Live now
Live now
Masquer
La top plus size Paloma Elsesser signe une lettre ouverte sur la grossophobie dans la mode // Source : Capture d'écran Instagram
Actualité mode

La mannequin plus size Paloma Elsesser signe une lettre ouverte sur la grossophobie dans la mode

Élue mannequin de l’année 2023 aux Fashion Awards du British Fashion Council, la top plus size Paloma Elsesser a subi une telle vague de cyberharcèlement grossophobe qu’elle en a fermé ses comptes sur les réseaux sociaux. Elle revient dans une lettre ouverte publiée par The Cut sur son sentiment d’être l’exception grande taille qui confirme le règne de la minceur dans l’industrie de la mode.

Au milieu des flopées de mannequins qui restent anonymes aux yeux du grand public, Paloma Elsesser parvient à se démarquer, non parce qu’elle serait une nepo baby comme Kendall Jenner, Gigi ou Belle Hadid, mais plutôt parce qu’elle compte parmi les rares tops plus size. Si bien qu’en décembre 2023, le British Fashion Council lui a attribué le prix de mannequin de l’année aux Fashion Awards. Pourtant, dans un essai personnel pour le média The Cut publié le 15 février 2024, Paloma Elsesser raconte qu’elle avait prié pour ne pas remporter ce prix, lassée d’être « la première top grande taille » à réussir ci ou ça et des violences que cela entraîne. De fait, une fois cette récompense reçue, les espaces commentaires de ses réseaux sociaux ont reçu des torrents de grossophobie qui l’ont amené à fermer ses comptes, raconte-elle ainsi.

Paloma Elsesser : « Il m’arrive aussi de me trouver trop moche, grosse, petite, et mauvaise mannequin »

C’est avec une sincérité désarmante que Paloma Elsesser explique au sujet du raz de marée de cyberharcèlement grossophobe qu’elle a subi :

« Est-ce que les gens qui commentent savent qu’il m’arrive à moi aussi de me trouver trop moche, grosse, petite et un mauvais mannequin ? Avant, je me considérais comme une personne imparfaite – cette fille brune, potelée, malade mentale, avec une maison en désordre et qui lutte constamment pour ouvrir son courrier. Le mannequinat a changé mon récit et m’a donné un but dans la remise en question des normes autour de notre corps dans lesquelles j’ai moi aussi été endoctrinée. Mon corps est devenu un vaisseau de connexion. Un vaisseau de réflexion. »

À lire aussi : Sans surprise, les marques restent peu inclusives niveau taille, hors podium

Plus elle gagne en notoriété en tant que mannequin, plus elle doit affronter de commentaires violents, ce qui peut être décourageant, poursuit-elle :

« Pourtant, je ne peux m’empêcher de penser que si je me cache, la grossophobie l’emportera et tant de gains potentiels s’effaceront. »

Paloma Elsesser en a marre de servir d’exception plus size qui confirme le règne de la minceur dans la mode

Alors que l’industrie de la mode semble se lasser du body-positive (moins de 1 % des mannequins des défilés pour le printemps-été 2024 étaient plus size), Paloma Elsesser exprime son sentiment ambivalent d’être l’exception qui confirme la règle : de servir de caution plus size à une industrie grossophobe. Elle résume ainsi sa tokenisation :

« L’industrie réserve peut-être de l’espace à quelques noms comme le mien, mais elle ferme fermement la porte à d’innombrables autres. La fierté de faire partie d’une liste de « premières » s’estompe. Être la première mannequin plus size pour une campagne perd de son importance lorsque la marque ne parvient pas à ouvrir ses portes à la quatrième, cinquième, sixième, septième. »

À lire aussi : Le retour des années 2000 rappelle combien elles glamourisaient les troubles du comportement alimentaire

Cette lettre ouverte de Paloma Elsesser publiée par The Cut interroge donc l’ensemble de l’industrie, ses efforts performatifs en matière d’inclusivité, mais aussi plus largement la vision que nos sociétés occidentales portent sur les personnes grosses :

« Il y aura peut-être des moments où j’aimerais pouvoir évoluer facilement dans ce secteur. Mais parfois, le travail est pénible et les distinctions suscitent la peur. Peut-être que je mérite d’être reconnue non seulement pour les victoires, mais aussi pour les efforts, la lutte et l’espoir que cela puisse compter pour quelqu’un d’autre. Est-ce si grave si nous commençons à croire que nous méritons quelque chose ? »

À lire aussi : Le fondateur de Lululemon fustige encore les efforts de diversité de la marque (qu’il a déjà quittée)


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

3
Avatar de Nytaas
19 février 2024 à 09h02
Nytaas
Je trouve ces mots très justes : "Être la première mannequin plus size pour une campagne perd de son importance lorsque la marque ne parvient pas à ouvrir ses portes à la quatrième, cinquième, sixième, septième." Ça doit effectivement être usant de se rendre compte que son image est utilisée par des grandes marques pour avoir l'air moins grossophobe alors qu'elle veut juste exercer un métier qu'elle aime.
Force à elle et continuons d'espérer voir un jour plus de représentativité dans la mode et partout ailleurs
3
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Actualité mode

Mélody Thomas et Amélie Zimmermann (@FashionQuiche) sont les invitées du JT Mode du 16 avril 2024
Actualité mode

Peut-on vraiment critiquer la mode ? Le JT Mode avec Melody Thomas et @FashionQuiche

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Comment sera calculée l'écobalyse, l'étiquette environnementale façon éco-score des vêtements ? // Source : irynakhabliuk
Actualité mode

Comment sera calculée l’écobalyse, l’étiquette environnementale façon éco-score des vêtements ?

Jeux Olympiques de Paris 2024 : jugées sexistes, les tenues des athlètes des États-Unis insurgent // Source : Captures d'écran Instagram
Actualité mode

Jeux Olympiques de Paris 2024 : jugées sexistes, des tenues Nike des athlètes des États-Unis insurgent

2
Une femme pose avec un panneau au logo de la marque Brandy Melville, au sein d'une boutique // Source : Capture d'écran YouTube de la bande-annonce du documentaire "Brandy Hellville & The Cult of Fast Fashion"
Actualité mode

Brandy Melville : la face cachée de cette marque star des années 2010 se révèle dans un docu choc HBO

Comptoir des cotonniers et Princesse tam tam vont fortement baisser leurs prix // Source : Princesse tam tam / Comptoir des cotonniers
Actualité mode

Bon plan mode : ces 2 marques (qu’on adore) vont fortement baisser leurs prix

Pourquoi ces sandales façon œuvre d'art africain a besoin de vous // Source : Omôl
Actualité mode

Pourquoi ces sandales Omôl façon œuvre d’art africain risquent de vous faire du pied ce printemps-été

3
Trois femmes en costume devant un point d'eau // Source : cottonbro studio de Pexels
Actualité mode

PFAS : dans quels vêtements trouve-t-on ces polluants éternels qui nous empoisonnent ?

Les chaussures, sneakers, jupes, jeans, et robes sur lesquels miser pour ce printemps-été 2024 // Source : Capture d'écran TikTok
Actualité mode

Tendances mode printemps-été 2024 : quels sont les sneakers, jupes, jeans, et robes sur lesquels miser ?

4
Victoria Beckham x Mango officialisent leur collab qui sort le 23 avril 2024 // Source : Victoria Beckham x Mango
Actualité mode

Victoria Beckham annonce sa collab mode avec cette enseigne petit prix qu’on adore

1
Brad Pitt et Penelope Cruz, stars du défilé Chanel automne-hiver 2024-2025 // Source : Chanel
Actualité mode

Le sac Classique de Chanel dépasse la barre symbolique des 10 000 € : des hausses de prix du luxe qui rassurent les ultra-riches

4

La vie s'écrit au féminin