley Kubrick avec Barry Lyndon. Dans les deux cas, l’échec est aussi cuisant que la tentative de se présenter comme l’héritage de ces films est explicite.

Jeanne du Barry compte de nombreuses scènes qui semblent être éclairées à la bougie, pour reprendre le concept qui a fait du film de Kubrick le chef-d’œuvre que l’on connait. Malheureusement, le dispositif est un fiasco et l’on ne compte plus le nombre de scènes dans lesquelles on ne voit strictement rien. L’image est spectaculairement terne, grise, mal éclairée.

Johnny Depp et Maïwenn // Source : Why Not Productions
Johnny Depp et Maïwenn / Source : Why Not Productions

Choisir un acteur scandaleux pour s’ériger en réalisatrice subversive ne rend pas un film intéressant

À ce titre, le moment où Jeanne et le roi se rencontrent seule à seul pour la première fois est particulièrement lourd de sens. Alors que la séquence est l’une des plus lourdes d’enjeux au sein du film, qu’elle est censée marquer le moment où se noue une relation spéciale et complice entre eux, c’est à peine si l’on distingue le visage de Johnny Depp. L’acteur est cloué sur son fauteuil, baragouine des mots français qu’il semble avoir appris phonétiquement, tandis que, de nouveau, l’essentiel des plans se concentrent sur Jeanne, qui marche, détache ses cheveux, touche une statue avec sensualité.

La réalisation comme le jeu de l’actrice semblent finalement se désintéresser complètement de Johnny Depp ou de la relation entre Jeanne et Louis XV : ce qui compte, c’est que Maiwenn est en train de réaliser « un film et une performance qui marqueront l’histoire du cinéma ».

En définitive, Jeanne du Barry est si faible, sans éclat et désincarné que tout porte à croire que la réalisatrice a dû fouiller dans l’actualité polémique brûlante pour lui donner une identité.

Sans le « scandale » Depp/Heard, il est plus que probable que le film aurait été oublié au bout d’une semaine.

Comme Jeanne à la cour, Maïwenn cherche à faire scandale.

Or, il y a une différence entre un personnage qui bouscule une société bourgeoise du XVIIIᵉ siècle, et une réalisatrice qui crache au visage des victimes de violences sexistes et sexuelles en 2023.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

53
Avatar de guerredesmiroirs
24 mai 2023 à 18h35
guerredesmiroirs
La premiere chose que je me suis dit a la fin, c'est que c'etait un film de cul sans le cul. Un film Arlequin sans le Arlequin. Un film M6 de l'apres midi. Un film de "Regarde comme je suis pas comme les autres, vos usages de la cour sont ridicules huhu"
Contenu caché du spoiler.

Pour le jeune Louis
Contenu caché du spoiler.
3
Voir les 53 commentaires

Plus de contenus Cinéma

L'héroïne du film Atlantique de Mati Diop, Grand Prix du festival de Cannes 2019 // Source : Cinekap
Cinéma

3 chefs-d’œuvres du cinéma qui changent, dispo gratuitement en replay pour occuper votre week-end

Source : Marvel
Cinéma

Surcoté, Spider-Man : Across The Spider-Verse incarne ce que Marvel fait de pire au cinéma

1
Indiana Jones 5 // Source : Lucasfilm
Cinéma

Âgisme dans « Indiana Jones 5 » : Harrison Ford voulait que les cascadeurs le laissent être un vieil homme

12
Justine Triet conférence de presse // Source : https://www.youtube.com/watch?v=O7TzAD4gQLM
Cinéma

Pourquoi la Palme d’Or de Justine Triet est la meilleure nouvelle de ce Festival de Cannes

Thierry Frémaux // Source : Madmoizelle
Pop culture

5 fois où Thierry Frémaux, le directeur du Festival de Cannes, s’est vraiment moqué de nous

Dua Lipa // Source : Warner Bros
Pop culture

Dua Lipa, Nicki Minaj, Lizzo, Tame Impala, Ryan Gosling : on en parle, de la BO de Barbie ?

Jude Law et Alicia Vikander // Source : Courtesy
Cinéma

Jude Law portait un parfum à base de « sang, matières fécales et sueur » pour jouer Henri VIII sur le tournage de Firebrand

Halle Bailey en train de chanter « Part of your world » dans la bande-annonce de La Petite Sirène. // Source : Capture d'écran YouTube
Cinéma

La Petite Sirène, le film en live-action : tout savoir sur le film Disney événement

4
Femmes autochtones dans Killers of the flower moon // Source : apple tv
Cinéma

Killers of the Flower Moon : trauma porn ou dénonciation du racisme systémique ? Robert De Niro répond

noces funèbres // Source : warner bros
Cinéma

« Tim Burton, Le Labyrinthe », l’expo de 1000 m2 qui vous plonge dans l’univers de Tim Burton

3

La pop culture s'écrit au féminin