moxie-netflix
Revues de films

« Moxie » est fade et gentillet, mais vous devriez quand même lui laisser sa chance

Moxie, c’est le nouveau film d’Amy Poehler qui filme les révoltes féministes de lycéennes lassées par le patriarcat régnant dans leur institut. Un teen-movie qui légitime l’engagement des jeunes, et fait du bien !

« Qu’est-ce que tu racontes ? Tu viens d’avoir 16 ans ! Qu’est-ce qu’on connaît de la vie à 16 ans ? »

Vous avez peut-être déjà entendu ce genre de remarques condescendantes et à côté de la plaque de la bouche de vos parents, de vos profs ou d’adultes random, quand vous étiez encore au lycée.

Quand on est môme, puis ado, jusqu’à ce qu’on ait l’âge de voter finalement, on est souvent silencié. Quant à nos avis, ils sont moqués, minimisés, enterrés au cimetière des idées qu’on pense nulles et détachées de la réalité.

Mais les lignes bougent grâce aux jeunes qui, à l’instar de Greta Thunberg, s’engagent pleinement dans les causes qui les concernent. Moxie, le nouveau film d’Amy Poehler, a justement à cœur de légitimer leurs coups de poing !

Moxie, un teen-movie qui donne du crédit aux combats des jeunes femmes

[youtubevideo id=Sf34qI1hjKU]

Dans cette fiction inspirée par le roman éponyme de Jennifer Mathieu paru en 2015, Hadley Robinson est Vivian Carter, une lycéenne connue pour ne pas faire de vagues. Vivian est bonne élève, pas très fêtarde, et dédie le plus clair de son temps à refaire le monde avec sa meilleure amie Claudia sur les bancs de son lycée en mangeant des sandwichs triangle.

Vivian rêve d’amours transpirantes avec Seth Acosta, qui a pris sept centimètres pendant les vacances d’été, passant de « crevette » à love-interest principal. Mais pas seulement.

Vivian se cherche, veut repousser les contours des cases qui la définissent depuis toujours, désire avoir des opinions moins étriquées.

La faute sans doute à Lucy, la nouvelle élève, bien décidée à ne pas se laisser faire par les garçons du lycée. Parce qu’il faut dire qu’ils ont une attitude plus que répréhensible, ces mecs à l’égo surdimensionné.

Ils harcèlent les nouvelles, mettent en ligne des « awards » de la fille qui a le meilleur cul, celle qui est la plus « baisable », celle qui est la plus fayote ; ils se permettent des gestes déplacés, des propos lourds de sens, lourds tout court. Pour ne pas dire franchement graves.

Bref, ils règnent en maîtres incontestés sur un institut qui ne les punit jamais. Pire encore, ces bourreaux imberbes sont glorifiés, car capitaines de l’équipe de foot, athlètes, ou simplement détenteurs de pénis !

Ces injustices, ce sexisme primaire, Vivian, encouragée par les révoltes de Lucy et par l’engagement passé de sa mère, a décidé de ne plus leur laisser de place. 

Pour ce faire, elle publie une revue anonyme dénonçant le sexisme dans son établissement scolaire et en dispose des dizaines d’exemplaires dans les toilettes des filles. Dedans, elle incite les meufs à se dessiner des étoiles et des cœurs sur les mains, en signe de coalition.

Et dès le lendemain, ce sont plusieurs lycéennes qui se colorent les mains de noir. Un groupe nait alors, la révolte est en marche.

Exit le patriarcat, bonjour l’égalité et la considération. En tout cas, la lutte pour elles.

Celle-ci sera douce d’abord, plus sévère ensuite, elle sera portée par des héroïnes aux profils très divers, et aussi par Seth, un allié à la cause féministe.

Moxie, un petit film aux bonnes intentions

Moxie lève un poing timide, mais un poing tout de même.

On ne se souviendra pas de son contenu dans deux ans, c’est quasi-certain : cette réalisation d’Amy Poehler n’a pas l’étoffe des films qui marquent les esprits, mais tout de même, si on le considère pour ce qu’il est, à savoir un divertissement didactique avec une pointe de politisation, Moxie fait bien très bien le taf !

Tout y est très gentil, très lisse, un brin consensuel, à l’image de la plupart des teen-movies mis en ligne par Netflix, mais à ceci près qu’on y est témoin d’un discours pas si conventionnel. Celui qui veut laisser de la place aux avis et surtout à l’engagement des ados. 

Amy Poehler, avec une légèreté non dénuée de fond, légitime en quelques coups de caméra le regard que posent les adolescents et adolescentes sur les luttes d’aujourd’hui. Elle donne de la voix aux combats de celles qu’on silencie souvent, qu’on moque, qu’on ignore.

Alors non, Moxie n’est pas un film à Oscar, il n’est ni parfait ni grandiloquent, mais il est pavé de bonnes intentions, et ça, ça compte, surtout au lendemain du 8 mars !

Moxie, de Amy Poehler avec  Hadley Robinson, Lauren Tsai, et Alycia Pascual-Pena, c’est d’ores et déjà disponible sur Netflix. 

À lire aussi : Les calculs sont foireux (et sexistes) : Jodie Comer est trop jeune pour jouer l’épouse de Napoléon

Les Commentaires
8

Avatar de Nancy Drew
13 mars 2021 à 23h40
Nancy Drew
Moi j'ai vraiment bien aimé, en partie parce que celui-là, je vais pouvoir le montrer à mes élèves. Il les fera réfléchir, les touchera un peu aussi, sans qu'il y aie de violences physiques ou sexuelles vues.
Le seul point qui m'a soûlée, c'est cette erreur scénaristique à mon avis, où d'un coup Vivian se met à demander à sa mère pourquoi son père ne s'occupe pas d'elle. Ca tombe comme un cheveu sur la soupe, j'ai pas compris. En plus, ça justifiait sa crise féministe en mode "papa s'est pas occupé de moi, quel connard, je haie tous les hommes" qui dessert un peu le propos. J'espère que ça fera pas image subliminale pour mes élèves. Je vais clairement leur proposer le visionnage à la fin de l'année scolaire pour mes troisièmes, qui commencent à se poser des questions sur le sujet, garçons comme filles.
1
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Culture Web
youtube

Vous n’en pouvez plus des pubs sur YouTube ? Oh, surprise : un nouvel abonnement

Mymy Haegel

02 août 2021

Cinéma
femmes-cinephiles-small

Sur YouTube, en podcasts, à l’écrit, les meufs cinéphiles viennent renouveler le game

Pauline Le Gall

02 août 2021

Féminisme
unplanned-vertical

Unplanned : C8 va diffuser un film anti-IVG dans le plus grand des calmes

Maëlle Benisty

02 août 2021

Sport
Tom Daley et son coup de tricot valent de l'or

Après sa médaille d’or, Tom Daley tricote en gradin des JO et enfonce une aiguille dans la masculinité toxique

Anthony Vincent

02 août 2021

2
Société
matt-damon-small

Il a fallu 50 ans à Matt Damon pour arrêter de dire « p*dé »

Mymy Haegel

02 août 2021

Cinéma
kaamelott

Voir Kaamelott au cinéma quand on est sourde, c’est plus galère que la quête du Graal

Méline Escrihuela

02 août 2021

Cinéma
this-is-a-true-story-fargo-small

Les films « inspirés de faits réels » se multiplient, mais pourquoi donc ?

Pauline Thurier

01 août 2021

5
Série télé
serie-doudou

Il fait moche, alors dévorons ces séries-doudou en attendant le soleil

Pauline Thurier

01 août 2021

Sélection de films
moi-tonya-small

6 films qui vous feront aimer le sport si vous êtes du genre à vous ennuyer devant les JO

Maëlle Le Corre

31 juil 2021

6
Série télé
dev-patel-small

« J’étais toujours le plus moche » : Dev Patel garde des séquelles de Skins

Pauline Thurier

30 juil 2021

11

La société s'écrit au féminin