Live now
Live now
Masquer
sapin et lumières de noel
Témoignages

La belle rencontre qui m’a refait croire en la magie de Noël

Les fêtes de fin d’année, les guirlandes et le père de Noël, ce n’était pas la tasse de thé de cette lectrice… Jusqu’à cette rencontre qui a remis de la joie dans son mois de décembre.

Le 14 décembre 2017

La joie de Noël, quand on est une enfant avec une famille plutôt conséquente, ça peut paraître basique. C’est comme avoir deux yeux ou deux oreilles, on a l’impression d’être née avec le full package de la réjouissance de l’Avent.

Des souvenirs d’enfance heureux

J’ai une grande sœur, deux cousins et deux cousines avec lesquels j’ai systématiquement fêté le 24 au soir chez mes grands-parents paternels, dès mon plus jeune âge.

Souvent avec ma sœur, on traînait la patte. Comme dans chaque famille, il y a des fois où tu as plus envie que d’autres de la retrouver. Je me souviens même d’un soir où je voulais absolument voir la fin d’un épisode de Calamity Jane sur Ça cartoone. On arrivait toujours les derniers, ça faisait rire les autres, c’est presque devenu notre signature.

À minuit, le « Père Noël » (tour à tour : mon papi, mon père ou mes oncles, ce qui donnait un Père Noël tantôt âgé, tantôt immense, tantôt avec une moustache noire) passait déposer les cadeaux.

On bâclait chantait Petit Papa Noël, Mon beau sapin et en avant les cadeaux. Mes cousins gardaient les leurs intacts jusqu’à 0h05 et après bye, ils étaient réduits en miettes. Sur le coup, c’était infernal, et maintenant ça me fait beaucoup rire. On a gardé cette tradition (ainsi que celle du couscous du 26 chez mes grands-parents maternels, un choix de repas que je n’ai jamais su expliquer) jusqu’à ce que mon grand-père paternel décède. J’avais 8 ans.

Des événements familiaux qui transforment les fêtes

En y repensant, je reste persuadée qu’il était un pilier énorme pour notre famille et que sa mort a engendré tout un tas d’évènements qui ont fait que cette dernière est cordialement partie en couille.

Une partie de mes souvenirs de fêtes de fin d’année qui suivirent est extrêmement floue.

Ce qui est sûr en tout cas, c’est que l’envie n’y était plus vraiment… On a dû se retrouver ensemble deux, voire trois fois à Noël puis on a lâché l’affaire.

Plus tard, mes parents se sont séparés. Je pense que ce qui a réduit en miettes mes derniers restes de foi en Noël c’est le premier où je me suis retrouvée seule avec ma mère.

Mon père était officiellement parti. Ma sœur était restée dans la ville où elle faisait ses études supérieures, et je crois que c’était trop dur pour elle de rentrer. Sis’, il me semble qu’on en a jamais vraiment parlé mais si je me trompe, excuse-moi.

Quand la colère transforme Noël en moment de solitude

Ce soir-là, ma mère avait essayé de faire de son mieux, elle m’a emmenée voir un petit village décoré de manière adorable et féérique, et puis on a roulé en voiture à la recherche d’un resto, en vain. On s’est retrouvées devant la TV avec Arthur, des toasts et la gorge nouée.

Et on est finalement allées manger le dessert chez la sœur de mon père qui nous a gentiment accueillies et que j’embrasse tendrement.

C’est, à mon sens, le pire Noël que j’ai jamais passé, à cause de ce sentiment de solitude, d’injustice et de colère que j’ai ressenti.

Après ce jour, mes Noëls sont devenus amers et je me forçais à être dans un esprit festif, sans grande conviction. Vous savez, cette joie entendue tout à coup partagée par tout l’univers, juste parce que la période l’exige, qu’on finit par exécrer.

Ce moment où on se met à n’y voir que du commercial, de l’hypocrisie. Et que ça file littéralement la gerbe.

Des belles rencontres, et le retour de la joie de Noël

Ça n’a pas l’air comme ça, mais l’histoire se termine bien, rassurez-vous.

Il y a 6 ans, j’ai rencontré mon copain. Il a une famille incroyablement soudée. C’est d’ailleurs ce qui la caractérise le plus, à mon sens. Au premier repas face à cette grande tablée où ça parle fort, ça rit encore plus fort, ça crie, j’étais bouche-bée devant le spectacle.

Je me souviens d’ailleurs que mon beau-père me répétait souvent « Tu parles jamais, t’es timide ? ». La vérité c’est que face à un tel tourbillon, oui, j’étais une spectatrice abasourdie, amusée, mais muette.

J’ai vite appris que mon copain avait une grande sœur qu’il a perdue jeune. J’ai vu combien c’était difficile chaque année pour mes beaux-parents de garder le cœur à la fête alors que leur fille avait disparu, qu’elle leur manquait beaucoup ainsi qu’aux frères et sœurs.

Et pourtant ils n’ont pas eu peur de déverser encore plus d’amour, d’être encore plus soudés, d’être toujours plus généreux les uns envers les autres. Si c’est une famille parfaite ? Bien sûr que non. Mais c’en est une qui s’aime BEAUCOUP.

Au fil des ans, je me réjouissais de rentrer dans sa famille, je me demandais ce que j’allais bien trouver comme cadeau pour les surprendre et les gâter.

Ça m’a aussi donné davantage envie de passer du temps avec la mienne, et ça m’a ramené au plaisir fondamental : celui d’être ensemble.

pexels-bob-springbob-306864
Crédit photo : Bob Springbob54 / Unsplash

Les bonheurs simples qui m’ont rendu le goût des fêtes

Voici un extrait de tout de ce que j’apprécie maintenant à Noël :

  • L’émotion quand on se retrouve avec ma mère ou la famille de mon copain à la gare.
  • La montagne de gâteaux différents que ma mère fait à cette période.
  • Quand ma sœur râle gentiment parce qu’il en manque une sorte sur les douze.
  • Quand on fait le sapin le 24 chez les parents de mon copain et que je me pique les doigts (chez ma mère, on a le même sapin synthétique depuis que je suis née).
  • Quand ma sœur me tend son cadeau emballé à l’arrache et qu’elle dit « Il faut… m’excuser », comme Chandler quand il offre son cadeau pourri à Cathy dans Friends.
  • Quand mes grands-parents m’offrent la même boîte de chocolats tous les ans.
  • Quand mon beau-père me demande à chaque réveillon si je veux goûter une huître (NON).
  • Quand on pleure comme des madeleines avec ma belle famille sur le quai de la gare au moment où on part et qu’on fait un maxi câlin collectif.

C’est vrai, j’ai encore un peu les larmes aux yeux quand je chante Mon beau sapin. Mais je suis entourée par un tel océan de love, de tendresse et de joie que je me sens désormais à ma place pendant ces fêtes de fin d’année.

Alors vous qui lisez ces lignes, vous avez peut-être aussi perdu la hype de Noël. Au-delà de Noël — parce que ce n’est « qu’une fête » —, peut-être que vous avez surtout perdu la foi en l’esprit de famille.

Quelles que soient les raisons, si vous en avez envie, sachez que je vous envoie tout l’amour du monde, je pense à vous, et je croise fort les doigts pour que, comme moi, vous la retrouviez bientôt. 

À lire aussi : Non je ne fête pas Noël, oui je suis heureuse quand même, promis c’est possible

Crédit photo : Toni Cuenca / Unsplash

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
5

Avatar de Chlope
25 décembre 2018 à 15h01
Chlope
Pendant longtemps Noël m'indifférait un peu, ma famille n'a jamais été très à fond dedans. Ces dernières années j'étais plus motivée, sans trop de raison... mais cette année c'est difficile, m'étant faite larguée une semaine avant, je n'arrive pas à faire semblant d'être contente alors je fuis les conversations... pour finalement fuir tout cours et m'isoler dans ma chambre comme une lâche
1
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Daria Pimkina / Unsplash
Règlement de comptes

Lina, 1 863 € par mois : « Par rapport aux gens de mon âge, je me considère dans la moyenne très haute »

Photographie prise par Madmoizelle
Témoignages

De 15 à 75 ans, des manifestantes racontent pourquoi elles se mobilisent contre la réforme des retraites

Aïda Djoupa

01 fév 2023

3
cocktail sans alcool
Témoignages

J’ai fait le Dry january et après un mois, mon foie peut faire revenir l’être aimé

Aïda Djoupa

29 jan 2023

17
photo personnelle de la témoignante
Témoignages

En tant que gitane, je cherche ma place dans la lutte antiraciste

Aïda Djoupa

28 jan 2023

19
Celib_Eden_V
Témoignages

Eden, 25 ans : « Quand je parle de polyamour, les gens sont refroidis »

Aïda Djoupa

27 jan 2023

1
zino de groot
Règlement de comptes

Assia, 2 318 € par mois : « Je ne comprends pas pourquoi je suis toujours dans le rouge »

Aïda Djoupa

26 jan 2023

22
Kinga Cichewicz / Unsplash
Témoignages

J’ai un trouble dissociatif de l’identité et je mène plusieurs vies, en toute autonomie

Aïda Djoupa

25 jan 2023

10
SEGP
Témoignages

« Je croyais que j’avais des besoins sexuels énormes » : le tabou du syndrome d’excitation génitale permanente

Aïda Djoupa

24 jan 2023

4
Pexels / George Milton
Témoignages

Vous avez des choses à dire à votre ex ? Participez à notre podcast sur les ruptures

Aïda Djoupa

23 jan 2023

celib_visuel_V
Témoignages

Estelle, 45 ans : « J’ai fait un enfant seule, j’ai acheté un appart seule, j’ai fait le tour du monde seule »

Aïda Djoupa

20 jan 2023

11

Témoignages