Live now
Live now
Masquer
Emma Stone Pauvres Créatures // Source : Disney
Culture

Pauvres Créatures montre que les films sont meilleurs quand ils racontent le génie des femmes

Pauvres Créatures est le meilleur film de Yórgos Lánthimos. Drôle, riche, vaste et malin, le film est à l’image de son personnage principale : Bella est la matière même de la mise en scène. Mais au-delà de cette femme singulière, Pauvres Créatures est nourri de de l’intelligence, la bonté, la sensibilité et l’intelligence féminines, aussi riches et vastes que le monde.

Simple comme Sylvain, Anatomie d’une Chute, et maintenant Pauvres Créatures. Du triangle amoureux, au mystère d’une mort irrésolue, en passant par la découverte du monde par une femme Frankenstein, ces films sortis ces derniers mois n’ont, à priori, absolument rien en commun.

Et pourtant. Tous témoignent d’un mouvement à l’œuvre dans le cinéma contemporain, qui, enfin, est le lieu de films de femmes. Il existe bel et bien un point commun tacite, mais majeur pour penser la façon dont le féminisme renouvelle et améliore le cinéma.

Dans Pauvres Créatures (comme dans les deux titres précédents), le cinéma de Yórgos Lánthimos puise sa matière même dans la curiosité, l’empathie, la bonté, l’humour, l’intelligence et la sensibilité infinies de son personnage principal féminin. Ces films ouvrent des territoires de cinéma regorgeant de nouvelles histoires, de nouvelles images, dans un art historiquement borné à raconter un monde d’hommes à partir de la perspective du male gaze.

Pauvres créatures, de quoi ça parle ?

Bella est une jeune femme ramenée à la vie par le Dr Godwin Baxter. Sous sa protection, elle a soif d’apprendre. Élevée entre quatre murs, sa main est promise au jeune et gentil assistant du docteur, Max McCandless.

Mais, avide de découvrir le monde dont elle ignore tout, elle s’enfuit avec Duncan Wedderburn, un avocat habile et débauché, et embarque pour une odyssée étourdissante à travers les continents.

Imperméable aux normes de genre et aux idées préconçues de son époque, Bella ne se laissera influencer par rien, sinon par son sens de l’écoute, de l’observation, son empathie et son intelligence.

Au-delà du trope de la « born sexy yesterday »

Quand le Dr Godwin Baxter montre Bella au jeune apprenti Max McCandless, les premiers mots de ce dernier en l’apercevant sont : « Elle est sublime. quelle jolie demeurée ». Au début du film, Bella a tout d’une grande enfant écervelée. Ses genoux cagneux l’empêchent de marcher droit, rigole en cassant des assiettes et découvre un plaisir inoui et inattendu quand elle touche sa vulve par hasard. Autrement dit, au début du film, Bella est une pure sensibilité, sans cerveau.

Poor Things Emma Stone et Willem Dafoe // Source : Disney
Poor Things Emma Stone et Willem Dafoe

Dès lors, en commençant le film, on avait une hantise : qu’il rejoue l’un des pires tropes sexiste, fétichisant du cinéma, la born sexy yesterday. Ce stéréotype renvoie à un personnage au corps de femme extrêmement désirable et dans les normes de beauté, mais dont le cerveau la rend comparable à celui d’un enfant. En d’autre terme, la born sexy yesterday est une déclinaison du cliché sexiste de la femme fatale, dans lequel la bêtise, la candeur et l’appétit sexuel enthousiaste a remplacé la dimension manipulatrice et diabolique.

Qu’elle soit un alien (Under The Skin), une femme ayant voyagé dans l’espace et le temps (Wonder Woman) ou une Frankenstein (c’est le cas de Bella), un simple tour de passe-passe scénaristique suffit comme prétexte pour reproduire les sempiternels dialogues ou scènes potaches, où cette femme sublime parle et agit de manière complètement décomplexée parce qu’elle découvre la sexualité et n’a aucune idée des normes et réalités sociales, comme la pudeur ou encore les violences sexuelles que font subir les hommes.

Seule la vastitude du monde est à la mesure de la curiosité de Bella

Alors qu’on aurait pu penser qu’il y plongerait tête baissée, le film ne se contente pas de déjouer le trope de la born sexy yesterday : il l’utilise de manière réflexive pour amener son Bella là où elle doit aller. « God », son créateur, a beau la maintenir loin des humains, la belle attire les vautours. Duncan Wedderburn, un homme absolument ravi de prendre en otage une femme-enfant pour en faire son objet sexuel, l’emporte avec lui en voyage à Lisbonne. Il était alors loin, très loin (et ne sera d’ailleurs jamais capable de le faire) d’imaginer combien la richesse intérieure de Bella allait contrecarrer tous ses plans.

Pauvres Créatures // Source : Disney
Pauvres Créatures // Source : Disney

En réalité, l’enjeu de la découverte de la sexualité par Bella est bien plus vaste que le guet-apens d’un mascu stupide, manipulateur et à la limite du pédocriminel. Ce n’est qu’une partie des découvertes sensibles, intellectuelles ou émotionnelles de Bella. Des plaisirs gustatifs à la musique, de la beauté visuelle à l’instruction contenue dans les livres en passant par l’amitié, les convictions politiques, la joie ou la dépression, son voyage n’est qu’un prétexte pour que ce qui est en elle puisse éclore.

Jusqu’ici, cette idée d’un voyage initiatique n’a rien de très révolutionnaire. Mais là où Pauvres Créatures ne ressemble à rien d’autre, c’est qu’il raconte l’intelligence, la noblesse, l’empathie et la bonté véritablement innées d’une femme dans un monde gangréné par l’avarice, la possessivité, la jalousie ou le cynisme des hommes.

En réalité, le personnage a beau apprendre en ne cessant d’observer et d’écouter les autres, elle n’est influencée que par elle-même. Personnage paradoxal et passionnant, Bella absorbe tout, mais n’est jamais influençable. Aucune de ses actes, ses choix ou ses paroles n’échappe au travail opéré par son instinct, son bon sens et son cœur.

Le film n’a rien d’essentialisant. Il ne dit jamais que ses qualités sont biologiques chez Bella. Au contraire : elles relèvent toujours du parti pris du personnage. tandis que les hommes, eux, sont rendus complètement insensibles, cyniques ou abrutis par leur violence, leur égoïsme, leur obsession de posséder et dominer.

Un bon-sens enfantin, pour mieux révéler l’absurdité de la masculinité

Toutes ces qualités, la plupart des hommes (à commencer par Duncan Wedderburn) n’y comprennent rien et sont incapables de les voir. Pire : ils y réagissent en allant complètement à contre-sens. Quand elle a du plaisir en couchant avec lui, il lui demande de « ne pas s’attacher », mais quand il réalise qu’elle ne s’émancipe pas qu’avec lui mais avec n’importe quel humain croisant sa route, il la prend en otage sur un bateau. Quand elle a des amies, une sexualité épanouie, son argent, des valeurs, de l’amour et des convictions, il hurle et se roule par terre en la traitant de putain.

Si Pauvre Créature est une pure matérialisation de female gaze, c’est que la curiosité insatiable de Bella contamine tout le film jusque dans sa mise en scène, sa forme et son montage. Le film ne regarde pas Bella comme un objet : elle est celle qui regarde. Le film se contente de se mouler sur ce regard.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les « pauvres créatures » du titre, ce n’est pas Bella, mais bien les hommes autour. Chez eux, l’intelligence et la bonté n’a jamais l’occasion d’éclore tant l’intérieur est gangréné par la masculinité.

Bella les rend tous chèvres parce qu’elle n’appartient à personne.


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

21
Avatar de KtyKoneko
22 janvier 2024 à 14h01
KtyKoneko
Contenu caché du spoiler.
2
Voir les 21 commentaires

Plus de contenus Culture

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-02-29T155309.265
Culture

Netflix en mars 2024 : 7 films et séries incontournables

Xavier Dolan // Source : Shayne Laverdiere
Cinéma

Président d’Un Certain Regard à Cannes, Xavier Dolan veut se dédier à la « quête de vérité des films »

Judith Godrèche // Source : capture d'écran
Culture

#MeToo cinéma : pour Vincent Lindon, les violences sexuelles ne doivent « plus être la seule préoccupation des femmes »

6
Source : Stéphanie Branchu / Arena Films
Culture

Affaire Jacques Doillon : « gênée », Rachida Dati dénonce le report de la sortie du film « CE2 »

4
Source : Wikimedia Commons
Société

Palestine : Hunter Schafer arrêtée pour avoir manifesté avec des Juifs antisionistes

2
Dune 2 // Source : Warner Bros
Culture

Bonne nouvelle, Dune 2 est tout ce que vous attendez de lui (critique sans spoilers)

Source : Capture écran Instagram
Société

« Abrège frère » : accusé de misogynie, le Tiktokeur se défend

4
Source : Wikimedia Commons
Société

#MeTooGarçons : André Techiné accusé d’agression sexuelle par l’acteur Francis Renaud

Jacques Doillon // Source : URL
Culture

La sortie de « CE2 » de Jacques Doillon reportée après les accusations de violences sexuelles

Universal Studios 1
Cinéma

MeToo : She Said, le film sur l’enquête qui a révélé l’affaire Weinstein, est sur Netflix

1

La pop culture s'écrit au féminin