Live now
Live now
Masquer
helena bonham carter
Cinéma

À la rescousse pour défendre J.K. Rowling et Johnny Depp, Helena Bonham Carter aurait pu s’abstenir

Dans le genre déception, celle-ci se pose là : l’actrice Helena Bonham Carter se fait l’avocate de Johnny Depp, accusant Amber Heard d’avoir voulu suivre la tendance #MeToo, et s’échine à trouver des excuses à J.K. Rowling.

On ne tombera pas de la commode en apprenant la nouvelle, mais quand même, cela nous a fait un peu drôle. Helena Bonham Carter, actrice britannique admirée et respectée pour sa filmographie impeccable, s’est exprimée sur les polémiques qui entourent J.K. Rowling, mais aussi Johnny Depp, qu’elle n’hésite pas à réhabiliter.

Dans le long entretien qu’elle a accordé à The Times, elle affirme que l’acteur a été mis hors de cause. « Je crois qu’il va bien maintenant. » Et alors que la journaliste lui demande si l’affaire Depp/Heard et son issue sont un signe d’un retour de bâton de #MeToo, c’est Amber Heard qui devient l’incarnation d’une dérive à ses yeux : « C’est le problème — les gens suivent le mouvement car c’est la tendance du moment et pour être la tête d’affiche. »

On n’a sûrement pas assisté au même procès, ni à ses conséquences sur la réputation et la carrière d’Amber Heard, qui loin d’avoir gagné quoi que ce soit depuis qu’elle a témoigné avoir été victime de violences conjugales, en a juste pris plein la tronche.

Dommage pour Helena Bonham Carter d’être aussi à côté de la plaque, alors que ses réflexions sur le fait de vieillir quand on est une actrice sont bien plus pertinentes que son analyse d’un procès où est impliqué le parrain de ses deux enfants, partenaire de jeu récurrent et égérie de son ex-mari Tim Burton.

helena bonham carter johnny depp
Warner Bros. France

Helena Bonham Carter défend J.K. Rowling

Concernant l’autrice à succès d’Harry Potter, qui s’est démarquée ces dernières années avec des sorties transphobes et un rapprochement du mouvement gender critical britannique, Helena Bonham Carter estime que l’écrivaine a été « traquée » et qu’elle ne fait que parler depuis sa propre expérience quand elle s’évertue à clamer son inquiétude de voir le mot femme disparaître ou que le transactivisme représente un danger (pour rappel, personne ne veut faire disparaître le mot femme, et les termes de « transactivisme » ou de « lobby trans » sont des concepts instaurés par les mouvements anti-trans).

Et puis c’est la faute à Twitter, bon sang ! Car oui, Helena Bonham Carter n’hésite pas à sortir la carte de la jalousie et de la cancel culture pour défendre l’autrice. « Si elle n’avait pas remporté un succès si phénoménal, les réactions ne seraient pas si importantes. Je crois qu’il y a surtout beaucoup de jalousie malheureusement et le besoin de descendre des gens qui motivent cette censure. Et aussi du schadenfreude [la joie malsaine d’assister au malheur d’autrui, ndlr] »

Un avis à l’opposé de celui des collègues avec qui elle a partagé l’affiche de la saga Harry Potter. Elle affirme ne pas les trouver ingrats, une critique adressée parfois à Daniel Radcliffe ou Emma Watson lorsqu’ils ont partagé leurs désaccords avec J.K.Rowling.

« Personnellement, je crois qu’ils devraient la laisser penser ce qu’elle pense, mais je pense qu’ils sont très au fait de la protection de leur propre fan base et de leur génération. C’est dur. Une chose à propos de la célébrité, c’est qu’il y a une étiquette qui vient avec ; je ne suis pas d’accord avec le fait de parler d’autres personnes célèbres. »

Un truc de génération, la lutte contre la transphobie et pour le respect de chacun, quelle que soit son identité de genre ? On aurait aimé voir Helena Bonham Carter un peu plus inspirée, plutôt que de sous-entendre que le soutien de plusieurs acteurs et actrices à l’égard de la communauté trans est purement intéressé.

À lire aussi : Pour ne plus être associé à J.K. Rowling, le Quidditch change de nom

Crédit photo : Koch Media

Les Commentaires
18

Avatar de Asphodel.
8 décembre 2022 à 09h22
Asphodel.
Je ne défends pas JKR, mais je ne vais pas répéter ce que d'autres personnes ont déjà dit très justement dans les commentaires. Ce que je ne comprends pas en revanche, c'est pourquoi bon nombre de médias (y compris Madmoizelle) se sont empressés de taper sur HBC immédiatement après son interview quand ils n'ont jamais parlé de certaines de ses co-stars masculines qui ont, comme elle, manifesté publiquement leur soutien à l'auteure... J'ai farfouillé et on ne trouve rien à leur sujet. Alors soit on blacklist tout le monde (je ne suis déjà pas forcément pour en soi, mais c'est un autre débat), soit personne, mais étrangement, c'est 2 poids 2 mesures.
9
Voir les 18 commentaires

Plus de contenus Cinéma

jessica chastain iran
Pop culture

Pour Jessica Chastain, les médias US taisent la révolte iranienne car elle est menée par des femmes

Maya Boukella

06 fév 2023

1
titanic fin 2
Pop culture

Dans Titanic, « un seul pouvait survivre » : James Cameron le prouve avec une étude scientifique

Maya Boukella

05 fév 2023

9
aftersun 1
Pop culture

Charlotte Wells : « avec Aftersun, je voulais dépeindre la dépression de manière authentique, désordonnée, compliquée »

Maya Boukella

04 fév 2023

films famille
Cinéma

4 films à regarder en famille

Maya Boukella

03 fév 2023

1
PR_V
Pop culture

Un petit frère : rencontre avec Léonor Serraille, la réalisatrice qui filme ceux qu’on ne voit jamais au cinéma

Maya Boukella

01 fév 2023

disney +
Pop culture

Les 8 meilleurs films à voir sur Disney+

Maya Boukella

29 jan 2023

jared-leto-et-la-methode
Cinéma

Le « Method Acting » des comédiens n’excuse pas le fait d’être un gros con, et ça commence à se savoir

Kalindi Ramphul

28 jan 2023

21
aftersun
Pop culture

Une bande-annonce magnifique et intrigante pour Aftersun de Charlotte Wells avec Paul Mescal

Maya Boukella

27 jan 2023

1
the whale
Cinéma

The Whale : Darren Aronofsky répond que les accusations de grossophobie n’ont « aucun sens »

Maya Boukella

26 jan 2023

14
everything leonine
Cinéma

Aux Oscars, aucune femme nominée dans la catégorie meilleure réalisation

Maya Boukella

25 jan 2023

10

La pop culture s'écrit au féminin