Live now
Live now
Masquer
TikTok – jeunes – trigger – warning
Tech

TikTok lance de nouvelles fonctionnalités pour la santé mentale des plus jeunes

La santé mentale des plus jeunes se détériore et les réseaux sociaux n’y sont probablement pas pour rien. TikTok, l’une des applications les plus populaires chez les adolescents et adolescentes, sort une poignée de ressources pour les guider (et répondre à d’éventuelles critiques).

Sur TikTok, l’une des applications préférées des adolescents et adolescentes, un swipe vers le bas suffit à passer de la dernière danse virale aux recettes diététiques d’une influenceuse américaine prépubère. Si la plateforme est une source inépuisable de contenus éducatifs, divertissants et parfois même absurdes, on y trouve aussi beaucoup de contenus sensibles pour les jeunes audiences…

C’est d’ailleurs un peu pour cette raison qu’en début de semaine, tous les projecteurs étaient braqués sur Instagram. Dans un article, le Wall Street Journal dévoilait les rapports internes de Facebook concernant l’impact négatif de l’application sur la santé mentale des jeunes femmes.

Pour se prémunir du même bad buzz et en réponse au backlash, TikTok s’est empressé de proposer à ses centaines de millions d’utilisateurs et utilisatrices de nouvelles ressources pour gérer leur santé mentale et les protéger de certains contenus.

TikTok fera apparaître des informations sur des ressources d’aide locales et des contenus éducatifs dans sa barre de recherche.

Une pluie de Trigger Warnings

Challenges douteux et danses loufoques mis à part, TikTok offre également un large éventail de vidéos informatives postées par des jeunes créateurs comme par des professionnels autour de la santé mentale, du racisme, de l’homophobie et d’autres sujets du même genre. Mais ce type de contenus est à prendre avec des pincettes…

« Bien que nous n’autorisions pas les contenus qui encouragent, glorifient ou normalisent le suicide, l’automutilation ou les troubles de l’alimentation, nous soutenons les personnes qui choisissent de partager leurs expériences afin de sensibiliser le public, d’aider d’autres personnes en difficulté et de trouver un soutien au sein de notre communauté », peut-on lire dans l’introduction du communiqué publié par la plateforme le 14 septembre dernier.

TikTok proposait déjà des Trigger Warnings sur les vidéos aux contenus sensibles. Mais pour contrer davantage l’effet négatif que peuvent avoir certaines vidéos sur la santé mentale des plus jeunes et des personnes sujettes aux troubles alimentaires ou aux états dépressifs, l’application intègrera désormais des guides sur les « signes de difficulté », des conseils pour « créer des liens » et sur l’image corporelle et l’alimentation.

Un peu comme le fait déjà Google dans ses résultats de recherche lorsqu’un internaute dépressif lance une recherche sur les techniques pour se suicider, TikTok fera apparaître des informations sur des ressources d’aides locales et des contenus éducatifs dans sa barre de recherche.

L’efficacité des Triggers Warnings reste toute relative et à double tranchant.

Un coup d’épée dans l’eau ?

Les guides flambants neufs de la plateforme ont beau avoir été créés main dans la main avec des organisations expertes comme l’International Association for Suicide Prevention ou encore la National Eating Disorders Association, s’ils ne sont pas accessibles en un clic, il est peu probable qu’ils soient lus par plus d’une poignée de curieux. Pour y accéder, il vous faudra vous rendre dans une section de votre profil un peu enfouie — dans l’onglet sécurité —, là où personne ne met jamais les pieds…

Si la plateforme précise déjà que ses propres conseils ainsi que ceux prodigués par les utilisateurs ne sauraient se substituer à un diagnostic professionnel, pas sûr que cela soit suffisant pour convaincre une jeune audience impressionnable.

Quant aux Trigger Warnings, si leur utilité est indéniable pour protéger une partie des personnes face à des contenus pouvant réactiver leurs traumatismes, leur efficacité reste toute relative et à double tranchant.

Dans certains cas, des études ont même montré que ces avertissements pouvaient « augmenter la perception du traumatisme comme étant un élément central de l’dentité, ce qui peut aggraver l’impact du syndrome de stress post-traumatique à long terme ».

Il y a encore du boulot, donc.

À lire aussi : « Derrière nos écrans de fumée » : les réseaux sociaux modifient ce que vous pensez

Crédit photo : Cottonbro (Pexels)

Les Commentaires
1

Avatar de Esturgeon
16 septembre 2021 à 11h08
Esturgeon
Super intéressant le passage sur les trigger warning qui n'aideraient pas et auraient même potentiellement un impact négatif sur les personnes. J'espère qu'il y aura plus d'études à ce sujet, pour qu'on en sache plus.
Sinon la démarche de Tiktok semble être un pansement sur une jambe de bois, d'autant plus vu combien les guides vont être cachés.
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Tech

Tech
supprimer_un_message_messenger

Oui, on peut supprimer ses messages sur Messenger (et on vous explique comment) !

Océane Viala

20 oct 2021

10
Actu sexe
Femme surprise devant son écran d'ordinateur

Attention aux faux porno : le deepfake est de plus en plus accessible

Tech
Nokia-6310

C’est le retour du Nokia 6310, l’accessoire phare de la Y2K fashion

Eva Levy

17 oct 2021

Tech
Google News

Suivez Madmoizelle sur l’application Google News (Actualités) !

Eva Levy

14 oct 2021

Culture Web
Smartphone-instagram

Comment supprimer ou désactiver votre compte Instagram

Eva Levy

14 oct 2021

Parentalité
instagram-kids-facebook

Un « Instagram Kids » spécial moins de 13 ans ? Facebook suspend son projet controversé

Clémence Boyer

28 sep 2021

16
Tech
Femme- depression – iphone

Votre iPhone pourrait vous diagnostiquer une dépression, avec une cruelle ironie

Tech
le smartphone OnePlus Nord 2 5G
Sponsorisé

Enfin un smartphone chargé entièrement en 20 minutes !

Lifestyle
les avantage de la banque en ligne selon N26
Sponsorisé

4 raisons de choisir une banque en ligne

Voyages
telephone-portable-avion-600

Le mode avion en avion, c’est vraiment utile ?

Manon Portanier

05 août 2021

La pop culture s'écrit au féminin