Pourquoi ce confinement n’est finalement pas si désagréable

La France est confinée chez elle pour éviter la propagation du coronavirus. Si Kalindi a eu peur de très mal le vivre au départ, elle finit par y prendre goût, notamment grâce à un élément précis...

Pourquoi ce confinement n’est finalement pas si désagréable
Survis au confinement à cause du coronavirus (Covid 19)

Face à la pandémie de coronavirus (Covid 19), une seule chose à faire : reste chez toi !

madmoiZelle t’accompagne pendant le confinement avec une liste d’articles à retrouver juste ici. Tu peux aussi nous suivre sur Instagram et sur YouTube : nos chaînes Let it Glow et Big Up n’attendent que de te remonter le moral !

Afin de soutenir le magazine tout en te divertissant, passe par ce lien pour tester gratuitement Amazon Prime Video (et son gros catalogue de super films, séries, documentaires…) pendant 30 jours.

Tu peux aussi profiter de l’appli de sport à la maison FizzUp avec un code promo madmoiZelle disponible ici.

Et enfin, la box madmoiZelle d’avril, créée par Mélody, a un thème parfait : le DIY ! Commande-la ici !

Bon courage ♥

J’avais une petite dizaine d’années quand j’ai vu Les Évadés, de Frank Darabont, et depuis, je flippe d’aller en prison.

Une peur peu rationnelle puisque je n’ai pas tendance à enfreindre les lois.

Je crois même n’en avoir jamais enfreint, sauf la fois ou je suis sortie de chez H&M en oubliant que j’avais une de leurs paires de lunette sur le nez.

Mais les années ont passé, et j’ai aussi eu du mal à supporter Prisoners, Gravity et autres The Descent.

Conclusion : l’enfermement, quelque soit sa nature, quelque soit sa cause, me file des crises d’angoisse.

Alors le confinement, dans l’idée, c’était pas gagné…

Le confinement, un concept stressant

Étant donné la vitesse de propagation du Covid-19, le gouvernement a mis en place, à l’instar d’autres pays, des mesures exceptionnelles.

Pendant deux semaines qui devraient se transformer en quatre minimum, les Français sont priés de rester chez eux, et à n’en sortir que munis d’une attestation.

Une consigne qui a fait trembler tout mon être lundi 16 mars, lorsqu’Emmanuel Macron a prononcé son allocution.

Si je suis honnête à 100%, je dois te confier que j’ai même fait une crise d’angoisse, et que, le jour d’après, mon moral était au plus bas. 

Impossible de penser à autre chose, et pas moyen de fermer l’œil la nuit venue.

En effet, je suis normalement l’inverse d’une personne casanière.

Je suis toujours dehors, à boire des coups avec mes amies, à faire du shopping, aller au ciné, au sport, au taff etc.

Le moins je passe de temps chez moi, le mieux je me porte.

Alors cette mesure m’a prise à la gorge en m’obligeant à considérer l’idée de changer TOUTES mes habitudes.

Mais finalement, ce confinement, je le vis bien. Enfin pour l’instant, car ça ne fait que quelques jours que la France le subit.

J’ai même réussi à lui trouver certains côtés positifs.

Par exemple, il me permet de vraiment prendre possession de mon appartement, de me l’approprier tout entier.

Car ça ne fait que 4 mois que j’y vis, et que j’y vis seule. Une grande première pour moi.

Ces mesures m’aident à considérer chaque recoin de ce joli appartement comme un refuge potentiel, un petit morceau de bonheur.

Le confinement au printemps, c’est mieux !

Mais avant tout, si ce confinement est plutôt doux, c’est grâce aux jours délicieux qui l’accompagnent.

Aujourd’hui, vendredi 20 mars, c’est le premier jour du printemps.

La saison de la douceur, des jours éclatants mais pas brûlants, des chants d’oiseaux et surtout du soleil moins feignant, qui se couche plus tard.

Et il n’y a pas à dire, ces beaux jours adoucissent les humeurs et permettent un confinement plus agréable.

Je n’ai pas la chance de posséder de terrasse. J’ai simplement un tout petit balcon sur lequel on ne peut pas tenir à plus d’une personne.

Mais qu’à cela ne tienne, j’ai trouvé une parade simplissime pour profiter de cette météo clémente : j’ai placé mon fauteuil le plus confortable devant la fenêtre que je laisse grande ouverte toute la journée, je pose les jambes sur la balustrade, et j’ai aménagé une petite table à côté avec mon eau citronnée toujours bien chaude, mes noix, mon chocolat et quelques livres au cas où j’aurais envie de lire quelques lignes pendant ma pause (que je passe finalement 100% du temps sur Instagram à faire des stories débiles).

Alors, le soleil ne me tape dessus que quelques heures par jour bien sûr, vu l’exposition de mon appartement, mais ces quelques heures suffisent à embellir mes journées.

Et le reste du temps, je profite de l’air tiède et du chant des oiseaux, en écoutant Radiomeuh, que je te conseille d’ailleurs mon bel esturgeon si tu ne sais pas quoi écouter.

Bronzer pendant le confinement grâce au printemps

Si beaucoup de Français se sont exilés à la campagne, nombreux sont aussi ceux qui sont restés chez eux, dans les villes.

C’est mon cas par exemple.

S’il est plus évident de bronzer dans un jardin, il est aussi possible de le faire en ville.

Ce week-end, le temps sera au beau fixe dans presque tout le pays.

Le moment sera idéal pour enfiler nos plus beaux maillots de bain, ouvrir nos fenêtres et choper le spot où tapent les rayons pour s’allonger et laisser nos peaux dorer tranquillement.

Personnellement, je ne suis vraiment heureuse qu’au soleil, ce qui me pousse chaque année à reconsidérer les raisons de ma présence permanente à Paris.

Si je tiens le coup ici, c’est parce que je pense au printemps et à l’été pendant tout le reste de l’année, et que je pars au moins 3 semaines chaque été au bout du monde, profiter des tropiques et visiter tous les marchés de bouffe possibles.

Quoiqu’il en soit, je suis ravie que ce confinement arrive en ce moment. Pas en plein mois de décembre pluvieux, venteux et déprimant, mais pendant un beau mois de mars où le soleil rend tout plus serein.

Allez, voyons le verre à moitié plein !

À lire aussi : Tente la cure de sébum, l’astuce beauté compatible avec le confinement !

Commentaires

Nastasja

Un peu de positivité dans cette période tendue: tous les habitants (locataires et propriétaires, jeunes et vieux, couples, familles avec enfants, étudiants...) de ma résidence se synchronisent et s'organisent pour l'entraide. Cela inclut l'aide aux courses, mais aussi assurer les prestations de nettoyage nous-même par palier, bâtiment etc, puisqu'on ne va pas faire se déplacer l'homme de ménage pour ça (notamment passer l'aspi dans les couloirs, et évidemment désinfecter régulièrement les boutons d'ascenseur et autres poignées de portes qui sont des nids à Covid-19 etc).
Courage à toutes quoiqu'il en soit :fleur:
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!