Le projet TCA rend visibles les personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire

Océane te présente le projet TCA de Kiara, 18 ans, pour lequel elle a eu un coup de cœur. Un projet de photos couplées à des témoignages pour montrer la réalité des personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire.

Le projet TCA rend visibles les personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire©Kiara Lagarrigue

Kiara Lagarrigue a 18 ans, elle est photographe, et elle est surtout bourrée de talent.

Il y a quelques jours, elle a présenté à madmoiZelle son projet photo sur les troubles du comportement alimentaire (TCA), et j’ai été scotchée.

Je tenais donc à te la présenter, chère lectrice, et à te montrer son travail.

View this post on Instagram

🍂

A post shared by @ kiaralagarrigue on

Une passion pour la photo et un projet sur les troubles du comportement alimentaire (TCA)

Il y a plusieurs mois, Kiara a terminé un projet sur les TCA, et depuis, il prend la poussière au fond d’un disque dur.

Par appréhension elle n’avait, jusqu’à il y a quelques heures, pas encore décidé de mettre en ligne les magnifiques portraits et témoignages écrits qui en ont découlé.

Pourtant ce projet lui tient très fort à cœur, et est d’une importance capitale :

« J’ai l’une de mes meilleures amies qui est atteinte de TCA. J’ai été l’une des premières à qui elle en a parlé, et je crois qu’il m’a fallu un bon moment avant de réaliser que c’était un truc à prendre au sérieux.

Été 2018, on était posées sur sa terrasse, il faisait nuit et une chaleur moite, je voyais juste le bout de sa clope danser dans le noir pendant qu’elle me racontait son histoire en détails.

De là, ça m’a semblé un peu évident. Comme elle était bien renseignée sur le sujet, elle m’a appris énormément, et ça secoue d’être mise face à ses propres idées reçues et à l’étroitesse de son propre esprit.

On est terriblement mal renseignés et je blâme entièrement les médias pour ça, pour l’omission totale de pans entiers du spectre de ces troubles, donc par extension de la population.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que ce manque d’information est dangereux, car les malades sont donc eux-mêmes souvent incapables de s’identifier comme tels.

Le fléau, c’est l’ignorance. J’ai voulu tenter de lutter contre. »

Kiara est actuellement en première année d’école de photo à Paris, mais elle a réalisé ce projet pendant son année de terminale :

« J’ai toujours eu la tête dans les arts, depuis toute gosse je peins, je dessine, j’écris, je couds des fringues. La photo est arrivée plus tard, et m’a semblée être au confluent d’un peu tout ce qui me plaisait.

J’avais 15 ans, 3 mois de vacances, et j’ai débarqué dans un studio photo toulousain pour demander un stage sur un coup de tête. J’y ai passé un mois, ça m’a fascinée.

J’ai commencé à faire des projets en système D en faisant poser des potes, puis j’ai décidé d’en faire mon métier.

Ce que je préfère photographier ce sont des portraits et des photos de mode ultra colorées, des femmes fières, belles et puissantes.

Ce qui me galvanise, c’est la mise en scène, la création de A à Z d’un univers parallèle dont j’ai le contrôle total, le côté DIY pour arriver à un résultat satisfaisant avec 3 bouts de carton.

Ce qui est vraiment cool aussi, c’est de bosser en équipe, c’est toujours bonne ambiance.

Professionnellement parlant, c’est toute l’industrie de la photo de mode et ce qui gravite autour qui m’attire. Bosser en studio, ça a quelque chose de magique, je serais incapable de l’expliquer. »

View this post on Instagram

Réflexions @mathildepcn

A post shared by @ kiaralagarrigue on

Le projet TCA : des photos pour rendre visible le spectre des troubles du comportement alimentaire

Ce projet photo, c’est donc le portrait de Sandrine, Eva, Yayla, Guy, Mailys, Sandy et Jeanne, couplés à une photo de leur repas type en période de trouble alimentaire, et à un témoignage relatant leur réalité quotidienne avec le TCA.

Pour Kiara, ce projet est essentiel pour :

« Montrer que les troubles du comportement alimentaire ne se limitent pas à l’anorexie et la vision de la jeune femme décharnée.

Force est de constater que cette représentation incomplète, semblant être la manifestation d’un brutal désintérêt pour le sujet, ne se contente pas d’être insultante : elle en devient dangereuse.

[…] Loin de prétendre être exhaustif, le projet TCA propose une représentation nuancée et réaliste de ce que peut être le quotidien d’une personne atteinte de troubles du comportement alimentaire. »

Jeanne, 20 ans :

« La peur des aliments, c’est quelque chose qui revient. J’ai peur d’une pauvre feuille de salade alors qu’il y a 2 semaines je mangeais comme un porc, j’en avais rien à faire. »

Guy, 22 ans :

« Si je faisais la liste de tous les aliments ridicules que j’ai mangés, comme ça, tout seul… ouais, ça m’arrivait de manger du beurre tout seul, et puis, une demi-plaquette !

Juste pour le mouvement compulsif d’ingérer quelque chose qui va me dégoûter. Il y a cette notion de punition aussi, de punition par la nourriture. »

Si tu souhaites découvrir la totalité des portraits et des témoignages forts et touchants du projet TCA de Kiara, je t’invite à te rendre directement sur son site Internet.

N’hésite surtout pas à suivre Kiara sur Instagram pour te tenir au courant de ses actualités, et pour lui envoyer du love si tu as aimé son travail et son projet.

Participe au Projet TCA de Kiara !

Avec les 7 portraits qui le composent, ce projet est pour Kiara encore incomplet :

« Je déplore le manque d’hommes dans le projet.

La maladie est vue comme exclusivement féminine, alors que c’est loin d’être le cas, et j’aurais aimé l’inclusion d’hommes cis et de personnes non-blanches pour compléter le projet, qui manque du coup de diversité, alors que l’essence même de celui-ci est de tenter une représentation la plus large possible.

Je pense continuer le projet en ce sens un jour ou l’autre, si des gens sont intéressés pour participer, ils peuvent m’envoyer un message sur Instagram ou sur la page contact de mon site Internet ! »

Alors, est-ce que ce projet t’a touchée autant que moi ?

À lire aussi : Parce que la « Parisienne » n’est pas qu’une jeune femme blanche et mince…

Océane Viala

Océane Viala

Océane est chargée des témoignages sur madmoiZelle ! Sa passion, c’est vos vies, surtout quand elles lui font réfléchir à la sienne. Elle aime aussi le froid, les arbres et les avocats.

Tous ses articles

Commentaires

Nastja

@Rocksteady
Je trouve mes deux posts très clairs mais je peux reformuler si c'est nécessaire.
Sur Madmoizelle, à chaque fois qu'il y a eu un post parlant de près ou de loin de la minceur ou des réseaux sociaux (en rapport avec le corps) quelqu'un a abordé le thème des TCA et rapidement beaucoup de posts se rejoignaient sur le fait que les médias (en gros fourre tout où j'englobe aussi les réseaux sociaux) étaient responsables des troublés alimentaires.
Et moi je venais dire que non (j'avais même posté un lien) et on m'avait pas dit que j'étais à côté de la plaque mot pour mot mais que c'était bien le culte de la minceur aujourd'hui qui provoquait la majorité des TCA.

Alors peut-être que je fais le raccourci trop rapide de TCA = anorexie.

Effectivement un TCA peut englober tout type de profils qui auraient un rapport déséquilibré à la nourriture.


Je parlais principalement de l'anorexie mentale.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!