Live now
Live now
Masquer
matrix-resurrections-critique
Revues de films

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Après une trilogie qui se suffisait largement à elle même, la Matrice rouvre ses portes numériques. Qu’on soit friande ou non d’une suite à une saga déjà bouclée, il est difficile de résister à l’appel des sirènes, ou plutôt des sentinelles, de Lana Wachowski.

À l’ère des délires cosmiques du MCU, où l’on ingère sans cesse les mêmes films de science-fiction aussi calibrés qu’un affreux Coca-Cola — béni soit toutefois Denis Villeneuve qui nous sauve de l’ennui mortifère en faisant le fameux « pas de côté » nécessaire à l’épanouissement du genre — revoir la trilogie Matrix (qu’on a avalée tout rond avant de voir le 4e) fait du bien au moral.

Matrix 4 ressuscite son concept, ses héros, et parle de son époque

Matrix Resurrections – Bande-Annonce Officielle 1 (VOST) - Keanu Reeves

Il faut dire que les sœurs Wachowski puisent leur inspiration chez les plus grands, parmi lesquels Hitchcock et Brian de Palma, dont elles ont su apprendre l’art du suspens tout en lisant parallèlement de la science-fiction.

Ainsi, c’est après un premier long-métrage titré Bound que Lana et Lilly fabriquent le triptyque Matrix, une fable cyber-punk sur l’aliénation des masses et notre rapport au libre arbitre.

L’histoire de Neo et Trinity s’étant achevée en 2003 dans les larmes et le sang, ressusciter les héros n’allait pas de soi. Sauf qu’outre son intrigue amoureuse largement shakespearienne, simple prétexte au politique finalement, Lana Wachowski (Lilly n’a pas souhaité rempiler) parle de son époque, de l’effroi qu’elle suscite, et surtout de la machine hollywoodienne.

À vous de juger, ensuite, si cela n’est que masturbation intellectuelle ou ultime épiphanie d’une grande réalisatrice. Pour notre part, on a tranché.

Matrix Resurrections, de quoi ça parle ?

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

On avait quitté nos héros Neo et Trinity dans un piteux état, après le troisième volet de la trilogie Matrix. Et c’est rien de le dire puisque les deux amants maudits étaient dead et archi dead.

Mais dans ce quatrième opus, Neo, sous l’identité de Thomas Anderson, est bel et bien vivant, et existe sous la forme de ce qu’on aurait pu appeler un hipster si l’on était en 2012, vêtu d’un pantalon de pyjama à carreaux et d’un bonnet en forme de capote.

Bref, il a le look bien cliché de son métier : créateur de jeux-vidéo. Et le meilleur du monde, s’il vous plaît !

Avec les jeux Matrix, il a réussi à bâtir un empire sous l’égide de son connard de patron, dont on a toujours pas compris à quoi il servait ni s’il était sympa ou infâme, et règne sur le monde du gaming du haut de sa tour d’argent.

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Mais évidemment, quelque chose cloche. Thomas flotte, à peine conscient d’exister.

Sa seule parenthèse dans ce monde certes plein de fric mais désenchanté ? Une discussion avec une femme au café du coin.

Elle s’appelle Tiffany, a deux enfants et un mari qui a le charisme d’une palourde en mal d’iode. Sitôt qu’ils se serrent la main, ils ont l’impression qu’un courant particulier passe entre eux, qu’ils se connaissent.

Et pour cause, Tiffany est en réalité Trinity et Thomas est en réalité Neo, deux amoureux transits qui se sont sacrifiés sur l’autel de la survie de l’humanité. Et s’ils flottent à travers l’existence, c’est probablement parce qu’ils sont enfermés dans une nouvelle version de la Matrice.

On ne peut vous en dire plus sans risquer d’abimer votre expérience cinématographique en spoilant des enjeux majeurs du film mais une chose est certaine : il convient de bien rester éveillée devant ce nouveau volet, qui ferait passer les 3 premiers, en terme de compréhensibilité, pour un jeu des sept familles.

Car les « Synthient » et autres « Modal » vous sont servi à la louche, dans un dégueuli de jargon auquel vous risquez de ne rien piger.

Mais ça n’est pas grave, car l’essentiel est ailleurs.

Matrix 4, mise en abyme de la machine Hollywood

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Les sœurs Wachovski ont toujours fait figure d’électrons libres dans la machine hollywoodienne. Loin d’être ici pour brosser leurs patrons et surtout leur public dans le sens du poil, elles ont toujours mis un point d’honneur a faire du cinéma un instrument philosophique, politique et social.

Ainsi, Matrix 4, qu’on adhère ou non à son prétexte et à son esthétique parfois trop cyber-punk pour ne pas être risible (cette fin Seigneur !) a ceci pour lui qu’il essaie, avec toute l’ardeur possible à un film distribué par la Warner, de dénoncer la boucle créative dans laquelle est coincé le cinéma.

Faire du neuf avec du vieux en rebootant les concepts à l’extrême, tirer sur les idées comme sur des chewing-gums, nous servir toujours la même mayonnaise : en signant un volet supplémentaire à une trilogie qu’elle a refusé de reprendre pendant des années (malgré l’insistance de la Warner), Lana Wachowski tire à balles réelles sur un Hollywood en manque d’imagination.

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Attention quelques mini-spoilers à partir de ci-dessous

Dans sa première partie, superbe mise en abyme de la resucée cinématographique ambiante, la réalisatrice recrée les débuts de sa saga, et c’est si fabuleusement méta qu’on a plongé à fond dans le concept.

On en arrive ainsi à pardonner ses défauts au film qui en contient forcément, comme toute œuvre (surtout quand elle dure 2h30), parmi lesquels le personnage positivement insupportable de Jonathan Groff, la scène de baston interminable du milieu style ventre-mou qui encourage à la sieste, ou encore la fin tellement cucu qu’elle en est cringe.

On pardonne volontiers à Lana Wachowski les imperfections de son blockbuster, parce que s’il y en a une qui essaie de transcender les codes enrayés de la Matrice cinéma, c’est bien elle.

Et puis aussi parce que retrouver le duo Keanu ReevesCarrie-Anne Moss a sans doute été l’un des moments les plus enthousiasmants de notre fin d’année.

Trinity, la vraie héroïne du film

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Si la trilogie Matrix était, à bien des égards, infiniment plus progressiste que ses concurrents, mettant en scène un casting assez divers et faisant la part belle aux femmes, on restait toujours sur notre faim quant il s’agissait du personnage de Trinity.

Censée être l’une des héroïnes du programme, elle était surtout le love interest de Neo, une sorte d’amante sacrificielle prête à tout pour « son homme ».

Cette année, les cartes ont été légèrement rebattues, et Trinity gagne en profondeur. D’ailleurs c’est Neo qui a désormais besoin d’elle, non le contraire comme dans le 3e volet.

En outre, là où le personnage de Neo est, sinon légèrement ridiculisé au moins un poil décrédibilisé, lorsqu’il essaie notamment de voler en vain, frôlant avec la figure du héros déchu classique mais efficace, Trinity est celle qui gère les situations, et c’est même elle qui sauve Neo d’une chute fatale en… volant.

Bref, on vous passe les considérations habituelles de Lana Wachowski à base de « vous êtes tous des moutons », car elles sont globalement toujours les mêmes, mais pour tout son ambition dénonciatrice et aussi parce qu’elle a écrit ce film pour panser la mort de ses deux parents, on vous encourage à laisser une chance à la pilule rouge distribuée par Matrix 4.

À lire aussi : Pas envie de vous retaper Matrix 3 ? On vous résume tout avant la sortie du 4 au cinéma

Les Commentaires
4

Avatar de Octopuss
23 décembre 2021 à 07h40
Octopuss
Je l’ai vu hier dans une salle comble (ce qui m’a mis mal à l’aise car zéro distanciation entre les personnes et les trois quarts n’avaient pas leurs masques …) et j’ai entendu l’indignation par rapport au film. Des commentaires degré zéro de réflection sur le manque de scènes d’actions, comme si personne n’avaient écouté les dialogues, dès les débuts du film ou tout au long. J’avais envie de me retourner sur le groupe de jeunes hommes derrières moi et de leur demander « vous avez écouté les dialogues? « clairement non, ils étaient venus voir un Marvel et c’est au contraire un gros doigt d’honneur à tout ça.
J’ai bien aimé le film sans pour autant avoir été diverti plus que ça, j’étais mal à l’aise avec la salle autour de moi et leurs commentaires. C’était une expérience véritablement meta entre Neo qui dit clairement « ne pas vouloir faire Matrix 4 » et les gens autour de moi venu débrancher leur cerveau pour un film d’action et pas pour autre chose …
Ce film est bourré de références, c’est un sandwich d’interprétations, de possibilités d’analyses.
Attention je ne pas que ce n’est pas aussi un film d’actions, s’en est un . Mais c’est surtout un sous texte sur l’identité de genre(l’autre la qui utilise sans arrêt le deadname de Néo) , l’amour, l’illusion, les choix, l’errance moderne …
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

Revues de films
dune-vertical

On a adoré Dune, et en plus on a presque pigé toute l’histoire

Kalindi Ramphul

15 sep 2021

5
Revues de films
melissa-etat-texas-documentaire

L’histoire tragique de Melissa Lucio, dans le couloir de la mort depuis 13 ans après le décès de sa fille

Clémence Boyer

15 sep 2021

2
Revues de films
bac-nord-vert

Dans BAC Nord, seuls les policiers ont le droit à l’humanité

Revues de films
but im a cheerleader jamie babitt

20 ans après sa sortie, la rom-com lesbienne But I’m A Cheerleader n’a rien perdu de son piquant

Maëlle Le Corre

29 août 2021

5
Revues de films
the-suicide-squad-small

The Suicide Squad est en salles, et bonne nouvelle : il n’est pas raté, celui-ci

Pauline Thurier

29 juil 2021

Revues de films
kuessipan-critique-film-amitie

Foncez voir Kuessipan, LE film de l’été sur l’amitié féminine

Pauline Thurier

15 juil 2021

La pop culture s'écrit au féminin