Live now
Live now
Masquer
Source : Nadezhda1906 / Getty Images
Daronne

Voyager à long terme avec des enfants, elles l’ont fait et nous racontent

Voyager en famille sur le long terme, beaucoup en rêvent, mais face aux difficultés de monter un tel projet, peu de familles sautent le pas. Témoignages et conseils de celles qui ont tenté l’aventure.

Pour Audrey, 37 ans, ce projet de tour du monde en famille est né fin 2022, lors de vacances aux Canaries. En observant ses enfants, Timothé, 8 ans et Juliette, 6 ans, devenir complices alors qu’ils se chamaillent habituellement tout le temps, s’est dit avec son conjoint : pourquoi ne pas partir plus longtemps ? D’autant plus qu’en vacances, elle pouvait enfin prendre le temps de tout avec ses enfants. 

Finalement, elle et son conjoint en ont parlé aux enfants et ont écouté leurs envies respectives : 

« Ils voulaient rester en contact avec leurs classes et ne voulaient pas dormir dans des endroits sales, faire des randonnées tous les jours, ni changer de ville trop souvent.» 

En septembre 2023, un peu moins d’un an plus tard, c’est le grand départ : 18 mois de voyage prévus en sac à dos pour un tour du monde à quatre ! 

Difficile de s’engager dans un tel projet sans l’aval de chaque membre de la famille, parent et enfant confondu.

Tout le monde n’apprécie pas forcément de voyager à long terme, de perdre sa routine ou pour les adolescents, de s’éloigner de ses amis. Et c’est bien là le premier frein que certaines familles peuvent rencontrer. 

Ainsi, Catherine, 52 ans, qui est partie sur un voyage au long cours en voilier il y a plus d’un an avec ses fils de 10 et 14 ans, aimerait bien faire durer encore son voyage, mais les enfants commencent à se plaindre du manque de leurs amis. Et puis se pose la question de l’école…

À lire aussi : À quoi ressemble l’enfer ? À un voyage en avion avec deux enfants

La difficulté du suivi scolaire

En France, l’école n’est pas obligatoire, seule l’instruction l’est… Ce qui signifie qu’il n’est pas question de ne pas avoir un minimum de suivi scolaire pendant un long voyage. Plusieurs méthodes sont envisageables, à commencer par suivre les cours du CNED, les cours réglementés de l’éducation nationale à distance. 

Du côté de Catherine, qui est Suisse, c’est le directeur d’école de ses fils qui a donné tous les contenus nécessaires pour leur faire cours… Mais pas les corrections ! Résultat, elle apprend avec eux, mais elle avoue que c’est parfois vraiment difficile. Depuis quelques semaines, elle et son mari ont demandé du soutien à un professeur suisse qui suit ses fils en ligne une heure par semaine. 

« Pour moi, le suivi de l’école est le pire côté d’un voyage en famille. Cela donne lieu à des discussions quasi-quotidiennes, car les garçons n’ont pas forcément envie de suivre leurs cours, mais qu’il le faut ! »

Audrey, qui a des enfants plus jeunes, se contente pour le moment d’exercices de maths et de français trouvés dans des cahiers de vacances.  Elle admet également la difficulté de la tâche : ni elle ni son conjoint ne sont enseignants, et les enfants font parfois de la résistance. 

Une aventure riche en apprentissages

En plus de l’école, la gestion de la vie quotidienne peut prendre un tout autre ordre. Sur Illika, le voilier sur lequel navigue la famille de Catherine, les enfants sont responsabilisés : ils aident à la navigation, mais aussi à la vie quotidienne, par exemple, nettoyer le pont, aider au bricolage (il y en a sans cesse sur un bateau), à la cuisine ou à la vaisselle… Ils sont devenus extrêmement débrouillards et l’entourage de Catherine lui dit qu’ils sont matures. 

« L’avantage principal est de pouvoir partager ces moments spéciaux de découverte ensemble. Au début du voyage, on a navigué en Europe, aux Canaries, dans des régions que je connaissais bien et pourtant, les redécouvrir en famille m’a permis de tout vivre et d’apprécier différemment. Aussi, en passant plus de temps avec, on les connaît mieux ! »

Audrey a également remarqué l’impact positif que ce mode de vie a eu sur ses enfants en quelques mois seulement : 

« Ils vont plus facilement vers les autres, ils ont appris l’anglais et peuvent commander à manger seuls par exemple. Ils prennent aussi notion de la valeur de l’argent, de leur condition en France. De manière générale, ils ont grandi ! »

Seul point négatif selon Audrey, l’absence de moment « soupape » pour se ressourcer en tant que parent. Parfois, elle aimerait revoir ses amis le temps d’une soirée. 

À lire aussi : Combien ça coûte, un voyage en solo autour du monde ? 3 voyageuses témoignent

L’épineuse question du budget

Difficile de donner le budget exact que coûte ce genre de voyages (il faut prendre en compte le type de voyage, la composition de la famille…), mais impossible d’en nier le coût, potentiellement inaccessible sans forte épargne ou rendement mensuel. Sur le site Tourdumondiste, un article avance des budgets allant de 12 000€/an (pour un voyage en vélo d’une famille de 4)… à 45 000€ pour un voyage en sac à dos pour 4

Les budgets voyage omettent souvent l’investissement que coûte un voilier ou même un camion aménagé, à lui seul, plusieurs dizaines (parfois centaines) de milliers d’euros, à investir avant même de financer la vie courante en voyage. 

Audrey, qui a décidé de voyager en transports locaux, s’est résignée à vendre sa maison (qui avait pris de la valeur grâce à la période Covid) pour financer ce rêve. Elle détaille sur son Instagram ses dépenses pour sa famille de 4 : 31€/jour et par personne en Thaïlande, 35€ à Bali… Soit plus de 4 000€ par mois

Pour autant, Audrey ne regrette aucunement cet investissement et conclut :

« N’écoutez pas vos peurs. Nous n’avons qu’une vie, nos enfants qu’une enfance. Si vous avez envie de découvrir le monde avec eux, et que vous en avez les moyens, allez-y ! »

Où retrouver ces tribus voyageuses ?

Vous pouvez suivre les aventures d’Audrey et sa famille sur leur page Instagram

Vous pouvez suivre Catherine et sa famille sur leur site internet

 
Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

1
Avatar de Azala
31 janvier 2024 à 09h01
Azala
Article intéressant, dont la conclusion reste qu'il faut beaucoup d'argent pour se permettre ce genre de projets...
Petite réflexion sur la forme, une femme Suisse est une Suissesse
1
Réagir sur le forum

Plus de contenus Daronne

Source : Getty Images Signature
Vis ta vie

Top 4 des types de clients croisés au café du coin, en télétravail

Source : @cakebycourtney sur TikTok - Capture d'écran
Sport

Alerte chialade : une petite fille aide sa mère à terminer son marathon

Source : Oneinchpunch
Chère Daronne

Help, je manque de confiance en moi et j’ai peur de tout faire foirer avec mon nouveau mec

5
Source : Photocreo
Daronne

Les athlètes, aussi parents, pourront bénéficier d’une dérogation pendant les JO de Paris 2024

Léonore Moncond’huy // Source : France 3 Régions
Actualités France

Vers une loi en faveur d’une indemnisation du congé maternité pour les élues ?

Peut-on détester les enfants des autres // Source : Getty Images signature
Daronne

A-t-on le droit de détester les enfants des autres ?

27
Un enfant victime de harcèlement scolaire, qui pleure assis par terre dans ses genoux // Source : Pexels / Mikhail Nilov
Actualités France

Harcèlement scolaire d’Évaëlle : un procès requis après le suicide de la collégienne

5
bebe-pleurs-espace-public
Parentalité

Ne plus vouloir de bébés bruyants dans les lieux publics, c’est pas très féministe

263
Source : Dmitry Naumov de dmitrynaumov
Food

La recette (très rapide) des amandes caramélisées au sésame

Source : Getty Images
Parentalité

Chronique d’une daronne au bout du rouleau

10

Pour les meufs qui gèrent