Live now
Live now
Masquer
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-04-03T115049.825
Culture

Pourquoi Hunter Schafer arrête-t-elle de jouer des personnages trans pour aider la communauté queer ?

Derrière des choix de carrière radicaux, la star d’Euphoria Hunter Schafer apporte une solution éclairante à la transphobie au cinéma et dans les séries.

Révélée il y a moins de cinq ans par son rôle de Jules, un personnage trans dans l’incontournable série HBO Euphoria, l’actrice Hunter Schafer connait une popularité fulgurante à Hollywood. Or, si elle l’avait souhaité, l’actrice serait apparue dans un nombre de rôles autrement conséquents… Aux dépens de ses convictions personnelles et politiques.

« Je veux juste être une fille et enfin passer à autre chose »

Dans un entretien intéressant pour GQ, l’actrice a confié avoir refusé « des tonnes de rôles trans » après Euphoria. Plus encore, elle essaye de ne pas utiliser le terme « trans » dans ses interviews et va jusqu’à confier qu’elle ne « veut même pas en parler ».

À lire aussi : « La connaissance, c’est le pouvoir » : aux Emmy Awards, RuPaul devient l’artiste racisé le plus récompensé

Dans les colonnes de GQ, la comédienne explique que l’étiquette d’« actrice transgenre » était « finalement humiliante » pour son métier et sa carrière. Évoquant les difficultés de son passé, notamment liées à l’époque du lycée, elle a confié avoir eu une prise de conscience une fois devenue adulte et actrice :

J’ai travaillé si dur pour arriver là où je suis, après les moments très difficiles traversés lors de ma transition. Maintenant, je veux juste être une fille et enfin passer à autre chose.

Euphoria, Jules et Rue // Source : HBO
Euphoria, Jules et Rue // Source : HBO

Actrice transgenre : la menace d’être réduite à un token

Faut-il interpréter ces choix comme une désolidarisation de l’actrice envers la communauté queer ? Bien au contraire. Loin d’être dépolitisée, cette démarche est un moyen de détourner les médias de leur obsession pour sa transidentité. Elle le résume avec cette formule forte :

« Si j’acceptais cela {de ne jouer que des personnages trans}, il y aurait écrit « l’actrice transsexuelle » dans chaque article sur le film »

Ce choix de rôles est aussi un moyen de déjouer l’instrumentalisation des personnes issues de minorités parfois opérée au cinéma et dans les séries. L’actrice a fait le choix difficile d’empêcher l’industrie de la réduire à un token, ce stratagème par lequel un groupe ou un organisme a recours à une personne issue d’une minorité, dans le but de pouvoir se targuer d’être inclusif. Les personnages de token laissent souvent peu de place à l’acteur ou l’actrice pour réellement faire entendre sa voix, sa singularité, son talent.

Faire rayonner la communauté trans, sans tomber dans les pièges d’Hollywood

Cette décision n’enlève rien à son investissement pour la communauté queer, comme elle l’explique plus loin dans l’interview :

« Je sais pertinemment que je suis l’une des personnes trans les plus célèbres dans les médias en ce moment, et je ressens un sentiment de responsabilité, et peut-être un peu de culpabilité, de ne pas être davantage une porte-parole.

Mais au final, je crois vraiment que ne pas en faire la pièce maîtresse de ce que je fais me permettra d’aller plus loin. Et je pense qu’aller plus loin et faire des choses géniales, dans l’intérêt du « mouvement », sera bien plus utile que d’en parler tout le temps.

En d’autres termes, Hunter Schafer n’est pas seulement une femme trans : c’est surtout une femme et une actrice. Cette complexité mêlée à son talent est ce qu’elle possède de mieux pour faire rayonner la richesse d’une communauté systématiquement invisibilisée et niée, comme le rappelle bien l’excellent film Disclosure, disponible sur Netflix.


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

1
Avatar de Mary-Sue
3 avril 2024 à 15h04
Mary-Sue
Je trouve qu'elle a bien raison. Le choix d'un acteur ne devrait pas dépendre de ce genre de critère et ce serait effectivement dommage de s'enfermer dans ce genre de rôle.
1
Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9

La pop culture s'écrit au féminin