Live now
Live now
Masquer
[Site web] Visuel horizontal Édito (32)
Interviews cinéma

À la recherche de pépites méconnues du cinéma queer ? Le site Queer Cinema Club, de Lawrens, est une mine d’or

31 juil 2022
On a rencontré Lawrens, qui cherche, répertorie et rend visibles des films et des séries queers d’hier et aujourd’hui.

Si vous êtes à la recherche de films ou de séries queers qui sont autant d’archives LGBTI+ précieuses, Lawrens Shyboi vous a aménagé une véritable mine d’or.

Son site Internet Queer Cinema répertorie et rend visible des « ressources et des archives des cultures queer, trans & dyke à l’écran ». Chaque post présente une œuvre queer et propose même un lien vers les films lorsqu’ils sont accessibles.

Quant à sa page Instagram (@lawrens_shyboi), elle regorge de recommandations de pépites inconnues et d’analyses des représentations de la queerness à l’écran, d’hier à aujourd’hui. Lors d’une rencontre avec Madmoizelle, il nous a parlé de ces œuvres « témoins de nos histoires » et situées « hors des sentiers des systèmes cishétéronormés ».

Comment est né ton intérêt pour le cinéma queer ?

Lawrens Shyboi : Je crois que tout a commencé au moment de la découverte de ma non-hétérosexualité, quand j’étais adolescent Je me suis mis à chercher des représentations parce que quand tu es enfant, que tu es isolé et que c’est « hétéro-land » dans ton collège, tu as envie de trouver des histoires que tu ne vis pas forcément dans ta vie et auxquelles tu peux t’identifier. J’ai commencé à chercher des films lesbiens à l’époque. Par exemple, j’ai beaucoup fouillé sur Youtube et Univers-L, un site qui faisait des listes de films lesbiens. J’y ai passé des heures et des heures !

[Site web] Template Produit – Paysage (42)
© Queer Cinema Club

Comment définis-tu le cinéma queer ?

Je ne suis pas spécialiste mais selon moi, le cinéma queer est une démarche politique des cinéastes. Ça renvoie à la façon dont ils politisent leur cinéma, c’est-à-dire la façon dont ils mettent en avant et questionnent des sujets qui sont la réalité des personnes LGBTQI+.

Parler de cinéma queer c’est aussi un moyen de théoriser la queerness dans un cadre esthétique. Ça me paraît important de montrer des films qui ne sont pas forcément des fictions lisses, des récits linéaires qui vont d’un point A à un point B. Les films queers jouent sur les genres, les formats, tu ne sais pas trop s’il s’agit de fiction ou de documentaire, si c’est improvisé ou très écrit. Parfois, tu as presque l’impression d’être devant une performance théâtrale.

Y a-t-il une période du cinéma queer qui t’a particulièrement marqué ?

J’aime beaucoup la période des années 1990-2000. Il y a tout un pan de cinéma assez politisé dans les années 1990 avec la crise du sida, alors qu’avant c’était moins le cas. Je pense qu’à ce moment, il y a eu une urgence à parler, à s’exprimer, à faire un cinéma collectif et à s’organiser.

« Ça m’intéresse beaucoup de découvrir l’histoire de personnes LGBT à travers ce cinéma. »

Ces films n’étaient pas forcément militants mais ils induisaient des questions politiques. Les réalisateurs et réalisatrices parlaient beaucoup de leur propre vécu, ce qui rompait avec les représentations mainstream, clichées et stigmatisantes qu’on avait l’habitude de voir. Ça m’intéresse beaucoup de découvrir l’histoire de personnes LGBTI+ à travers ce cinéma.

Est-ce que tu as l’impression que les représentations queers à l’écran ont évolué et sont meilleures aujourd’hui ?

Ces films que j’essaye de mettre en valeur font assez contrepoint avec les discours et les représentations qui sont les plus financées et produites et diffusées aujourd’hui. Même s’il y a plus de visibilité aujourd’hui, y compris dans le cinéma français ou sur Netflix et toutes les plateformes, il y a toujours beaucoup de discours et de représentations problématiques. Jusqu’à aujourd’hui, quand tu cherches des ressources LGBT, tu tombes surtout sur des films où les personnes trans sont jouées par des acteurs cis, ou des films très hétéronormés. Par exemple, un film où le seul objectif d’un couple lesbien c’est se marier, avoir des enfants et acheter une maison… Je trouve ça très beau de découvrir la richesse de ce qui a été créé avant.

Quand tu regardes ces films, tu te rends compte qu’ils t’apportent énormément. Ça te donne beaucoup de force et ça t’ouvre à plein de réflexions qui ne sont pas considérées dans le cinéma aujourd’hui. Les films passés ont presque plus à te dire que les films actuels ! Tu découvres l’histoire des personnes LGBTI+, et surtout tu réalises : « ça, ça existait déjà, on nous disait déjà ces trucs là, et ces personnes là étaient déjà en train de se battre ! »

« Ça te donne beaucoup de force et ça t’ouvre à plein de réflexions qui ne sont pas considérées dans le cinéma aujourd’hui. Les films passés ont presque plus à te dire que les films actuels ! »

Pourrais-tu nous conseiller trois pépites pour commencer notre exploration ?

Amours interdites : au-delà des préjugés, vies et paroles de lesbiennes, (1992) disponible gratuitement en version originale sous-titrée.

Thanks God, I’m a Lesbian (1992). Le film est sur Youtube avec les sous-titres.

Et comme ressource plus récente, Disclosure sur Netflix !

[Site web] Template Produit – Paysage (43)
© Queer Cinema Club

À lire aussi : Voilà 5 façons de montrer votre soutien aux luttes LGBTI+

Crédit de l’image à la Une : © Queer Cinema Club

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Interviews cinéma

aftersun 1
Pop culture

Charlotte Wells : « avec Aftersun, je voulais dépeindre la dépression de manière authentique, désordonnée, compliquée »

Maya Boukella

04 fév 2023

Lifestyle

5 conseils pour une Saint-Valentin sous le signe de l’amour de soi

Humanoid Native
annie colère diaphana
Interviews cinéma

« L’IVG est un geste social global », entretien avec l’équipe d’Annie Colère

Maya Boukella

26 nov 2022

c
Cinéma

« Le cinéma est une manière d’être vu », entretien avec Lukas Dhont, réalisateur du sublime Close

Maya Boukella

27 oct 2022

les cinq diables
Interviews cinéma

« Comment filmer l’invisible ? » entretien avec Léa Mysius, réalisatrice des Cinq Diables avec Adèle Exarchopoulos

Maya Boukella

28 sep 2022

Motlys ninjababy
Interviews cinéma

« Pourquoi les gens donnent leur avis quand on ne veut pas être mère ? » entretien avec la réalisatrice de Ninjababy, Yngvild Sve Flikke

Maya Boukella

21 sep 2022

tlm aime jeanne
Interviews cinéma

« Au cinéma, on a peu de personnages féminins intéressants parce que drôles » : entretien avec l’équipe de Tout le monde aime Jeanne

Maya Boukella

07 sep 2022

Amirhossein Shojaei Leila et ses frères
Interviews cinéma

Leila et ses frères : le meilleur film de l’année est au cinéma, et on a rencontré son réalisateur

Maya Boukella

24 août 2022

[Site web] Visuel horizontal Édito (40)
Interviews cinéma

Luck, le film d’animation sur la fille la plus malchanceuse du monde est sur Apple TV+

Maya Boukella

07 août 2022

1
[Site web] Visuel horizontal Édito (16)
Interviews cinéma

Thor : les personnages féminins ont-ils survécu aux scènes coupées au montage ?

Maya Boukella

08 juil 2022

8
heat
Cinéma

Heat 2 : presque 30 ans après, Michael Mann veut faire une suite à son chef-d’oeuvre

Maya Boukella

06 juil 2022

1

La pop culture s'écrit au féminin