Live now
Live now
Masquer
undercover-serie-canneseries-2018
Culture

Undercover, la série drôle et percutante sur le trafic d’ecstasy, bientôt sur Netflix

Undercover, en compétition officielle de CanneSeries, suit les péripéties de deux flics sous-couverture. Leur mission ? Faire tomber un baron de la drogue, coûte que coûte. Kalindi te conseille cette série belge, qui mêle drame et humour avec brio.

Hier soir, la salle du Palais des festivals était pleine à craquer.

Très attendues, les deux séries projetées avaient attiré une foule conséquente de curieux, comme de professionnels.

Après Miguel, série israélienne ovationnée par le public, c’est Undercover qui s’est lancée dans la compétition, répandant sur la toile du palais toute sa complexité.

Undercover, de quoi ça parle ?

undercover

Complexe, cette série belge l’est d’abord parce qu’elle choisit d’adopter plusieurs tons. Oscillant en permanence entre drame et humour, elle sait adopter l’un ou l’autre au moment opportun.

Chaque situation dramatique est désamorcée par une réplique bourrée d’esprit ou un plan significatif, et inversement.

Undercover doit aussi son efficacité à un montage net et précis. Ça coupe au bon moment, ça laisse trainer quand il faut. Impeccable !

Prise dans l’intrigue dès le début, j’ai ri et tremblé avec les personnages.

  • Alors, de quoi ça parle, Undercover ?

« Limbourg, c’est la Colombie de la Belgique. »

Voilà l’une des phrases qui ouvre cet épisode pilote.

Gangrenée par la drogue et les règlements de compte, Limbourg, à la frontière de la Belgique et de l’Allemagne, est une plaque tournante de la drogue et particulièrement de l’ecstasy.

Ferry Bouman, l’un des plus gros producteurs au monde y mène une vie plus ou moins paisible. Il partage son temps entre son chalet au camping du coin, avec ses potos un peu dégénérés, et son énorme baraque.

Les choses vont pour lui empirer lorsqu’un jeune couple s’installe dans la caravane voisine, à quelques mètres seulement de son chalet.

Bien sûr, le couple est en fait composé de deux agents sous couverture.

Ils ne se connaissent pas, ne se sont jamais vus et vont devoir cohabiter plusieurs mois sous le même toit pourri, pour démanteler le réseau et faire tomber Bouman…

Undercover, un coup de cœur absolu

(Ceci est une personne sous ecstasy. Ne le faites pas chez vous)

La série belge créée par Nico Moolenaar s’ouvre sur une rapide explication du problème massif de drogues à Limbourg.

Puis rapidement, on suit deux Chinois, enfermés dans un laboratoire à la Breaking Bad

 en train de cuisiner leur ecstasy.

Ils ont une chaine aux pieds, ce qui les oblige à se déplacer continuellement ensemble.

Mais bon, l’un pète un câble et bute son collègue, puis lui scie le pied, pour libérer sa jambe à lui.

Alors oui, c’est glauque, absurde et dramatique.

Mais l’intelligence d’Undercover réside dans des petits mécanismes, qui désenclenchent l’horreur par une note d’humour, de sarcasme.

Ainsi, on ne voit pas l’un couper le pied de l’autre.

À la place, on a droit à un plan fixe sur l’extérieur, avec un bruit de scie en fond (ça a l’air affreux mais attends de voir les images, c’est en fait plutôt drôle).

Rien n’est montré, tout est suggéré. Et ça amplifie la dimension comiquo-dramatique de la série.

Tout est globalement très malin dans Undercover, des dialogues aux situations en passant pars les acteurs extrêmement bien castés.

Bref, j’ai hâte de voir le reste.

Je te conseille mille fois de laisser une chance à Undercover, même si son sujet ne t’intéresse pas. Tu y trouveras une intelligence de narration qui fait plaisir à voir.

Aucune date de sortie n’a pour l’instant été annoncée, car la série est encore en post-production.

Il va donc falloir encore un peu ronger notre frein avant de la découvrir sur Netflix.

À lire aussi : Miguel, une réflexion sur l’adoption et ses enjeux


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9

La pop culture s'écrit au féminin