Live now
Live now
Masquer
petite fille prenant en photo ses parents et un bébé
Parentalité

Top 6 des parents les plus relous sur les réseaux sociaux

23 août 2021

Le serial posteur, le parent parfait, le donneur de leçons… Qui sont les parents relous sur Internet ? Notre chroniqueuse Chloé Genovesi a dressé pour vous une petite typologie humoristique afin que vous puissiez les (ou vous ?) reconnaître.

Les parents sont partout sur Internet. Ils n’ont peur de rien et ils sont organisés. Et comme je passe de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux (c’est pas ma faute, y’a Covid), j’en croise plein qui partagent mes convictions, mais je tombe également sur des sacrés relous !

Parent relou n°1 : le serial-posteur

Bon, je commence par plaider coupable. Lorsque l’un de mes petits fait quelque chose que je juge adorable, j’oublie instantanément les hashtags #nofilter et #profiterdelavie dont j’adore me servir pour légender mes photos de coucher de soleil et de cookies trop cuits à moitié croqués et je dégaine le téléphone pour admirer l’action à travers mon écran HD.

Une fois le meilleur cliché capturé, je m’empresse de le poster sur mes réseaux. Certains considèrent que j’attente à la vie privée de ma douce progéniture en m’inventant paparazzi du premier âge. Il n’empêche que si je n’avais pas publié cette photo trop mignonne de mon fils en train de lécher ce joli champignon rouge et blanc, je n’aurais jamais reçu ces commentaires rabat-joie m’intimant de contacter le SAMU au plus vite, comme quoi l’exposition publique présente des avantages.

Relou n°2 : le parent à la vie parfaite

Je ne suis pas jalouse des parents influenceurs qui exhibent leur vie supposément parfaite sur Instagram. Je fréquente les bambins depuis suffisamment longtemps pour savoir que son slip peut être en soie ou en papier journal, rien ne l’empêchera de l’inonder copieusement à la moindre seconde d’inattention. Mer de champagne ou mer de larmes de sang, nous sommes tous dans la même galère. Enfin presque. Parce qu’il faut quand même qu’on m’explique quelque chose. COMMENT LES GENS SE DÉPATOUILLENT POUR OBTENIR DES CLICHÉS AUSSI PARFAITS ALORS QUE LA PHOTO COMPORTE UN BÉBÉ ET DES BAMBINS ?!

Même en faisant appel à un photographe professionnel, notre plus beau cliché familial inclura des doigts bien trop nombreux dans un nez bien trop petit, un bébé qui bave directement dans la bouche entrouverte de son papa et une maman encore très visiblement en gueule de bois du cocktail qu’elle a bu cinq jours plus tôt.

Parent relou n°3 : le donneur de leçons

Alors que je profite que ma fille regarde un dessin animé pour surfer sur la toile, je tombe nez à nez avec des messages qui me sont personnellement destinés. Je ne m’explique pas cette magie, mais : « Si t’as fait un enfant ce n’est pas pour choisir la facilité en le foutant devant la télévision et en le nourrissant de chips quand tu fais l’apéro » c’est forcément à moi que ça s’adresse, n’est-ce pas ?

Si j’arrive à rire de la situation, puisque rien n’est plus espiègle que ma fille de bientôt 4 ans qui fredonne à tue-tête le générique de Game of Thrones, mon sourire se fige lorsque je réalise que je suis malgré moi l’autrice de graves violences éducatives. Je pensais que proscrire les brimades et les fessées allait me permettre de passer sous les radars, mais certains commentaires m’apprennent que mes marques d’affection quotidiennes s’apparentent en fait à une manipulation mortifère et que je bousille durablement mon enfant lorsque je la félicite. Je n’ai pas bien compris pourquoi, mais d’après la horde de parents qui me tombe dessus, c’est très grave.

Relou n°4 : le parent vénère

Anticipant les commentaires que je relate dans le paragraphe ci-dessus, le parent vénère a construit un mécanisme de défense parfaitement rodé et se trouve bien dépourvu lorsque personne ne l’attaque. Alors, quand son arrière-arrière-arrière-grande-tante de 160 ans lui fait remarquer que de son temps, les couches jetables n’existaient pas, le parent vénère y voit la chance de sa vie de s’insurger publiquement contre cette pression intolérable qui pèse quotidiennement sur ses épaules meurtries.

Grisé par sa gloire soudaine et les 15 likes obtenus, le retour dans les abîmes de l’anonymat est insupportable. Le parent vénère doit d’urgence trouver une nouvelle cause à défendre, si possible un sujet dont « personne ne parle » et dont il se fera l’ambassadeur véhément. Il pourra ainsi prendre à partie des ennemis imaginaires qui auraient probablement quelque chose à redire à son style éducatif, si seulement ils ne s’en fichaient pas éperdument.

Relou n°5 : le parent no limit

J’ai accouché par deux fois dans un pays où l’on encourage fortement l’enfantement naturel. Derrière ce terme élégant se cache une réalité que j’ai trouvée pas si éloignée des séances d’écartèlement de l’époque médiévale. Si plus rien ne m’émeut désormais, je vous respecte trop pour partager avec vous certains détails troublants de ces expériences passées. Contrairement au parent no limit qui n’a aucun problème à dévoiler son intimité et celle de la chair de sa chair en image au tout-venant.

J’admets que les différents miasmes qui agitent les corps frêles de mes descendants prennent une place assez centrale dans mon quotidien. Il m’arrive même de m’égarer l’espace d’un instant et de mentionner le transit enfantin devant des non-initiés atterrés. Mais est-ce une raison pour encourager ce massacre et poster des photos de couches pleines sur Facebook et décrire publiquement ses propres déboires intestinaux ? Je ne pense pas.

Parent relou n°6 : le papa cool

Un jour, le papa cool a changé une couche et comme il n’en est pas mort, il s’est auto-proclamé allié féministe déconstruit. Anthropologue de tous les instants, le papa cool partage au quotidien ses constatations saisissantes avec un auditoire conquis : oui, les garçons ont le droit d’aimer le rose, on peut aussi se déguiser en princesse quand on est un papa, et les petites filles ne sont pas obligées de jouer à la poupée !

Je n’ai rien contre les pères qui se comportent normalement en présence d’êtres humains qu’ils ont sciemment mis au monde. Cela dit, moi quand je me targue de réflexions déconstruites, je suis immédiatement cataloguée comme une féministe aigrie, quand je partage un moment de tendre intimité familiale, je me fais taxer de mamoune et quand je dévoile un événement banal de mon quotidien maternel, personne ne s’extasie sur mes capacités parentales. Je ne suis peut-être pas jalouse du parent parfait, mais je ne peux pas en dire autant de ce faux jeton de papa cool.

Et vous ? Quel type de parent relou sur Internet êtes-vous ?

Crédit photo image de Une : Jonathan Borba from Pexels

À lire aussi : Ces petites phrases de merde qu’on sort aux parents, c’est un complot, non ?

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Parentalité

Parentalité
baby-clash-parents

Le baby-clash : quand le couple est en crise après la naissance d’un enfant

Clémence Boyer

22 sep 2021

Parentalité
mere-enfant-soleil-600

Ces 10 trucs que j’aime dans la parentalité (et je ne m’y attendais pas)

Manon Portanier

22 sep 2021

3
Féminisme
Galanterie – couple – sexisme

Le spectre de la galanterie hante encore les rapports hétérosexuels

Chère Daronne
couple-dispute-telephone-600

J’ai découvert que mon mec dit du mal de moi derrière mon dos, je fais quoi ?

Chère Daronne

22 sep 2021

14
Grossesse
accouchement-domicile-verticale

Pourquoi j’ai choisi l’accouchement à domicile pour mon premier enfant

Une madmoiZelle

21 sep 2021

Parentalité
how-i-met-your-mother

Sling, Yoyo et croûtes de lait : mais de quoi parlent vos potes qui viennent d’avoir un bébé ?

Manon Portanier

21 sep 2021

5
Grossesse
violences-obstetricales-documentaire-ovidie

Vous aviez raté le docu d’Ovidie sur les violences obstétricales ? Il est dispo sur YouTube !

Clémence Boyer

21 sep 2021

Parentalité
bébé-bras

« Je ne veux rien oublier » : pourquoi il faut retenir même les pires moments de la maternité

Manon Portanier

21 sep 2021

7
Spiritualité
fantôme-ombre

Ces histoires d’enfants flippants n’ont rien à envier aux pires films d’horreur

Manon Portanier

20 sep 2021

7
Témoignages
un trouple dans son quotidien
Sponsorisé

« Nadya est l’amoureuse de maman et aussi celle de papa » : parents et polyamoureux, ils racontent

La société s'écrit au féminin