Live now
Live now
Masquer
Taylor Swift en couverture du Time // Source : Times
Culture

Taylor Swift victime d’une prolifération de deepfakes pornographiques : il se passe quoi ?

Cette semaine, une vague de deepfakes pornographiques mettant en scène Taylor Swift a inondé les réseaux sociaux, suscitant l’indignation des « swifties » et attirant même l’attention de la Maison-Blanche. Alors que le Congrès américain est appelé à légiférer, la polémique met également en lumière le phénomène alarmant des deepfakes à caractère sexuel, principalement dirigés contre les femmes.

C’est l’une des femmes les plus puissantes du monde, et c’est sans doute ce qui lui vaut d’être la cible de créateurs de vidéos misogynes, humiliantes et traumatisantes. Artiste la plus écoutée dans le monde en 2023, personnalité de l’année selon le Times, Taylor Swift a été victime d’une usurpation d’identité à des fins pornographiques.

Les fans de Taylor Swift mobilisés

Depuis le 24 janvier, des images et vidéos de synthèse ultraréalistes générés par intelligence artificielle ont été diffusées massivement sur X (anciennement Twitter). Comme le rapporte RTL, l’une de ces vidéos a notamment été visionnée 50 millions de fois et est restée en libre accès pendant 24 heures, avant d’être supprimée. Acquis en octobre 2022 par le milliardaire Elon Musk, X a considérablement réduit ses équipes de modération, promouvant une liberté d’expression totale.

Face à cette prolifération de deepfakes, les « swifties » (les fans de Taylor Swift) ont lancé une mobilisation sans précédent en publiant massivement des extraits de concerts de Taylor Swift avec le message « PROTECT TAYLOR SWIFT », afin de noyer les contenus à caractère pornographiques. Plus de 200 000 publications de soutien ont été recensées.

Taylor Swift // Source : capture d'écran youtube
Taylor Swift // Source : capture d’écran youtube

Vers une législation efficace contre les deepfake ?

Contraint de prendre des mesures drastiques, X a choisi de bloquer toutes les recherches mentionnant le nom de l’artiste, que celles-ci fassent mention de pornographie ou non. Dans une déclaration à la BBC, Joe Benarroch, responsable des opérations commerciales de X, a expliqué qu’il s’agissait d’« une mesure temporaire, prise avec énormément de prudence, car nous accordons la priorité à la sécurité ».

Force est de constater que cette décision, dont on ne connait pas encore la durée, rend flagrant l’absence de mesures précises pour lutter contre le fléau des deepfake. À l’heure actuelle, aucune loi ne régit cette question aux États-Unis. À tel point que la Maison-Blanche a réagi en appelant le Congrès à légiférer au niveau fédéral afin de protéger les victimes de vidéos pornographiques générées par IA.

Les deepfakes sont une violence sexiste

Dans un article publié sur Numerama et relayé par RTL, la journaliste Lucie Ronfaut explique que les deepfakes sont l’un des modes d’expressions du sexisme et de la masculinité. Dans ce texte intitulé « Les deepfakes pornographiques n’existeraient pas sans les hommes », elle écrit : « Aujourd’hui, on réalise que l’immense majorité des applications délétères de ces technologies sont misogynes« , expliquant :

« Créer une vidéo pornographique d’une femme sans son consentement, ce n’est pas (forcément) vouloir tromper les internautes. C’est un désir de contrôle. Peu importe que ça soit pour de vrai ou pour de faux. Le traumatisme des victimes, lui, est réel. L’intérêt des hommes aussi. Pour humilier quelqu’un, se l’approprier, ruiner sa vie, même par curiosité.« 


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

1
Avatar de ShardsofaFox
2 février 2024 à 10h02
ShardsofaFox
Je trouve ça très inquiétant le Deepfake, j'ai appris récemment qu'il y a une série sur YouTube qui est uniquement constituée d'acteurs sur lesquels on plaque un visage d'acteur connu en Deepfake, et les acteurs en question... ne peuvent rien faire parce que c'est techniquement pas illégal. J'ai hâte qu'il y ait une réglementation là-dessus parce que franchement, ça devient très dangereux. Si même une star internationale milliardaire ou millionnaire (Taylor Swift, Nikki Minaj, Tom Holland) n'arrive pas à arrêter la prolifération de ce genre de truc, ça donne quoi quand on est une personne lambda ?
3
Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-02-29T155309.265
Culture

Netflix en mars 2024 : 7 films et séries incontournables

Xavier Dolan // Source : Shayne Laverdiere
Cinéma

Président d’Un Certain Regard à Cannes, Xavier Dolan veut se dédier à la « quête de vérité des films »

Judith Godrèche // Source : capture d'écran
Culture

#MeToo cinéma : pour Vincent Lindon, les violences sexuelles ne doivent « plus être la seule préoccupation des femmes »

6
Source : Stéphanie Branchu / Arena Films
Culture

Affaire Jacques Doillon : « gênée », Rachida Dati dénonce le report de la sortie du film « CE2 »

5
Source : Wikimedia Commons
Société

Palestine : Hunter Schafer arrêtée pour avoir manifesté avec des Juifs antisionistes

2
Dune 2 // Source : Warner Bros
Culture

Bonne nouvelle, Dune 2 est tout ce que vous attendez de lui (critique sans spoilers)

Source : Capture écran Instagram
Société

« Abrège frère » : accusé de misogynie, le Tiktokeur se défend

4
Source : Wikimedia Commons
Société

#MeTooGarçons : André Techiné accusé d’agression sexuelle par l’acteur Francis Renaud

Jacques Doillon // Source : URL
Culture

La sortie de « CE2 » de Jacques Doillon reportée après les accusations de violences sexuelles

Universal Studios 1
Cinéma

MeToo : She Said, le film sur l’enquête qui a révélé l’affaire Weinstein, est sur Netflix

1

La pop culture s'écrit au féminin