« Je ne suis pas un homme facile » inverse le sexisme et c’est #DispoSurNetflix !

Les femmes dominent et les hommes ploient dans Je ne suis pas un homme facile, un film qui redistribue les cartes pour créer un monde matriarcal.

« Je ne suis pas un homme facile » inverse le sexisme et c’est #DispoSurNetflix !

Vous vous souvenez de Majorité opprimée ?

Ce court-métrage inversait les rôles et présentait en quelques minutes un monde dans lequel les hommes étaient traités comme les femmes… et inversement.

Le héros était donc victime de harcèlement de rue, de sexisme, de violences, dans une société où ce rapport de forces inversé est la norme.

Le court-métrage a connu un grand succès et avoisine, à l’heure où je tape ces lignes, les 2 millions de vues. C’est amplement mérité !

Sa réalisatrice, Eléonore Pourriat, ne s’est pas arrêtée en si bon chemin.

Majorité opprimée devient un long-métrage !

Eh oui, court-métrage est devenu long !

Majorité opprimée est devenu un film, un grand, avec Vincent Elbaz, Blanche Gardin, mais aussi Pierre Bénézit qui jouait le héros du court-métrage, et Céline Menneville qui incarne à présent son épouse.

Ça s’appelle Je ne suis pas un homme facile, et cerise sur le gâteau, c’est le premier film français estampillé Netflix Original !

Je ne suis pas un homme facile, le film qui inverse le sexisme

Damien est un homme, un vrai. Un connard, même, si je puis me permettre.

Il drague à foison, siffle les meufs dans la rue, invente mille et un mensonges pour éconduire les femmes qu’il a déjà mises dans son lit…

On le dit « séducteur », mais c’est plutôt un salaud, en fait.

Et un jour, Damien se cogne la tête. Il se réveille dans un monde inquiétant.

Un monde où il vit près du cimetière de la Mère Lachaise, où ses dessous inconfortables lui compriment les testicules, où les femmes le harcèlent, le méprisent, le prennent de haut, le violentent.

Damien s’est éveillé dans un monde où les femmes ont le dessus — de façon plus ou moins insidieuse…

Je ne suis pas un homme facile, une vraie réussite

J’ai eu la chance de voir en avant-première Je ne suis pas un homme facile.

J’avais un peu d’appréhension : il est si facile de se planter avec un thème pareil, de tomber dans le cliché, le surjeu, la caricature. Même si Majorité opprimée était top, changer 10 min en 90 min, ça peut être risqué !

J’ai été bluffée. Je n’ai pas d’autre mot.

Je ne suis pas un homme facile est irréprochable, tant il témoigne d’une vraie connaissance du sujet de la part d’Eléonore Pourriat, qui a adapté jusqu’aux détails les plus subtils pour inverser le sexisme.

Je ne suis pas un homme facile est le film idéal à montrer à celles et ceux qui ne croient pas aux inégalités hommes-femmes. Car lorsqu’on voit un homme traité comme une femme l’est de nos jours, ça ne donne qu’une envie : s’indigner.

Comme les masculistes du film, tiens, qui s’affublent de faux seins pour aller protester contre l’hégémonie féminine…

Je ne vous en dis pas plus : Je ne suis pas un homme facile sort ce 13 avril sur Netflix, ne le ratez pas !

À lire aussi : Comment réagir aux remarques sexistes ? — PETITIPS

Mymy

Mymy

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle et gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

chaCcha

Je viens de voir ce film, je m'attendais à un gros navet et pourtant j'en suis sortie chamboulée.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!