Live now
Live now
Masquer
Les rencontres d'après minuit // Source : Potemkine
Culture

« Le queer dépasse la question LGBT » : Le directeur du festival In&Out nous explique la différence entre cinéma queer et LGBT

Du 6 au 15 avril, la ville de Nice vibrera au rythme du festival de cinéma queer In&Out, qui propose une programmation de films passionnants et éclectiques. À cette occasion, Benoit Arnulf, le directeur artistique du festival, nous a expliqué l’importance de distinguer le festival queer du cinéma LGBT.

Un film queer, c’est quoi ?

Qu’est ce que le cinéma LGBT ? Et le cinéma LGBTQIA+ ?

Toutes ces appelations ne sont-elles que des synonymes ? Soulignent-elles des différences, des contradictions ou plutôt des complémentarités entre les films ?

Alors que le festival de cinéma LGBTQ+ In&Out s’est ouvert à Nice ce jeudi 6 avril, Madmoizelle a rencontré son directeur, Benoit Arnulf. À l’origine d’une programmation de films aussi passionnants que contestataires, originaux, féministes et émancipateurs, ce dernier nous a expliqué quelles étaient les spécificités du cinéma queer, dans la grande famille du cinéma LGBT.

c’est quelque chose de très queer car ça dépasse la question LGBT.

Rencontre avec Benoit Arnulf

Le cinéma queer dérange, déborde de la marge et conteste les normes

Benoit Arnulf. En France, il y a des festivals LGBT et des festivals queer. C’est important de dire que ce n’est pas la même chose et de revenir au sens du mot queer :

En tant que festival de cinéma, on défend le queer comme quelque chose de l’ordre du dérangeant de déroutant, qui déplace les lignes et les normes.

Nous, dans LGBTQIA+, on se retrouve. Dans LGBTQ, ce n’est pas qu’on se retrouve pas, mais ce sont des films plutôt orientés vers des thématiques liées aux orientations et aux identités sexuelles et de genre. On s’est rendu compte que même si on était complètement raccord avec des programmations de festivals LGBT, on veut vouloir essayer de se caractériser un petit peu différemment.

On aime se dire qu’il y a d’autres possibilités, qu’on peut élargir le spectre des représentations pour aller vers le dérangeant, le débordant, dans la marge, dans la contestation des normes. Et effectivement, les normes en sexualité sont des normes cis hétérosexuelles. Le festival In&Out est là pour mettre en valeur ce cinéma qui chamboule ces normes.

Les rencontres d'après minuit // Source : Potemkine
Les rencontres d’après minuit // Source : Potemkine

À lire aussi : À la recherche de pépites méconnues du cinéma queer ? Le site Queer Cinema Club, de Lawrens, est une mine d’or

Un film LGBT n’est pas forcément queer

L’idée, n’est pas de se concentrer uniquement sur des drames ou des comédies tournant autour de sentiments, de relations, de l’homosexualité ou de la bisexualité. Ou encore, des films qui aborderaient la question de l’intégration, l’inclusion, de l’acceptation de la transidentité. Les films de notre programmation collent complètement à ces définitions, mais ils sont loins de s’y limiter.

Par exemple, la plupart des films d’Émilie Jouvet racontent des relations amoureuses homosexuelles entre femmes mais elle aborde aussi des questions beaucoup plus vastes sur le corps, sur la sexualité, sur l’émancipation des amants, l’émancipation des individus, et en particulier des femmes grâce à leur sexualité.

Too much pussy affiche // Source : Emilie Jouvet
Too much pussy affiche // Source : Emilie Jouvet

Pareillement Yann Gonzalez est vraiment dans le trouble, dans le cinéma de genre, toutes ces choses qui font que son cinéma est un queer et pas forcément LGBT. Et ça, c’est quelque chose de très queer car ça dépasse la question LGBT.

Yan Gonzales a également monté une boîte de production avec Bertrand Mandico, un autre réalisateur qui fait un cinéma très queer, qui peut dérouter plein de gens. La forme de ses films peut apparaître comme violente – même si elle ne l’est pas vraiment, cruelle, politique.

Le queer, c’est très politique. Le LGBT, peut l’être aussi, mais il y a une grande tradition de films qui ne bougent pas trop les lignes.

Certes, le simple fait de représenter des romances gaies, lesbiennes est forcément politique. rendre ces sexualités visibles, c’est politique. Mais après, il y a aussi une manière vraiment de se poser les questions de manière contestaire. Le queer, c’est contestataire.

Hideous (clip) // Source : Yann Gonzales
H // Source : Yann Gonzales

À lire aussi : Oliver Sim (The xx) révèle être séropositif au VIH dans un clip réalisé par Yann Gonzalez (et dispo sur Mubi)


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-06-20T150109.612
Culture

Paris : ce ciné associatif sauvé après une lutte soutenue par Scorsese, Tarantino et Sciamma

Les violences, sa transition, sa musique Janis Sahraoui révèle ses visages dans un livre bouleversant // Source : Capture d'écran YouTube
Livres

Les violences, sa transition, sa musique : Janis Sahraoui révèle ses visages dans un livre bouleversant

1
Source : Netflix
Culture

Ce film dont tout le monde se moque est entré dans l’histoire de Netflix

1
Bridgerton // Source : Netflix
Culture

Bridgerton : des scènes de sexe coupées au montage ? Les fans comptent bien les récupérer

1
[Image de une] Horizontale (14)
Lifestyle

Le quotidien devient bien plus simple avec ce sèche-cheveux et cet aspirateur laveur

Mon petit renne  // Source : Netflix
Culture

Cette série traumatisante est désormais l’une des plus vues de tous les temps sur Netflix

Francesca Bridgerton // Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Bridgerton : Ce détail du dernier épisode pourrait enfin signer l’arrivée d’une romance lesbienne

10
Les totally spies bientôt de retour // Source : Capture écran Youtube
Culture

Exit l’animation : les Totally Spies reviennent en live-action dans une série sur Prime

Source : Netflix
Culture

Si vous avez aimé Sous la Seine, ces 4 films catastrophe sont pour VOUS

Source : Netflix
Culture

Sous la Seine : Stephen King a un avis très tranché sur le succès de Netflix

La pop culture s'écrit au féminin