Live now
Live now
Masquer
Quand-Twitter-change-du-fiel-grossophobe-en-velours-vert-citron
Body positive

C’est l’histoire d’une joaillière qui change le fiel grossophobe d’une journaliste en velours

Une journaliste britannique a pris un mannequin grande taille en photo dans une vitrine pour prétendre que le mouvement bodypositive ferait la promotion de l’obésité. Une joaillière lui répond de la plus belle des manières.

Les personnes qui font plus qu’une taille 44 doivent-elles être condamnées à ne porter honteusement que des vêtements amples et mornes ? C’est ce que semble souhaiter une journaliste très connue au Royaume-Uni.

« Le mouvement bodypositive n’est pas inclusif mais dangereux »

Isabel Oakeshott, célèbre journaliste, présentatrice, et commentatrice politique britannique a tweeté sa stupeur face à une vitrine de vêtements le 6 janvier 2022 :

Tweet d’Isabel Oakeshott le 6 janvier 2022. © Capture d’écran Twitter.
Tweet d’Isabel Oakeshott le 6 janvier 2022. © Capture d’écran Twitter.

« Voici à quoi ressemble l’obésité dans un magasin de fitness de Regent Street [une grosse rue commerçante à Londres]. Des courbes flasques soulignées d’un hideux velours vert citron. Le mouvement dit “body positive” n’est pas « inclusif », il est dangereux. »

On peut s’interroger sur les capacités d’Isabel Oakeshott à pouvoir diagnostiquer en un coup d’oeil l’obésité chez un mannequin en plastique. Mais c’est surtout la double injonction contradictoire de son message haineux qui a choqué une grande partie de Twitter.

À la fois la journaliste déplore l’obésité de façon générale, à la fois elle s’insurge qu’une marque puisse proposer et afficher des vêtements de sport dans des grandes tailles ! Et Isabel Oakeshott tire même de cette innocente vitrine une conclusion sur le mouvement bodypositive, comme si les personnes dites en surpoids n’avaient pas le droit de se sentir bien pour faire du sport, car leur bien-être serait dangereux.

Bref, c’est l’éternelle rengaine selon laquelle le mouvement bodypositive ferait la promotion de l’obésité. Donc, en creux, qu’on ne devrait cultiver que des discours et des représentations grossophobes, afin que la honte d’être une personne perçue comme grosse serve de prévention au surpoids.

Divulgâchons : la grossophobie ne « soigne » pas l’obésité. Et Internet s’est fait une joie de le rappeler à la journaliste britannique.

Des représentations bodypositive ne promeuvent pas l’obésité

Sans surprise sur Twitter — qui est vraiment le Far West des réseaux —, des tonnes de personnes ont tenu à répondre à Isabel Oakeshott : elle a reçu des centaines de réactions sous son tweet, et suscité près de 15.000 quote-retweets (quand on partage en ajoutant une photo/vidéo et/ou un commentaire), contre 4.000 « J’aime » de soutien.

Dans l’argot Twitter, c’est ce qu’on surnomme subir un « ratio » (entre l’importance massive de quote-retweets qui visent à remettre une personne à sa place, versus le nombre moindre de likes de soutien) : quand on affiche une opinion censée provoquer l’adhésion mais qu’on se voit finalement contesté plus massivement.

@mippy, pointant les contradictions d’Isabel Oakeshott : « Donc les gens ne devraient pas dépasser une certaine taille, mais ne devraient pas non plus faire de l’exercice dans le but de maintenir une bonne hygiène de vie et image corporelle et/ou devenir la taille qu’elles devraient faire selon vous ? »
@summonthedawn : « Non, on devrait se cacher chez nous en faisant du sport grâce à des vidéos et ne manger que du jusqu’à ce qu’elle daigne nous trouver suffisamment minces pour être regardables. »

Loin moi l’idée de me réjouir d’un retour de bâton de réponses d’une telle ampleur — puisque cela peut s’apparenter à du cyber-harcèlement de masse, d’une part (et personne ne mérite ça). Et d’autre part, cela fait de la promotion gratuite au propos haineux de départ, à chaque fois qu’une personne quote-retweete pour s’indigner publiquement (et je vous vois déjà pointer en commentaire que je participe également à cette promo par cet article) (et vous auriez un peu raison… sauf que le métier de journaliste, c’est aussi réagir pour informer, pour analyser).

Mais ce ratio reste manifeste d’un changement en cours des mentalités face aux discours grossophobes. D’ailleurs, une belle réponse se dégage en particulier.

La plus belle des réponses face l’absurdité de ce tweet grossophobe

Sophia Tassew, designer de bijoux à Londres, a quote-retweeté le message haineux d’Isabel Oakeshott pour ajouter sa propre photo dans la tenue en question :

« Je porte la tenue dangereuse !! » ironise Sophia Tassew

Que cette bijoutière porte ainsi cette tenue avec tant de classe a mis du baume au coeur à une grande partie de Twitter (près de 30.000 retweets de soutien et 350.000 J’aime), sans surenchérir dans la violence pour autant. Un coup de maîtresse !

Parmi les soutiens de Sophia Tassew, l’intellectuelle Roxane Gay (qui a notamment écrit contre la grossophobie dans son essai autobiographique Hunger) a déjà tenu à l’appeler « Reine ». Et plein de Twittos tannent déjà Fabletics, la marque de la tenue de la discorde, qui aurait trouvé là sa nouvelle égérie.

L’ensemble en velours vert citron Fabletics.
L’ensemble en velours vert citron Fabletics.

D’ailleurs, si cette tenue vous intéresse le legging est disponible des tailles 2XS à 4XL à partir de 24€, et même panel de tailles pour la brassière au détail torsadé, à partir de 11,23€.

En tout cas, cette histoire est une belle illustration de comment transformer le fiel en velours (vert citron).

À lire aussi : Lizzo célèbre sa prise de poids sur Instagram, et emmerde les normes grossophobes au passage

Crédit photo de Une : Capture d’écran Twitter @SophiaTassew.

Les Commentaires
2

Avatar de Nastasja
11 janvier 2022 à 15h56
Nastasja
Mais, pourquoi décrire la couleur de la tenue comme "hideuse"? ce vert ne va pas à toutes les carnations, mais cela en met en valeur certaines, comme la jeune femme qui a posté la photo. Je vois également très bien ce vert très acidulé porté par une femme avec la carnation de Lupita Nyong'o. Ce serait sublime!
J'aime bien le fait que la tenue soit dans toutes les tailles, y compris les plus petites, on ne les trouve pas tout le temps partout non plus, même si plus de marques font désormais des collections pour personnes menues ou moins hautes que la moyenne.
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Body positive

Body positive
Lizzo en déesse grecque sur une amphore, clip de Rumors

Lizzo célèbre sa prise de poids sur Instagram, et emmerde les normes grossophobes au passage

Aïda Djoupa

05 jan 2022

6
Body positive
kate-winslet-mare-of-easttown

Kate Winslet, estomaquée par les réactions à son apparence dans Mare of Easttown, espère une révolution

Maëlle Le Corre

24 déc 2021

3
Santé
jacob-elordi-euphoria

Jacob Elordi (Euphoria) ne veut plus être objectifié : « on n’en parle pas vraiment quand ça touche des hommes »

Eva Levy

24 déc 2021

Body positive
crazy-ex-girlfriend-vert

Votre mère est obsédée par votre poids ? Voici pourquoi

Mymy Haegel

22 déc 2021

22
Body positive
Capture d'écran du documentaire Bootyful de Rokhaya Diallo

On a pu voir le docu de Rokhaya Diallo sur les fesses, #Bootyful : alors, ça bounce ?

Body positive
verg

Ces comptes Instagram viennent vous réconcilier avec vos vergetures

Camille Abbey

14 déc 2021

Grossesse
feat-ashley

« Mes vergetures ressemblent à l’arbre de vie » : la belle ode d’Ashley Graham à son corps enceint

Camille Abbey

06 déc 2021

Sport
Photo Didier Bonin

On vous emmène dans un cours de strip tease visant à… piétiner le patriarcat

Mathis Grosos

28 nov 2021

Société
Justin Bieber filtre

Le filtre Insta qui « rend gros » à coups de donuts, plus cringe que drôle

Eva Levy

23 nov 2021

Société
Podcast Matière Grasse

Abonnez-vous à Matière Grasse, le podcast anti-grossophobie de Gras Politique

Eva Levy

16 nov 2021

La vie s'écrit au féminin