Quand est-ce qu’on est assez « riche » pour avoir un enfant, au juste ?


Vous voulez savoir combien ça coûte vraiment d'avoir un enfant ? Vous êtes au bon endroit !

Quand est-ce qu’on est assez « riche » pour avoir un enfant, au juste ?Jomjakkapat Parrueng / Unsplash

Alors, écartons tout de suite tout malentendu en disant qu’on n’est pas là pour évaluer vos comptes en banque et dire si oui ou non vous pouvez vous permettre d’avoir des enfants. Avoir envie d’avoir des enfants et se sentir prête à les entourer d’amour, c’est ça qui est important. Mais quand même, peut-être que vous vous demandez combien ça va vous coûter cette affaire.

Alors, pour vous aider à y voir plus clair, on a décidé de vous aider à estimer la taille du trou dans votre compte en banque que votre futur mouflet pourrait creuser. Et vous allez voir, selon les choix que vous faites pour lui, cela peut varier énormément.

1) Santé, suivi de grossesse et accouchement : combien ça coûte ?

Théoriquement, vous ne devriez pas dépenser d’argent en France pour votre suivi de grossesse et votre accouchement. Tous les examens obligatoires sont pris en charge à 100%. Merci la sécu !

Et à partir du 6e mois, tous vos frais médicaux remboursables (pharmacie, analyses, examens de laboratoire, hospitalisation, etc.) sont pris en charge à 100% sans avance de frais à faire, qu’ils soient ou non en rapport avec la grossesse.

Même chose pour l’accouchement et le séjour à la maternité, ils sont pris en charge à 100% par la sécurité sociale.

Seules exceptions :

  • Si vous décidez d’accoucher dans une clinique privée, où les dépassements d’honoraires resteront à votre charge.
  • Les frais pour confort personnel (chambre individuelle, télévision) ne sont pas pris en charge.
  • Si vous décidez d’accoucher en maison de naissance ou à domicile, la sécurité sociale rembourse environ 300€. Selon les dépassements d’honoraires facturés par votre sage-femme ou l’établissement, il est probable que vous deviez en financer une partie vous-même.

Votre mutuelle peut toutefois vous rembourser une partie ou la totalité des frais engagés.

En outre, si vous souhaitez une préparation à la naissance spécifique (en piscine par exemple) ou avoir recours aux médecines alternatives pendant votre grossesse (ostéopathie, acupuncture, etc.), vous devrez piocher dans vos économies.

Après la naissance, vous bénéficiez aussi d’une prise en charge à 100% pour deux visites à domicile (en cas de sortie précoce), une consultation postnatale (6 à 8 semaines après l’accouchement) et des séances de rééducation du périnée.

Concernant votre bébé, là aussi, les examens de suivi obligatoire et les divers vaccins, médicaments ou compléments qu’il doit recevoir (comme la Vitamine D) sont pris en charge à 100%.

Par contre, vous allez vite voir que la pharmacie devient un monde de tentation quand on est jeune parent :

«Oh, incroyable ! Une nouvelle crème pour protéger ses petites fesses des irritations ! Est-ce que ces probiotiques n’aideraient pas notre enfant à avoir moins mal au ventre ? Ce gel ne soulagerait-il pas ses poussées dentaires ? »

VADE RETRO SATANA ! Tout ceci n’étant pas remboursé, ça peut chiffrer vite. En tout cas, c’est fou comme notre pharmacienne a l’air de nous aimer depuis qu’on a eu un bébé.

2) Équipements de puériculture : que doit-on acheter pour bébé ?

Le marketing de la puériculture essaye de vous faire croire que pour être un bon parent, vous avez besoin de plein de trucs. En vrai, un bébé a des besoins très basiques : manger – dormir – être propre et au chaud (et potentiellement être transporté en sécurité).

La liste des accessoires indispensables à acheter pour accueillir un bébé est donc relativement réduite et finalement, l’investissement nécessaire avant la naissance pas si important que ça, surtout si vous récupérez des trucs auprès de la famille ou des copains, sur Vinted ou Le Bon Coin.

Alors, démarrons par la bouffe. Si votre bébé n’est pas allaité, vous allez avoir besoin de biberons, au moins quatre. Cela devrait vous coûter une trentaine d’euros avec les tétines.

Acheter un lit bébé : quel coût ?

Pour dormir, il va vous falloir un lit et un matelas. Si vous pouvez en récupérer un d’occasion sans souci, mieux vaut vérifier que le matelas est encore bien ferme. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez en racheter un.

Vous pouvez trouver des packs lit + matelas + drap pour une centaine d’euros chez notre ami suédois.

Certains parents investissent aussi dans un couffin, un berceau ou un lit cododo, pour que le bébé puisse dormir près d’eux et se sentir plus contenu. Là, si vous arrivez à vous en faire prêter un, c’est le top, parce que cela ne servira que quelques mois.

Baignoire pour bébé et table à langer : combien ça coûte ?

Côté propreté, si vous avez la chance d’avoir déjà une baignoire chez vous, vous n’avez pas forcément besoin de grand-chose d’autre. (On peut aussi laver un bébé dans un évier, une bassine, ou sous une douche, hein, mais c’est plus galère.) Un transat de bain peut toutefois vous éviter de vous péter le dos, et ça on en trouve en brocante ou sur Le Bon Coin à 5€.

Théoriquement, vous n’avez pas besoin d’une table à langer pour changer les couches de votre enfant, ça peut être fait sur un lit, un canapé, par terre ou sur une commode. Dans les faits, c’est quand même cool d’avoir un espace prévu pour, à la bonne hauteur, avec un matelas facile à nettoyer et des rebords pour dissuader le bébé de descendre en rappel.

Vous trouverez des ensembles table + matelas à langer à partir de 50€ chez le champion du meuble en kit et des boulettes. Mais là aussi, l’occasion est votre amie, n’hésitez pas !

En plus, d’être propre, un bébé doit être gardé à la bonne température, donc cela implique de lui mettre des vêtements, le jour et la nuit, on en parle dans le point suivant.

Poussette, écharpe de portage, siège-auto : quel budget prévoir ?

Enfin, un enfant doit pouvoir être transporté en sécurité. Cela implique potentiellement d’avoir une poussette et/ou un moyen de portage (écharpe, porte-bébé, etc.) pour pouvoir l’emmener avec vous dans vos déplacements. Et là, soyons clairs, une poussette, ça coûte cher : comptez au moins 150€ pour du neuf. Heureusement, il existe plein de parents qui revendent les leurs d’occasion.

Pour les moyens de portage, vous pouvez trouver des écharpes ou sling de bonne qualité à partir de 40€. Ensuite, à vous de poncer les tutos YouTube pour apprendre à bien placer votre bébé dedans et à faire des nœuds.

Si vous avez une voiture, vous aurez besoin d’un siège auto conçu pour les bébés. C’est sans doute le seul truc avec le matelas qu’il faut acheter neuf (sauf si vous en récupérez un auprès de quelqu’un de confiance dans votre entourage et qu’il peut vous certifier qu’il n’a jamais eu d’accident – même petit -, car au moindre choc, il y a un risque que le siège soit endommagé, et donc moins efficace).

Le site Securange permet de se renseigner sur les sièges auto les plus efficaces, selon le poids de l’enfant. Les prix varient énormément en fonction des options que vous choisissez (compatible avec une poussette ou pas, système d’accroche dans la voiture, etc.), mais vous en aurez au minimum pour 100€.

Si vous n’avez pas de voiture, parce que vous vivez en ville par exemple, ça peut quand même être malin d’avoir votre propre siège auto, lorsqu’il faudra par exemple filer aux urgences en taxi un dimanche soir avec votre bébé tout neuf dont la fièvre ne baisse pas malgré le paracétamol.

En-dehors de ces essentiels, qui devraient donc vous coûter plusieurs centaines d’euros, il y a des accessoires « nice to have » : tapis d’éveil ou transat pour poser le bébé quand il est réveillé, quelques trucs à mâchonner lors des poussées dentaires, une chaise haute quand il ou elle commencera à manger des purées, une veilleuse pour sa chambre, un fauteuil confortable pour allaiter… Là aussi, pensez à l’occasion !

3) Quels vêtements prévoir pour bébé et combien ça coûte ?

Un bébé grandit à toute vitesse, alors si vous pouvez récupérer les vêtements de ses cousins ou des enfants de vos potes, c’est vraiment la meilleure option. Bon, sauf s’ils ont des goûts de chiotte évidemment, mais votre bébé ne vous en voudra pas d’être habillé comme l’as de pique sur toutes les photos de son enfance.

Sinon, si vous voulez acheter des vêtements neufs, il existe des prix très variables selon les marques, alors c’est un peu compliqué de vous donner un ordre de grandeur. Mais on va bosser pour un prochain article sur le trousseau idéal du bébé selon la saison. Eh oui, un lardon né en été aura moins besoin de gros pulls chauds qu’une crevette née en hiver.

Globalement, vous allez avoir besoin au début d’une petite dizaine de bodys manches longues et de pyjamas – ça se salit à la vitesse de l’éclair ces trucs. De deux gigoteuses pour la nuit (en cas de vomi impromptu ou de fuite de pipi), de deux pulls chauds, d’un bonnet, d’une paire de chaussons et roulez jeunesse ! En neuf, vous pourrez trouver tout ça pour environ 100€ chez des enseignes comme Kiabi ou H&M.

Après, vous pourrez acheter un peu plus de “vrais vêtements” : pantalons et tee-shirts, mais pendant les 2 ou 3 premiers mois, ce n’est clairement pas indispensable.

4) Lait et petits pots : combien ça coûte de nourrir un bébé ?

Si vous allaitez votre bébé, vous n’aurez pas d’argent à dépenser pour le nourrir. Enfin, il faudra peut-être vous équiper un peu pour l’allaitement (crème anti-crevasses, coussinets d’allaitement, etc.) Mais normalement, cela ne devrait vous coûter que quelques dizaines d’euros. Sachez que vous pouvez vous faire prescrire un tire-lait en location pour éviter d’avoir à en acheter un vous-même.

Précisons toutefois que l’allaitement risque de vous donner une GROSSE DALLE. Genre, comme celle de 5 heures du matin au retour d’une soirée où vous n’avez bouffé que des chips. Il y aura donc peut-être un peu plus d’argent à dépenser dans vos courses alimentaires (en même temps, avec la grossesse, vous aurez déjà de l’entrainement).

Si vous décidez de donner des biberons à votre bébé, sachez qu’une boite de lait en poudre coûte entre 10 et 20€ (selon le type de lait : bio, anti-reflux, etc.) et qu’elle dure environ une semaine quand le bébé ne prend que cela (jusqu’à ses six mois environ).

Vous allez donc débourser au minimum 40€ par mois pendant les six premiers mois, rien que pour le lait. Il faudra aussi rajouter un peu d’argent pour acheter de l’eau minérale pour préparer les biberons (sauf si vous préférez utiliser de l’eau du robinet, ce qui est aussi tout à fait possible).

Entre 4 et 6 mois, votre bébé va commencer à manger des purées et compotes, puis des yaourts, biscuits et autres fromages. Il va aussi se mettre à prélever sa taxe sur le contenu de votre propre assiette.

Si vous avez la foi, vous pouvez préparer ses purées et compotes vous-mêmes, et à ce moment-là, il faudra juste rajouter quelques légumes et fruits supplémentaires à votre panier de courses de la semaine. Mais vous pouvez aussi acheter des petits pots, alors voici une idée des tarifs :

Chez Babybio, par exemple les petits pots de légumes ou fruits de 130g (adaptés aux débuts de la diversification alimentaire), coûtent environ 1,20€ pièce. Et il vous en faudra trois par jour au début : un pour la purée du midi et deux compotes pour le midi et le goûter. Soit 3,60€ par jour = 108€ par mois. À cette somme vient s’ajouter le lait que le bébé continuera à boire pour compléter les repas.

Puis les quantités de purées ingurgitées vont augmenter, et votre petit ogre vous coûtera de plus en plus cher en bouffe. À partir d’un an ou dix-huit mois selon les enfants, il peut manger à peu près comme vous, juste beaucoup plus salement.

5) Acheter des couches pour bébé : combien ça coûte par mois ?

Avant d’avoir un enfant, je n’imaginais pas le nombre de couches qu’un bébé pouvait utiliser chaque jour. Allez, dites un chiffre pour voir… 2 ? 4 ? 6 ?

Au début et jusqu’à 8 mois, comptez plutôt entre 7 et 10 couches par 24h. Le nombre décroît ensuite jusqu’à atteindre environ 4 couches vers deux ans.

Le prix des couches variant entre 15 et 80 centimes (selon leur taille et les marques), cela devrait vous coûter au minimum 40€ par mois.

Il existe une autre option que les couches jetables : les couches lavables. Là, il vous faudra plutôt investir pas mal d’argent au début pour en économiser ensuite.

En effet, vous aurez besoin de couches lavables dans plusieurs tailles, et d’un certain nombre d’exemplaires pour pouvoir garder votre bébé au sec dans l’intervalle entre deux lessives. Bon, l’avantage, c’est que si vous les entretenez bien, vous pourrez probablement les réutiliser pour un prochain enfant. Et puis, la planète vous dira merci.

En moyenne, si vous voulez que votre enfant soit en couches lavables dès la naissance, il vous faudra débourser au moins 500 € pour acheter suffisamment de couches neuves. Mais pour faire baisser la facture, il est tout à fait possible d’acheter des lots de couches d’occasion, de les revendre ensuite ou de les coudre vous-même.

6) Mode de garde : un budget important pour les familles

Allez, on continue avec un gros morceau : avoir un bébé, ça coûte cher, parce qu’il faut bien que quelqu’un s’en occupe pendant que vous gagnez de l’argent pour payer tout ce dont ledit bébé a besoin. Et aussi parce que certaines personnes ont tout simplement envie de continuer à exercer leur boulot après la naissance et que cela implique de pouvoir confier son bébé à d’autres adultes.

Si les grands-parents ne sont pas motivés, disponibles et à proximité, vous avez trois options principales avant l’entrée à l’école.

Combien ça coûte de mettre son bébé à la crèche ?

Globalement, la crèche publique ou associative reste le mode de garde le moins cher, en particulier pour les parents qui ont des petits revenus. Le seul problème : c’est galère d’avoir une place.

Le montant payé par les familles dépend de leurs revenus et du nombre d’enfants qu’elles ont à charge. Cela peut varier d’environ 100€ par mois à sortir de votre poche jusqu’à 600€ pour les familles les plus aisées.

Pour les crèches privées d’entreprise, le tarif est sensiblement le même, car votre employeur prend en charge une partie des frais.

Pour les (micro)-crèches privées, cela peut vous coûter plus cher, il faut faire des simulations auprès des établissements qui vous intéressent pour en savoir plus.

Plus d’infos sur le coût d’une place en crèche dans cet article.

Combien ça coûte de faire garder son bébé par une assistante maternelle ?

Le salaire moyen des assistants et assistantes maternelles est de 3,52€ net par heure, mais celui-ci varie beaucoup selon les régions. La CAF prend en charge les cotisations sociales et patronales à 100%, vous n’avez donc rien à débourser de plus.

À ce salaire net, viennent s’ajouter des frais d’entretien d’environ 3€ par jour (mais là aussi, cela varie beaucoup selon le lieu d’habitation).

Les parents touchent ensuite des aides (le complément de libre choix du mode de garde (CMG) qui varie entre 178€ et 470€ selon les revenus) et ont droit à un crédit d’impôt égal à 50% des dépenses engagées, dans la limite de 1.150 € par enfant.

Pour en savoir plus : on a aussi fait un article sur le coût d’une assistante maternelle.

Combien ça coûte de faire garder son bébé à domicile ?

Si vous optez plutôt pour l’embauche d’une personne qui va venir garder votre enfant à domicile, sachez que c’est l’option la plus onéreuse. Vous pouvez toutefois alléger la facture en trouvant une autre famille partante pour faire une garde partagée.

Le salaire horaire minimum brut que vous devrez verser est de 10,52€. Un montant auquel il faudra ajouter des cotisations patronales en tant qu’employeur. Heureusement, la CAF prend en charge au moins 50% des cotisations sociales de votre employée.

Comme dans le cas du recours à un ou une assistante maternelle, les parents peuvent également percevoir des aides : complément de libre choix du mode de garde et crédit d’impôt.

Pour en savoir plus sur le coût de la garde à domicile, rendez-vous sur cet article.

7) Côté revenus : avoir un bébé va-t-il me faire perdre de l’argent ?

Avoir un enfant n’a pas qu’un impact sur vos dépenses, cela peut aussi faire diminuer vos revenus. D’abord parce que vous allez forcément vous arrêter de travailler à un moment ou un autre pour accoucher.

Si vous vivez en France et êtes salariée ou au chômage, vous avez le droit à un congé maternité de 16 semaines pour un premier enfant (6 semaines avant la naissance, 10 semaines après).

Pendant cette période, vous allez percevoir des indemnités de la part de l’Assurance maladie, mais si vous êtes bien payée, celles-ci peuvent être inférieures à votre salaire mensuel. Ainsi, le montant maximum de l’indemnité journalière pour la maternité est de 89,03 € par jour, soit environ 2.670€ sur le mois, dont il faudra déduire 21 % de charges. Il y a un simulateur pour calculer à combien d’argent vous avez le droit.

Heureusement, de nombreuses conventions collectives prévoient le maintien de salaire (partiel ou total) pendant le congé maternité. Ça vaut le coup de se renseigner auprès de son employeur.

Quant au congé maternité des indépendantes, il a été (enfin) aligné en termes de durée sur celui des salariées. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez bénéficier d’une allocation forfaitaire et d’indemnités journalières qui sont fonction de vos revenus habituels déclarés à l’URSSAF. Plus d’infos sur le site de l’Assurance maladie.

À l’issue de ces 16 semaines, vous pouvez retourner travailler ou prendre un congé parental pour passer plus de temps avec votre bébé. Chaque parent a le droit de percevoir pendant six mois une allocation mensuelle de 397€. Si vous reprenez le travail à temps partiel, vous avez aussi le droit à une allocation, mais d’un montant inférieur.

Forcément, par rapport à un salaire, ça ne pèse pas lourd… Mais selon le mode de garde que vous trouvez pour votre enfant, cela peut être financièrement plus intéressant.

8) Toutes les autres dépenses liées à l’arrivée d’un enfant…

Plus on avançait dans cet article, plus on découvrait de nouvelles dépenses auxquelles nous n’avions pas pensé au premier abord. Par exemple, si vous devez déménager pour avoir une pièce de plus pour votre enfant, forcément cela représentera un coût non négligeable. Même chose si vous devez changer de voiture, ou dépenser plus d’essence pour aller le déposer chez son assistante maternelle tous les matins. Et les jouets ? Vous y avez pensé aux jouets ?

Et quand on a commencé à quitter la petite enfance et à se projeter sur le long terme, c’est devenu presque flippant :

La garderie après l’école, la cantine, les activités extrascolaires, le centre aéré pendant les vacances, les vêtements et les chaussures, les cadeaux pour les anniversaires des copains… Et mettre de l’argent de côté pour ses études, faut démarrer maintenant à votre avis ?

Bref, avoir un enfant, ça coûte cher à l’échelle d’une vie, mais la bonne nouvelle, c’est qu’en France, il existe pas mal d’aides financières et de trucs indexés sur les revenus pour aider les parents à subvenir aux besoins de leurs enfants, quelle que soit leur situation personnelle. Ce n’est pas parfait bien sûr, mais c’est quand même un soulagement !

Cet article, déjà beaucoup trop long, n’est clairement pas exhaustif, alors pour avoir une meilleure idée de l’impact d’un enfant sur un budget, n’hésitez pas à aller lire notre série d’articles « Règlement de comptes » : où des vrais couples dévoilent leur vrai budget.

À lire aussi : Test : êtes-vous avec la bonne personne pour faire un enfant ?

Clémence Boyer

Clémence Boyer


Tous ses articles

Commentaires

hellopapiméquépasa

petit tips pour les jeux l'association "rejouer"qui retape des anciens jeux.On en a pris pour notre crèche et c'est des jouets beau,en bois,qui tienne bien...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!