Live now
Live now
Masquer
Vous êtes plutôt girl boss, féminin sacré, ou that girl ? Comment ces archétypes nourrissent le sexisme
Culture Web

Vous êtes plutôt girl boss, féminin sacré, ou that girl ? Comment ces archétypes nourrissent la misogynie

La créatrice de contenus sur les réseaux sociaux Sabine alias @lasabz se démarque en se spécialisant sur le décryptage des arnaques autour du développement personnel et de la spiritualité. Sa dernière vidéo YouTube démonte 4 archétypes féminins en vogue qui véhiculent en réalité une même vision misogyne.

Article initialement publié le 9 novembre 2022

Sur les réseaux sociaux numériques, nombreuses sont les féministes à vulgariser des connaissances en matière de sexisme (on appelle ce genre les « vidéo essays »). Outre Clara Dfx (anciennement connue sous le pseudo de Clarinette) ou Amocide, Sabine se développe sur TikTok et YouTube en se spécialisant dans la lutte contre le « bullshit développement personnel et spiritualité ».

Dans une vidéo publiée le 25 octobre 2022 sur la plateforme du groupe Alphabet, @lasabz_ analyse la façon dont le « Girl Power » feint de se réinventer au service du féminisme sur les réseaux sociaux, mais nourrit en fait bien trop souvent le sexisme.

Comment le Girl Power alimente le sexisme ?

Dans une vidéo YouTube publié le 25 octobre 2022, la créatrice de contenu décrypte la façon dont la revendication du Girl Power s’articule autour de 4 archétypes sur les réseaux sociaux :

  1. la bien connue girl boss et son féminisme libéral,
  2. celle plus bohème qui se réclame du féminin sacré,
  3. celle qui aspire à une perfection lisse (pour être « that girl », c’est-à-dire cette femme parfaite, qui se lève à l’aube pour enchaîner yoga, matcha, écriture de journal intime, et course à la productivité)
  4. la femme alpha (qui clame être dans sa #DarkFeminineEra : l’ère de la féminité sombre).
4 archétypes féminins, une même misogynie véhiculée
De gauche à droite : That girl, la girl boss, celle qui cultive le féminin sacré, et la femme alpha. © Capture d’écran YouTube.

4 archétypes féminins en vogue sur les réseaux, 1 même misogynie véhiculée

Sabine alias @lasabz démontre dans sa vidéo comment ces 4 archétypes qui prétendent défendre une forme de pouvoir féminin verse en fait bien trop souvent dans l’essentialisation sexiste et la misogynie intériorisée.

Loin de condamner de manière monolithique ce type de contenu qui peut faire du bien à regarder pour certaines personnes, elle rappelle qu’il serait virtuellement impossible d’éviter complètement ce genre de contenus sur les réseaux.

Plutôt que de culpabiliser, on pourrait donc les apprécier en gardant un regard critique, d’une part. D’autre part, pour entretenir ce recul, Sabine alias @lasabz recommande également de diversifier le type de contenus que l’on consomme, en plus de continuer à s’interroger sur les représentations qu’ils véhiculent, explicitement ou non.

3 questions à Sabine, alias @lasabz_

Madmoizelle. Comment vous présentez-vous ?

Sabine. J’ai 28 ans et je suis professeure de yoga. J’ai d’abord fait une école de commerce (ESCP Business School avant de travailler en start-up. L’an dernier, j’ai tout quitté pour me lancer dans le yoga. C’est en faisant cette reconversion que j’ai commencé à me poser des questions sur le milieu dans lequel j’entrais et sur les discours développement personnel et spirituel qui se multiplient sur les réseaux. J’ai d’abord tenu un compte TikTok sur ce sujet et maintenant, je propose aussi des formats plus longs sur YouTube.

Pourquoi vous êtes-vous spécialisée dans le décryptage du développement personnel et de la spiritualité ?

Je veux parler de ces sujets parce qu’ils ont un pouvoir d’attraction puissant et qu’il est important de les contrebalancer. Je me suis rendue compte qu’à partir du moment où l’on parlait de bien-être et de spiritualité, que ce soit sur les réseaux ou IRL, on avait vite tendance à perdre notre esprit critique. Personnellement, je me suis surprise à croire sur parole plein de préceptes de yoga alors que je garde une conscience politique très forte dans d’autres domaines. Le but de mes contenus, c’est de comprendre pourquoi ces discours ont un tel effet sur nous et quelles sont les idées politiques qu’ils propagent.

En quoi les arnaques autour du développement personnel et de la spiritualité constituent des enjeux féministes, selon vous ?

Les arnaques du dev perso et de la spiritualité new age ne concernent pas que les femmes parce que les dérives prennent beaucoup de formes différentes. En revanche, ce que je remarque, c’est que sur les réseaux, les discours dev perso/spirituels sont très genrés : hommes et femmes ne sont pas exposés aux mêmes contenus. Pour les femmes, les contenus dev perso ont beau avoir l’air variés, on retombe vite dans les injonctions classiques : injonctions à la beauté, à l’hétérosexualité, etc. Donc dans une certaine mesure, effectivement, déconstruire le dev perso, c’est parler de féminisme. Mais dans mes prochaines vidéos, j’espère pouvoir parler aussi d’appropriation culturelle dans ces discours-là, de capitalisme, de validisme… Ce sont des discours à la croisée de beaucoup de combats.

À lire aussi : Pourquoi l’esthétique Tumblr revient-elle en force en 2022 ?

Crédit photo de Une : Capture d’écran YouTube.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

14
Avatar de Griffith
27 février 2023 à 17h02
Griffith
J'ai trouvé la vidéo de Sabine très intéressante, et j'ai beaucoup aimé aussi celle où elle parle du travail (ne vous fiez pas à son titre). Du coup je me suis abonnée à sa chaîne. Merci pour la découverte @Anthony Vincent
5
Voir les 14 commentaires

Plus de contenus Culture Web

Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

14
Source : Capture écran Instagram
Culture Web

« Abrège frère » : des Tiktokeuses dénoncent cette tendance aux relents misogynes

12
Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

So baby girl
Culture

C’est quoi un mec « so baby girl » ? On vous explique pourquoi Jacob Elordi a attendri tout Internet

6
Copie de [Image de une] Verticale (1)
Culture

De la fiction Young Adult en bande dessinée : c’est le pari du nouveau label Combo

Photographie de Michelle Perrot, historienne, militante féministe et autrice de "Le Temps des féminismes". // Source : © JF ROBERT
Féminisme

Quand la grande historienne Michelle Perrot raconte comment elle est devenue féministe

Lea-Elui
Culture Web

Google n’est plus le site le plus consulté au monde. C’est… TikTok !

Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-11-27T151311.742
Culture

La ministre de la Culture veut que l’Arcom régule Frenchie Shore, mais c’est impossible

Pépites_films_Noël_VPN // Source : olga-korolenko-jeR1c6Ok9zI-unsplash
Cinéma

En manque de films de Noël ? Voici trois pépites que vous n’avez probablement jamais vues !

La pop culture s'écrit au féminin