Live now
Live now
Masquer
[Site web] Visuel horizontal Édito (9)
Livres

Rivalité féminine, violences médicales, #MeToo : trois livres à lire ce mois-ci

Une fois par mois, Madmoizelle décrypte pour vous une sélection de livres écrits par des femmes à ne surtout pas manquer. Cette semaine au programme : « Rivales », un essai pour en finir avec la rivalité féminine par Marie-Aldine Girard, « Les patientes d’Hippocrate », par Maud Le Rest et Eva Tapiero qui démontrent comment la médecine maltraite les femmes et« Moi aussi : MeToo, au-delà du hashtag », ouvrage collectif pour interroger ensemble les limites et horizons du mouvement. 

Comment la médecine maltraite les femmes

Les patientes d’Hippocrate

Attendez-vous à voir rouge après la lecture de cet essai aussi alarmant que nécessaire. Avec Les patientes d’Hippocrate (Philippe Rey, 10/2022) les journalistes Maud Le Rest et Eva Tapiero démontrent le caractère systémique des violences médicales, détaillant les biais de genre qui pèsent sur la santé des femmes et les conséquences dramatiques qui peuvent en découler. Infantilisation, désintérêt pour les maux du corps féminin, minimisation des douleurs, renvoi à un facteur psychologique, culpabilisation… : les femmes font, depuis toujours, l’objet de maltraitances d’un corps médical pétri d’idées reçues sexistes. Parce qu’elles seraient hystériques, angoissées, hypocondriaques, ou encore trop sensibles, les femmes et leur santé continuent, au mieux, à ne pas être prises au sérieux. S’appuyant sur des rapports officiels, études chiffrées, mais également sur des témoignages fils rouge, l’ouvrage traite autant des errances médicales face à l’endométriose que des retards de diagnostics de l’infarctus ou de l’autisme, en passant par les violences gynécologiques et obstétricales. On est glacé par l’enfer qu’a vécu Marie pendant son accouchement, maintenue couchée de force par une sage-femme qui ne lui explique rien, tente d’ouvrir son col de l’utérus manuellement alors même qu’elle n’a pas de péridurale, et lui hurle qu’elle ne sait pas pousser et va finir par tuer son bébé.  Mais aussi par l’errance d’Anne-Marie, ses souffrances et les commentaires d’une misogynie crasse qu’elle doit encaisser avant que sa vestibulite (une inflammation aiguë de la vulve) ne soit diagnostiquée. Un panorama révoltant qui révèle que les préjugés sexistes se doublent parfois de préjugés racistes, imposant une double peine aux femmes racisées. « Karima s’était entendu dire par un agent d’accueil, alors qu’elle se présentait calmement à la clinique pour son accouchement, qu’elle était « bien calme parce que d’habitude les gens comme elle se roulent pas terre ». Puis, alors qu’elle se plaignait de la douleur d’une injonction, elle avait entendu un infirmier lui asséner que « Celles-là, elles en font toujours trop », rapportent ainsi les autrices. Une enquête aux allures d’électrochoc, abordée avec beaucoup de pédagogie et qui, au-delà de la dénonciation de ces discriminations, propose des pistes de réflexion pour, enfin, changer les choses.  

*Les patientes d’Hippocrate, par Maud Le Rest et Eva Tapiero, Philippe Rey, 224 P., 20 €.

À lire aussi : Rentrée littéraire : 3 premiers romans à lire d’urgence

#MeToo, cinq ans après

Metoo

Cinq ans après l’explosion de #MeToo, Rose Lamy – dont on avait déjà adoré le premier livre Défaire le discours sexiste dans les médias (Lattès) – a réuni un collectif de neuf femmes et autrices qui portent toutes un regard singulier sur cette révolution féministe. Chacune apporte sa réflexion dans Moi aussi, MeToo au-delà du hashtag, paru récemment chez Lattès, interrogeant les limites comme les horizons du mouvement, mais aussi ce qu’il a changé dans nos sociétés. De Camille Froidevaux-Metterie à Louz, en passant par Rokhaya Diallo, Angèle, Lexie ou Christelle Murhula, cet essai choral, entre témoignage intime et enquête, est bien loin du classique « livre anniversaire ».  Résistance des milieux culturels, analyse des reproches contre le « tribunal médiatique » des réseaux sociaux ou du procès en appel d’Amber Heard, récupération du mouvement par l’extrême droite, réhabilitation de l’héritage de Tarana Burke, décentralisation de notre regard sur #MeToo… : l’ouvrage soulève des questions passionnantes sur un mouvement loin d’être épuisé. « Nous n’en sommes qu’au moment élitiste de la libération en cours, un moment réservé aux catégories jeunes, urbaines et favorisées. Il nous reste encore à accomplir le virage de l’inclusivité pour prolonger la dynamique émancipatrice dans toutes les strates de la société », écrit notamment Camille Froidevaux-Metterie quand Rokhaya Diallo rappelle que « la libération de toutes les femmes passera par la libération de celles qui sont confrontées aux plus graves exclusions ». Un livre bouillonnant que l’on peut lire d’une traite ou picorer, pour penser ensemble la suite de cette révolution. 

*Moi aussi : MeToo, au-delà du hashtag, sous la direction de Rose Lamy avec les textes d’Angèle, Rokhaya Diallo, Elvire Duvelle-Charles, Camille Froidevaux-Metterie, Rose Lamy, Lexie, Louz, Christelle Murhula et Reine Prat, 195 P, 19€. 

À lire aussi : Cinq ans après, la « révolution #MeToo » n’est-elle qu’une chimère ?

En finir avec la rivalité féminine

Capture d’écran 2022-11-21 à 23.35.24

« Il n’y a rien de pire que les femmes entre elles », « Les femmes sont des langues de vipères »… : ces affirmations, nous les avons entendues toute notre vie. Car cette idée de rivalité féminine, aussi stéréotypée soit-elle, est profondément ancrée dans la société. Avec Rivales (Flammarion, 10/2022), la journaliste Marie-Aldine Girard – déjà autrice avec sa sœur jumelle du bestseller, La femme parfaite est une connasse (Flammarion) – décortique ce concept et ses manifestations, levant ainsi le voile sur un tabou. À l’heure de la nécessaire sororité, aborder la jalousie ou les rivalités féminines pourrait être perçu comme un acte de traitrise à la cause féministe. Pourtant, écrit l’autrice « parler de cette violence symbolique place enfin la femme au cœur de notre réflexion ». S’appuyant sur de très nombreux témoignages, mais aussi sur sa propre histoire, elle met à jour les racines et les mécanismes de cette rivalité qui peut s’exprimer dès l’enfance, puis, dans notre vie amoureuse, familiale, amicale, mais aussi au travail. La clé de voûte du concept repose évidemment sur la société patriarcale. Même si les temps changent, cette dernière induit une méfiance et une compétition perpétuelle entre les femmes – pour être la plus jolie, la plus sexy, la meilleure mère… – dont les hommes seraient les éternels arbitres. Aggravant par là même un déficit de confiance, pétri des injonctions parfois paradoxales dont on nous abreuve, qui nourrit ce besoin de se comparer sans cesse. Par ailleurs, dans un monde professionnel encore dominé par les hommes, « nous nous battons pour une toute petite part du gâteau (…) les autres femmes deviennent alors des rivales, c’est systémique ». Avec ce livre touchant, qui met les pieds dans le plat, Marie-Aldine Girard signe une très intéressante réflexion – dont on ne partage pas la totalité des analyses – sur un sujet peu abordé. Et donne une multitude de pistes pour une réelle sororité. À signaler aussi sur la question, un ouvrage parfaitement complémentaire, paru au même moment, En finir avec la rivalité féminine (Les Arènes) d’Elisabeth Cadoche et Anne de Montarlot. 

*Rivales, par Marie-Aldine Girard, Flammarion, 217 P., 18€.

À lire aussi : L’incroyable Les femmes du lien est à mettre entre toutes les mains !


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Les Commentaires

1
Avatar de TheFool2
2 mars 2023 à 13h03
TheFool2
Ce sujet est dédié aux réactions concernant cet article :
Rivalité féminine, violences médicales, #MeToo : trois livres à lire ce mois-ci
Il semblerait qu'il y ait une polémique sur le livre "Rivales" qui serait inspiré du sommaire détaillé envoyé par Racha Belmehdi (Rivalité nom féminin" aux éditeurs de ce livre ci lorsqu'elle cherchait à publier le sien, déjà écrit.
Source : https://www.instagram.com/p/CpR3P67DhiS/?igshid=YmMyMTA2M2Y=
2
Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

Copie de [Image de une] Horizontale (6)
Culture

3 nouveaux livres d’Audrey Ouazan en avant-première

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Source : Juliette Leigniel
Livres

Relations amoureuses : comment la ville a « uberisé » l’amour ?

3
Maryse Condé photographiée lors du Calabash Literary Festival 2007 // Source : Creative Commons : Georgia Popplewell via Flickr
Livres

Maryse Condé, grande autrice guadeloupéenne, aura-t-elle un hommage national ?

6
Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Éditions Atelier de la Belle Étoile
Daronne

Et si vous souteniez le livre jeunesse « Zaza, queen de la bibliothèque » ?

livres_feministes // Source : URL
Livres

Les cinq essais féministes à lire absolument ce printemps

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1

La pop culture s'écrit au féminin