Live now
Live now
Masquer
pub-debat-empathie-feel-good
Culture

Quand deux personnes que tout oppose s’attablent autour d’une bière…

Que se passe-t-il quand deux personnes aux opinions diamétralement opposées se retrouvent dans la même salle, forcées de travailler ensemble ? Et que se passe-t-il lorsqu’elles apprennent les convictions de l’autre ?

Prenons deux personnes aux opinions frontalement opposées.

Comme par exemple une femme trans et un homme qui estime que « si on naît homme, on est un homme, c’est comme ça ». Ou une féministe et un homme qui pense que les féministes sont misandres. Ou encore un écolo convaincu et un mec persuadé que le changement climatique n’existe pas.

À lire aussi : 15 mauvaises raisons de ne pas être féministe

Mettons-les dans la même pièce, faisons-les travailler ensemble à une tâche simple, comme assembler des éléments pour construire un meuble. Puis montrons-leur ce que l’autre pense des « gens comme vous ».

Vous vous demandez ce que ça donnerait ? Heineken l’a fait.

La publicité Worlds Apart d’Heineken

https://youtu.be/8wYXw4K0A3g

Trois duos bâtissent ensemble un bar. Ensuite, une vidéo présentant leurs opinions politiques est projetée contre un mur. C’est le moment gênant : ces inconnu•es se rendent compte que tout les oppose.

Un choix final leur est présenté. Ils peuvent partir chacun de leur côté, ou s’attabler autour d’une bière pour discuter. Et bien sûr, comme c’est une pub Heineken, ils décapsulent une bouteille de blonde et commencent à échanger.

Il est possible que ce soit des acteurs, ce qui rendrait la chose moins spontanée mais ne changerait rien au message final, à bien réfléchir.

Open your world, c’est le slogan de la marque, parce qu’« ouvrir une Heineken c’est consommer une bière vendue dans le monde entier ». Mais ici, le monde dont on parle est impalpable, on ne peut pas en faire le tour. C’est celui des idées, des émotions.

De l’importance du dialogue

Même si j’avais vu venir le dénouement de cette pub, je l’ai trouvé très chou. On sent que les personnes sont gênées, ne veulent pas revenir sur leurs opinions mais ne veulent pas non plus que l’autre se sente agressé•e ou craigne qu’on ne leur saute à la gorge.

— Dans mon éducation, les choses étaient toutes blanches ou toutes noires. Mais ça ne correspond pas à la vraie vie. — Oui, je suis juste… moi-même !

Les personnes qui n’ont pas les mêmes opinions que nous ne sont pas forcément nos ennemies. Parfois, c’est une question d’éducation, de préjugés, de crainte.

Tout le monde n’a pas accès à la même ouverture d’esprit, aux mêmes ressources pour se mettre dans les pompes de quelqu’un ayant une vie très différente. Avant de hurler, pourquoi ne pas commencer par se parler ?

« Quand on veut convaincre quelqu’un, le plus simple c’est de s’assoir autour d’une bière. »

Je suis une jeune femme féministe engagée contre les clichés en tous genres, très body-positive et autres convictions qui font que mes dîners de famille ne sont pas toujours de longs fleuves tranquilles.

À lire aussi : Survivre à Papiraciste et Tatiemophobe pendant les fêtes de fin d’année

Mais je ne suis pas une blanche colombe n’ayant jamais eu la moindre pensée discriminatoire, n’ayant jamais perpétué la moindre idée reçue nauséabonde. J’ai été une fille qui n’aime pas les filles, j’ai effectué des raccourcis sexistes, j’ai rejeté la solidarité féminine

Et si, à l’époque, on m’avait engueulée, ou traitée avec mépris, je n’aurais pas changé d’avis. Ce qui a marché, ça a été le dialogue.

« À mort le patriarcat ! »

Alors oui, c’est une pub, oui, le but est de vendre de la bière, mais je la trouve chouette, moi, cette pub. Elle me fait me dire que le prochain mec qui me dira « Ah ouais t’es féministe, t’es une FEMEN alors, montre tes seins », bah j’irai peut-être lui parler, en fait.

À lire aussi : Typologie des phrases sexistes que j’entends en soirée (et idées de répartie)

Il sortira peut-être du bar en ayant appris qu’il y a plein d’autres courants féministes au-delà des FEMEN, et se couchera un peu plus cultivé !

big-journee-de-gentillesse-13-novembre


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

16
Avatar de Amanda0
17 mars 2018 à 18h03
Amanda0
Je plussoie skippy, mais c'est mon chéri qui est parfait <3
0
Voir les 16 commentaires

Plus de contenus Culture

Source : Netflix
Culture

 Dans Bridgerton, Nicola Coughlan cloue le bec des grossophobes

Couverture des livres "Les Liens qui empêchent", "Révéler mes visages" et "Art Queer" // Source : Éditions B42 / Harper Collins / Double Ponctuation
Livres

Neuf livres LGBT+ pour s’éduquer sur les identités et luttes des personnes queers

Maxton Hall // Source : Prime Video
Culture

Cette série cartonne sur Prime Video et détronne Fallout

Source :  pixelshot
Daronne

Les 3 livres pour enfants les plus problématiques, d’après nos lectrices

1
image
Culture

Dominique Boutonnat : une affaire d’agression sexuelle glaçante ignorée par le gouvernement

2
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-16T102108.308
Culture

Exit le male gaze : Tomb Raider va être adaptée en série par Phoebe Waller-Bridge

Bridgerton. (L to R) Luke Newton as Colin Bridgerton, Nicola Coughlan as Penelope Featherington in episode 302 of Bridgerton. Cr. Liam Daniel/Netflix © 2023
Séries

Pourquoi la saison 3 de Bridgerton fait du bien à la représentation féminine dans les romances 

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-15T143917.275
Culture

Ce film culte aura droit à son spin-off en série sur prime video

1
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-15T103000.820
Culture

Mieux que Mon petit renne et Fiasco, c’est quoi cette série turque qui cartonne sur Netflix ?

Capture d’écran 2024-05-15 à 10.54.21
Culture

« Un P’tit truc en plus » : les acteurs du film seront finalement habillés par ce grand groupe de luxe à Cannes

6

La pop culture s'écrit au féminin