Live now
Live now
Masquer
Source : Pixabay
Daronne

Julie, mère solo et nomade : « être nomade n’a pas augmenté ma charge mentale, la vie est juste moins linéaire »

Julie Del Papa, mère solo, s’est lancée dans une nouvelle aventure avec sa fille Elena, âgée de sept ans. Depuis cinq mois, elles sont nomades. Un choix de vie qui permet à cette mère de dispenser l’école à la maison, alors que sa fille souffre de phobie scolaire.

Yeux bleus et cheveux longs teintés de reflets roux, Julie Del Papa raconte avec douceur sa nouvelle vie de nomade. “On a fait un mois à Avignon, six semaines à Agde, un passage dans la Drôme pour voir la famille, avant cinq semaines à Strasbourg, puis Nancy et bientôt la Normandie, Rennes et Saint-Brieuc”, liste la mère de famille de 31 ans. “J’ai plein de copines partout maintenant”, ajoute sa fille Elena, sept ans. Selon sa mère, elle n’a jamais été plus sociale que depuis cette vie de route. Ou plutôt de train, Julie n’ayant pas le permis. 

La trentenaire s’étonne de l’épanouissement qu’elle a trouvé dans cette nouvelle expérience. “Nous l’avons fait pour Elena, mais j’y trouve mon compte”, considère-t-elle, envisageant un an de vie nomade avant de retrouver un pied fixe. Ce projet, Julie le n’avait pas anticipé, ni imaginé. “Au départ, je voulais déménager, mais une copine m’a lancé l’idée d’être nomade. Nous pouvions aller n’importe où, car Elena est scolarisée à la maison, explique-t-elle. On lui a diagnostiqué une phobie scolaire il y a près d’un an, elle était en grande section.”

À lire aussi : J’ai 16 ans, et je ne vais toujours pas à l’école — Ayla nous donne de ses nouvelles

Le covid, une perte de repères 

Julie reconnaît s’être demandé si ce n’était pas un “caprice” de sa fille. Tout a commencé lors du retour à l’école, après les semaines de confinement lié à la crise sanitaire. “Elle a développé de l’hypersensibilité, elle ne supportait plus aucun frottement sur son corps. L’habiller était une torture”, se rappelle-t-elle. À quoi s’ajoutent des crises d’angoisse, de tristesse et de colère. “Elle lâchait prise en rentrant à la maison, et finissait en pleurs”. Elena s’en souvient très bien : “je ne voulais pas aller à l’école même si la maîtresse était gentille”. C’est d’ailleurs cet environnement scolaire bienveillant qui écarte dans la tête de Julie l’idée d’une phobie scolaire. “Et je ne savais même pas qu’on pouvait en développer à cet âge”, assume-t-elle.

Après des semaines de souffrance, le diagnostic est posé par la psychologue que consulte Elena. Selon la professionnelle de santé, l’enfant a perdu ses repères à cause du Covid-19. Masques et consignes sanitaires ont impacté les plus jeunes, et ce, partout en France et dans toutes les catégories sociales. “Comme il y avait plus de négatif que de positif à emmener Elena à l’école, j’ai décidé de la déscolariser au cours de sa grande section”, raconte Julie, aujourd’hui convaincue d’avoir fait le bon choix. 

L’école à la maison, c’est partout 

L’instruction à la maison, ou instruction en famille (IEF), s’impose alors à la mère de famille, qui endosse le rôle de maîtresse. Une possibilité pour Julie, alors au chômage, ayant manqué de peu l’examen pour devenir professeur de danse. “Ça ne me dérange pas, car j’ai toujours aimé transmettre et partager” appuie la maman. Au moins une fois par an, un inspecteur de l’Éducation nationale viendra contrôler le niveau de sa fille. Comme tous les élèves français, Elena doit suivre le programme scolaire et acquérir les connaissances et compétences requises selon son âge. Au quotidien, c’est ensuite à Julie d’organiser les moments d’étude. Aucun cadre ne lui est davantage imposé.

À lire aussi : Pourquoi ces parents se battent pour défendre l’instruction en famille

Julie porte seule cette partie éducative, comme l’ensemble de ce qui incombe à Elena. C’est seule qu’elle a élevé sa fille, assurant la sécurité financière de son foyer grâce à des petits boulots. “Être nomade n’a pas augmenté ma charge mentale. La vie est juste moins linéaire, il faut beaucoup plus anticiper.” 

Vivre de ville en ville implique de ne pas avoir de chez-soi, rempli d’affaires personnelles et de son empreinte. “C’est minimaliste, on prend des locations Airbnb ou on est hébergé quelques jours chez des amis« , détaille Julie. « Elena a une valise cabine avec ses jouets, nous avons une grosse valise de vêtements et un sac à dos avec les manuels scolaires et les trucs personnels.” La trentaine apprécie fortement cette légèreté fortuite. Quant à sa vie de femme, elle n’exprime aucun regret à la voir confondue avec celle de mère. “Ma vie sociale ne se fait pas sans Elena, mais c’est un choix. Ce n’est pas un poids dont je me délaisse pour voir mes amis”, affirme-t-elle, comblée. La fillette, elle, profite de cette vie de vagabondage pour se faire des copines partout en France. “Elle a joué des heures avec la fille de propriétaires qui nous louaient un studio avoisinant leur maison”, sourit Julie. 

La phobie scolaire d’Elena a permis à mère et fille, contre toute attente, de vivre cette parenthèse instructive. “On visite les villes, on apprend l’histoire de nos régions et on découvre les plats traditionnels. On n’aurait pas mangé de tartes flambées à Montpellier !”, sourit Julie. La famille qu’elle forme avec sa fille a trouvé son équilibre, que la mère solo souhaite désormais enrichir en créant sa microentreprise de communication. 

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

13
Avatar de Lol'o
4 avril 2024 à 01h04
Lol'o
Merci @Julie Del Papa, ton témoignage est vraiment intéressant. j'avais le rêve d'une vie nomade avec mes enfants, mais ils n'ont jamais voulu, et maintenant qu'ils sont autonomes, j'ai pris la route, mais eux sont restés plantés au même endroit, je peux dire qu'ils n'apprécient pas vraiment mon choix, tant pis pour eux.
Ma fille aînée a aussi choisi l'école en famille après le confinement pour sa fille, et c'est un autre (petit) regret pour moi de n'avoir pas eu le courage de faire, moi-même, ce choix pour mes enfants.
En tout cas bravo, je vais m'empresser d'aller vous rencontrer sur ton blog, histoire de voir, plusieurs mois plus tard, comment vous évoluez.
1
Voir les 13 commentaires

Plus de contenus Daronne

Pourquoi on adore la série Ginny & Georgia
Daronne

Chronique d’une daronne : comment parler de sexe avec nos enfants sans se sentir con ?

https://www.madmoizelle.com/vous-venez-de-vivre-une-rupture-voici-trois-conseils-pour-vous-aider-a-rebondir-1566563
Daronne

Parents d’ados : voici les 3 principaux motifs qui vous poussent à consulter un psychologue

Source : Drbouz de Getty Images Signature
Food

La recette hypra facile des abricots rôtis aux amandes et au miel

1
mere-fille-discussion
Daronne

Êtes-vous un « pushy » parent qui s’ignore ?

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en juin 2024
Daronne

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en juin 2024

Source : nomadsoulphotos
Daronne

Le nom du repreneur de La Grande Recré a été dévoilé

Source : @most / Instagram
Couple

La vidéo de ces deux femmes âgées qui se marient (enfin) est tout ce que vous devez voir aujourd’hui

Source : dragana991
Chère Daronne

Je rêve que je trompe mon mec, ça veut dire quoi ? Help !

5
Source : Skitterphoto de pixabay
Daronne

Ces 3 souvenirs qui marqueront l’enfance de mes enfants (je l’espère)

Source :  SB Arts Media / Getty Images
Daronne

Votre enfant dort mal la nuit ? Vous n’êtes pas seule, rappelle ce sondage

Pour les meufs qui gèrent