Live now
Live now
Masquer
Sur TikTok, le hashtag #DeluluGirl devient viral et en dit long sur la dating fatigue de la jeunesse occidentale // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Qu’est-ce que la delulu girl, la dernière trend TikTok pour les cœurs d’artichaut

Votre entourage vous a déjà reproché d’être dans le déni concernant vos relations sentimentales et sexuelles ? Si vous avez un cœur d’artichaut optimiste, alors la tendance TikTok de la delulu girl (pour delusion qu’on pourrait traduire par délirante) est pour vous.

« En amour, il y en a toujours un qui souffre et l’autre qui s’ennuie », résumait Balzac.

Pour TikTok, les camps se diviseraient plutôt entre les personnes réalistes, et celles qui se bercent d’illusions dans une forme de déni optimiste. Pour ces dernières, une nouvelle expression désigne cet archétype peut être vieux comme le monde : delulu girl.

Ce surnom affectueux contracte le terme delusional en anglais, qu’on pourrait littéralement traduire par délirante. Quand certaines personnes se disent qu’un crush qui met plusieurs heures, voire jour, à répondre à un texto est un signe de désintérêt signifiant qu’on ferait mieux d’abandonner la mission, la delulu girl s’accroche et y lit plutôt un signe de personne particulièrement affairée, donc passionnée, et probablement passionnante. Sure, Jane

Qu’est-ce qu’une delulu girl ou une personne delusionnal en amour ?

La delulu girl, c’est celle qui adore se faire des films, y compris les moins réalistes, et romantiser sa vie jusqu’à frôler l’érotomanie, résume le média i-D. Un peu comme le personnage de Carrie Bradshaw dans Sex And The City qui met plusieurs saisons à comprendre que son crush Big est un red-flag ambulant, et non le prince charmant. Si le hashtag #delulu compte 1,3 milliard de vues sur TiKTok, c’est peut-être aussi parce qu’on a besoin d’une bonne grosse dose de déni en matière romantique pour continuer de croire en l’amour en ces temps de crises sanitaires, environnementales, économiques et sociales.

Cela s’approche d’ailleurs du concept de limerence en psychologie (qui n’est pas une pathologie) : « état d’esprit involontaire d’un individu très amoureux, qui se caractérise par un puissant désir de réciprocité des sentiments, impliquant des pensées intrusives, obsessionnelles et compulsives », d’après le Wiktionnaire. Ce dernier cite la psychologue américaine Dorothy Tennov comme l’inventrice de cette notion dans son livre Love and Limerence: The Experience of Being in Love paru en 1979. Celle-ci n’avait sûrement pas lu Stendhal et son concept de cristallisation développé dans De l’amour en 1822… Tellement delulu.

Les terrains de rencontres amoureuses et sexuelles sont-ils de plus en plus minés ?

Alors que les anglicismes se multiplient pour désigner des pratiques et comportements plus ou moins violents en matière de dating (ghosting, breadcrumbing, orbiting, pocketing, cookie jarring… On ne sait plus quoi inventer pour désigner ce qui tient surtout de négligence et de maltraitance), peut-être qu’on peut aussi envisager que le terrain de la rencontre s’avère plus que miné aujourd’hui. Considérer d’arrêter les frais plutôt que de cultiver le déni. Histoire de prendre le temps de se demander si et pourquoi on est vraiment prêt·e·s à Désirer à tout prix, comme l’interroge Tal Madesta dans son essai autour des injonctions au couple et la course à la sexualité active qui serait forcément émancipatrice (spoiler : nope).

D’après des statistiques qui scandalisent les boomers (Le Point titrait début juin 2023 « Pourquoi les jeunes ne font plus l’amour »), les jeunes auraient effectivement de moins en moins de rapports sexuels. En mars 2023, l’Ifop montrait que 43 % des jeunes Français·e·s de 18 à 25 ans n’avaient connu aucun partenaire sexuel durant l’année écoulée. Huit ans auparavant, iels étaient 25 %. Et la baisse serait encore plus importante aux États-Unis, comme le rapporte notamment le New York Times, ou encore The Atlantic qui parle carrément de « récession sexuelle ». L’heure de la fatigue autour du dating a peut-être plus que sonné, comme l’écrivait Judith Duportail dans son essai Dating Fatigue. Amours et solitudes dans les années (20)20. Avec #Delulu, une partie de la jeunesse TikTok ironise donc sur cette bonne dose de déni pouvant paraître de plus en plus nécessaire pour oser rencontrer romantiquement et sexuellement aujourd’hui.

@madmoizellecom

Alors, team delulu ou pragmatique en amour ? ❤️‍🩹 madmoizelle concretement tikokfrance popculture edutok fyp pourtoi tiktokfr deluluisthesolulu delulu delulugirl deluluforever

♬ son original – Madmoizelle – Madmoizelle

Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture Web

Source : @AsocialmntVotre sur X
Humeurs & Humours

Les trouvailles d’internet de la semaine du 13 mai

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Canva
Culture Web

Les femmes se sentent-elles plus en sécurité avec les hommes ou avec les ours ? La réponse n’est pas si surprenante

1
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-02T175930.223
Culture

Amy Winehouse : 3 ressources bien meilleures que Back to Black pour comprendre Amy

Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

14
Source : Capture écran Instagram
Culture Web

« Abrège frère » : des Tiktokeuses dénoncent cette tendance aux relents misogynes

12
Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

So baby girl
Culture

C’est quoi un mec « so baby girl » ? On vous explique pourquoi Jacob Elordi a attendri tout Internet

6
Copie de [Image de une] Verticale (1)
Culture

De la fiction Young Adult en bande dessinée : c’est le pari du nouveau label Combo

Photographie de Michelle Perrot, historienne, militante féministe et autrice de "Le Temps des féminismes". // Source : © JF ROBERT
Féminisme

Quand la grande historienne Michelle Perrot raconte comment elle est devenue féministe

La pop culture s'écrit au féminin