Un « Instagram Kids » spécial moins de 13 ans, enfer numérique ou mal nécessaire ?


L'info vient de fuiter : Instagram prévoit de développer une version de son application pour les enfants de moins de 13 ans. Une nouvelle qui pose beaucoup de questions.

Deux enfants avec des smartphonesMc Kaela Taylor / Unsplash

Instagram, jusqu’ici réservé aux plus de 13 ans, veut étendre sa cible, en développant une version de son appli pour les enfants. C’est l’une des infos partagées aux équipes du réseau mi-mars dans un message interne que le site américain d’informations BuzzFeedNews a pu consulter.

Les enfants et ados, nouvelle priorité d’Instagram

Vishal Shah, vice-président chez Instagram en charge des fonctionnalités du produit,  y déclare ainsi :

« Je suis très heureux de vous annoncer que la jeunesse va devenir une priorité pour Instagram ».

Plus loin dans le texte, il détaille les deux priorités pour les futurs développements de l’application :

« 1) Accélérer notre travail sur l’éthique et la confidentialité des données pour assurer l’expérience la plus sûre possible aux adolescents et adolescentes.

2) Développer une version de l’application qui permet aux enfants de moins de 13 ans d’utiliser Instagram pour la première fois en toute sécurité. »

Cette annonce ne sort pas de nulle part : Instagram est régulièrement critiqué pour les risques encourus par les mineurs sur la plateforme, notamment en termes de cyberharcèlement, mais aussi de pédocriminalité.

Après plusieurs articles et enquêtes sur le sujet parus dans la presse américaine, le groupe avait déjà fait un post de blog pour dire qu’il se penchait très sérieusement sur le sujet et annoncer de nouvelles mesures pour protéger les plus jeunes. Ce qui aurait certainement dû être fait il y a bieeeeeen longtemps…

Une application Instagram pour les enfants : bonne nouvelle ou pas ?

Le deuxième projet du réseau, à savoir créer une version de l’application pour les enfants, n’est pas non plus ultra surprenant. Confrontée à la concurrence de TikTok et Snapchat chez les adolescents, la maison-mère d’Instagram, qui n’est autre que Facebook, cherche logiquement à renforcer son emprise sur les plus jeunes utilisateurs et utilisatrices.

Pour Instagram, recruter des moins de 13 ans sur sa version enfants est un moyen de s’assurer qu’ils continueront à utiliser Instagram « pour les grands » ensuite, puisqu’ils auront pris le réflexe de l’utiliser (ou carrément développé une forme d’addiction… tout est question de point de vue).

Côté business, on comprend donc très bien la stratégie d’Instagram de développer une appli pour les enfants ; côté parents, en revanche, on peut redouter de voir des gamins de plus en plus jeunes passer des heures sur Insta !

Instagram pour les enfants : un espace sûr avec un contrôle parental ?

Ceci étant dit, les enfants qui ont un smartphone et accès à Internet (que ça soit en 4G ou en Wifi) n’ont pas forcément attendu l’autorisation de leurs parents pour se créer un compte sur Instagram, et la limite d’âge de 13 ans reste très théorique… Qui n’a jamais menti sur un site Web à la question : avez-vous 18 ans ?

Dans ces conditions, créer un espace pour les enfants qui soit plus sécurisé et avec un contrôle parental n’est peut-être pas une si mauvaise idée. Un porte-parole d’Instagram a d’ailleurs affirmé au Guardian qu’il s’agissait de répondre à un besoin exprimé par les enfants de leurs utilisateurs :

« De plus en plus, les enfants demandent à leurs parents s’ils peuvent rejoindre des applis qui les aident à suivre leurs amis. »

Et c’est vrai qu’avec la pandémie, les confinements et les fermetures des établissements scolaires, on comprend que les enfants et adolescents aient besoin d’espaces numériques pour se retrouver et faire des Goûters Zoom (la version Apéro Zoom des mineurs).

Reste à savoir maintenant à quoi ressemblera l’application Instagram pour les plus jeunes et comment leur sécurité sera vraiment assurée sur la plateforme.

Après Messenger Kids, Instagram Kids ?

Peut-être que la dernière application de Facebook pour les enfants, Messenger Kids, pourrait nous donner quelques indices.

Dans le cas de cette messagerie, qui existe depuis 2017 aux États-Unis, mais n’est pas dispo en France, les parents doivent valider à chaque fois les conversations de leurs enfants avec un nouveau contact. Ils peuvent ensuite suivre la liste des contacts approuvés, et ceux qui sont effectivement en ligne.

Cela n’a pas empêché une faille de sécurité d’être révélée par le site américain The Verge en 2019 : un bug avait permis à des milliers d’enfants de rejoindre des groupes de discussion avec des utilisateurs non autorisés…

Espérons donc qu’Instagram Kids saura mieux préserver ses (très) jeunes utilisateurs et utilisatrices.

À lire aussi : Les « baby groupies » : quand les relations entre stars et fans mineures étaient glamourisées

Clémence Boyer

Clémence Boyer


Tous ses articles

Commentaires

AnnaKN

Toutes celles qui fréquentent de près ou de loin les actrices et acteurs de l'éducation nationale savent à quel point les réseaux sociaux pour les jeunes sont une plaie. Je ne suis pas prof, mais j'en rencontre souvent et franchement la plupart des affaires disciplinaires semblent avoir un lien, de près ou de loin, avec les réseaux sociaux.

Non seulement, on abreuve les jeunes d'informations qu'ils n'ont pas les moyens intellectuels (encore) de décrypter mais, en plus, c'est un vrai nid à disputes, embrouilles...... à harcèlement, à violences....

Les réseaux sociaux, c'est aussi le règne de l'image et de l'instantané. Pas sûre que ce soit la meilleure chose pour des personnes encore peu armées pour gérer le monde qui les entoure.

Quand j'étais jeune, j'avais accès à internet. J'adorais aller sur des FORUMS (genre Twwo) Harry Potter. J'ai maturé en discutant avec des gens plus vieux que moi, des gens d'horizons différents qui étaient très protecteurs. Un forum, ca reste relativement anonyme et on peut prendre le temps de construire sa pensée. En plus, l'âge des participants était clairement affiché et les modérateurs veillaient vraiment sur les plus jeunes. On jouait au loup garou sur des topics, on analysait l'œuvre sur d'autres....c'était génial.

Je suis désolée, mais que ce soit Instagram ou Twitter, il n'y a pas vraiment moyen, je trouve, de prendre le temps de dialoguer, de développer sa pensée dans un certain anonymat. Et la modération...Breeeef....
Insta, c'est de l'affichage (et les photos publiées sur le net peuvent TOUJOURS ressortir). Twitter c'est l'ultra vitesse (et je trouve la plupart des discussions violentes et superficielles)....

Bref, mon avis n'engage que moi mais déjà que je n'aime pas vraiment ces réseaux quand ce sont des adultes qui les utilisent.... alors des enfants....

Je conçois que certaines personnes adorent, perso j'ai du mal. @Nickyminaj a super bien résumé la chose.

Oui, comme disait une Mads très lucide, ce sont les publicitaires qui vont être contents.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!