Live now
Live now
Masquer
Yassification-du-casting-de-Friends
Culture Web

Culture queer, retouches, racisme… le mème de la yassification est plus profond qu’il n’y paraît

26 nov 2021

Surgi en 2020, le mème de la yassification explose sur Twitter depuis novembre 2021 et consiste à facetuner à l’extrême des visages connus de l’histoire de l’art, la politique, et du divertissement. Au-delà d’être drôle, cela raconte beaucoup de notre époque.

Vous avez peut-être déjà vu passer ce procédé sur Twitter ces dernières semaines, et donc sur Instagram depuis quelques jours. La yassification consiste à retoucher la photo d’une personne, inconnue ou célèbre, en poussant toutes les fonctionnalités de FaceTune.

Résultat : un contouring digne d’une drag queen ou d’une soeur Kardashian-Jenner, avec sourcils accentués et acérés, regard charbonneux, et bouche pulpeuse au bord de l’explosion.

Le mème de la yassification ironise sur les standards de beauté inatteignables des réseaux

Ce nouveau mème semble dénoncer les dérives du recours aux retouches photo pour ressembler à un idéal de beauté complètement irréaliste, naturellement inatteignable, en s’y adonnant jusqu’à l’absurde.

Tout serait parti de Twitter (comme la plupart des choses intéressantes sur Internet de toute façon). La toute première occurrence de « Yassification » date de fin août 2020, venant d’un compte depuis suspendu qui parle alors de « gaz de yassification », d’après le média d’histoire memesque Know Your Meme.

L’expression se voit ensuite reprise de façon sporadique, dont en novembre 2020, quand un tweeto qui feint de dévoiler une breaking news, au milieu des rumeurs et intox toutes plus absurdes les unes que les autres autour du Covid, des vaccins, et de la 5G.

« ALERTE ACTU : Biden a commencé à libérer du gaz de YASSIFICATION dans l’air et transmet des slay yes mamas à travers la 5G », plaisante cette personne — l’une des toutes premières occurrences du terme « yassification »

Une expression tout droit venu de la culture queer

Selon le tweet ci-dessus, président des États-Unis Joe Biden aurait lâché du gaz de yassification sur la population. Celle-ci se mettrait alors à parler en ««« argot queer »»», utilisant des termes courant dans la communauté comme « slay » (qu’on pourrait tenter de traduire en « tuer » mais dans le sens de tout défoncer avec élégance). 

Depuis, des personnes utilisatrices de Twitter s’amusent à comparer des célébrités entre elles, se demandant si l’une ne serait pas la version yassifiée d’une autre. Comprendre : plus outrancière, quitte à ce qu’elle semble verser dans ce que le commun des mortels jugeraient vulgaires ou de mauvais goût… mais que la culture queer préfère appeler camp.

Défini par l’intellectuelle Susan Sontag dans un essai publié en 1964, le camp désigne une forme d’humour méta qui se joue des artifices afin de mieux déjouer la dimension performative des rôles sociaux, dont ceux de genres et de sexualités. C’est cet humour plein d'(auto)dérision qui amène des personnes queer à traiter par exemple des films que le grand public trouverait grossiers — tels Jennifer’s Body — comme des chefs-d’oeuvre, par exemple.

Le Yassify Bot transforme l’histoire de l’art et les célébrités en baddies d’Instagram

Depuis novembre 2021, le mème gagne en viralité. En particulier depuis l’exemple de l’actrice yassifiée Toni Colette à partir d’une scène du film d’horreur Hérédité.

« Quand la pillule de yassification se met à faire effet », plaisante cette personne.

Depuis, la partie la plus marrante de Twitter FaceTune tout le monde et n’importe qui — du casting de Friends à Joe Biden et Kamala Harris, en passant par Mark Zuckerberg — pour en faire des baddies d’Instagram.

Puisqu’il est facile d’utiliser Face App pour yassifier la tête de n’importe qui, beaucoup d’utilisateurs s’en amusent en tirant le procédé à l’extrême. Un bot (au sens de robot : un compte Twitter automatisé) a même été créé pour yassifier au quotidien. Il a été créé par Denver Adams, une personne non-binaire de 22 ans, étudiante en art dans le Nebraska.

Le casting de Friends, yassifiés, est-il encore reconnaissable ?

Le média Teen Vogue vient de l’interviewer pour tenter de comprendre ce que la viralité soudaine de ce mème raconte peut-être de l’époque :

« Je ne sais pas s’il y a une signification plus profonde derrière ce mème, mais si je devais la théoriser, je dirais qu’il met la lumière sur le ridicule sur cette technologie d’intelligence artificielle — à quel point elle est maline, capable de lire un visage, de le retoucher complètement en quelque chose d’aussi artificiel en un clic, en une seconde. C’est une pensée effrayante, mais en faire une blague permet de s’en moquer. Je dirais que c’est de la satire. »

Étudiant l’histoire de l’art, Denver Adams s’est aussi amusée à yassifier beaucoup de chefs d’oeuvre, ce qui a aussi pour effet de montrer combien les standards de beauté dépendent d’une époque. En dehors du temps et de l’espace qui les a vus naître, ils peuvent paraître absurdes.

Transformer la fatigue généralisée face à la culture de la retouche en satire

La popularité de ce mème illustre aussi peut-être en creux une forme de fatigue généralisée autour de l’artificialité des critères de beauté dominants, et de manière particulièrement saillante sur les réseaux sociaux.

La volonté d’y apparaître plus que parfait pousse poussent beaucoup de personnes à retoucher exagérément leurs photos, au point parfois de devenir méconnaissables.

FaceTune caracole souvent parmi les applis les plus téléchargées sur smartphone. En 2017, sa version payante était même numéro 1 au classement Apple, notait CNN. Vécue comme une injonction par beaucoup de jeunes, cette façon de devoir toujours se montrer sous son meilleur jour sur les réseaux a déjà été pointé du doigt par de nombreuses études comme pouvant favoriser des troubles d’estime de soi, d’insatisfaction corporelle, et d’anxiété.

La yassification ou le techno-racisme

Ce mème démontre peut-être aussi ce qu’on peut appeler une forme de techno-racisme. Puisque ce genre de technologies est développée par des humains avec leur biais racistes qui veulent répondre à une société elle-même perclue de biais racistes, alors elles les reproduisent, les systématisent.

C’est pour ça que FaceTune a tendance à éclaircir et affiner les traits du visage, comme s’il s’agissait du seul moyen d’augmenter son capital beauté : une forme de blanchiment automatisé.

L’acteur Daniel Kaluuya, yassifié, dans le film Get Out.

Le mème de la yassification ne rend le phénomène que plus saillant encore. Car c’est bien le propre de la satire par exagération : questionner une réalité qui dérange en l’exagérant jusqu’au ridicule qui ne fait que souligner l’absurdité de la situation. Et sa violence.

À lire aussi : De Twitter et TikTok à l’IRL, casser son poignet devient un signe de ralliement entre queers et alliés

Crédit photo de Une : le casting de Friends, yassifié. © Capture d’écran Twitter.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture Web

Série télé
squid-game-jeu-reel-youtube

Un gros youtubeur lance Squid Game en vrai, avec un butin, parce que la série ne nous a rien appris visiblement

Kalindi Ramphul

25 nov 2021

4
Société
Justin Bieber filtre

Le filtre Insta qui « rend gros » à coups de donuts, plus cringe que drôle

Eva Levy

23 nov 2021

Conseils mode
La-TikTokeuse-Elie.fy_

Sur TikTok, @ElieFy fait rimer conseils mode et développement personnel

Anthony Vincent

21 nov 2021

Culture Web
Facebook logo

Orientation sexuelle, religion… Facebook ne ciblera plus les pubs en fonction de ces catégories « sensibles »

Eva Levy

10 nov 2021

Culture Web
TikTok Girl

McFly et Carlito n’ont rien compris aux TikTok Girls, mais bon, qui est surpris ?

Eva Levy

05 nov 2021

36
Culture Web
inoxtag-zevent

Malgré son record de dons, le Z Event doit faire mieux pour protéger ses streameuses

Maëlle Le Corre

02 nov 2021

4
Tech
Logo Instagram

Avis au petit peuple d’Instagram : plus besoin des 10 000 followers pour avoir le bouton lien !

Eva Levy

29 oct 2021

Tech
supprimer_message_messenger

Oui, on peut supprimer ses messages sur Messenger (et on vous explique comment) !

Océane Viala

20 oct 2021

10
Culture Web
Viens On Danse

Une série ARTE sur… TikTok ? C’est réel, et c’est très cool !

Eva Levy

16 oct 2021

Culture Web
robin-court-metrage-viral

Un acteur imite merveilleusement Robin Williams dans un court-métrage bouleversant

Kalindi Ramphul

14 oct 2021

2

La pop culture s'écrit au féminin